- « L'éther Alpha » de Albert Bailly. Prix Jules Verne en 1929.

Plusieurs éditions.

- « L'éther Alpha » Pré-original dans la revue « Lecture pour tous » sur trois numéros de août 1929 à octobre 1929. Douze compositions N&B de J.Touchet .

- « L'éther Alpha » Librairie Hachette « Collection prix Jules Verne » 1929. En plus des douze compositions N&B de J.Touchet, cette édition comporte 8 hors-textes ainsi que quatre illustrations qui ne figurent pas dans la pré-originale. Quatrième album de la collection qui en compte huit dont seulement cinq dans une version cartonnée estampillée « Collection prix Jules Verne ». Il existe deux versions pour ce titre : une version cartonnée et une version souple avec pour les deux la même vignette couleur.

- « L'éther Alpha » Librairie Hachette 1951. Orné de huit compositions intérieures N&B de J.Touchet. Couverture jaquette couleur de J.Touchet. Les illustrations de cette édition sont différentes des deux précédentes.

 

L'histoire

 

Un vagabond américain, Wilkie, est réveillé pendant une sieste en plein air par un choc très violent. Devant lui. Il aperçoit, suspendu au-dessus de l'herbe, un siège vide. Il se relève et se heurte à une sorte de mur invisible, qui le meurtrit. Quand il conte son histoire, on se refuse à y croire. Seule, une jeune fille, miss Minnie Vernon, fille du roi de la gomme à mâcher, entend en avoir le cœur net. Elle se fait conduire par Wilkie dans la prairie où a eu lieu l'accident, et y retrouve en effet l'étrange fauteuil immobile, suspendu au-dessus du sol. Elle s'en approche curieusement. On dirait le siège d'un avion de verre. Et voici que tout à-coup, le fauteuil et sa passagère s'élèvent dans les airs. Miss Minnie vient d'être enlevée par un avion invisible et sans pilote.

Wilkie que l'on prend pour un fou est alors accusé d'avoir enlevé la jeune fille L'émotion est énorme et finalement, les recherches d'un as de l'aviation, Harry Sainclair, aboutissent à la découverte du mystérieux laboratoire de l'inventeur Cecil Montcalm, installé au sommet d'une montagne des Blue Ridges, en Virginie, et entouré d'un « mur » invisible... Minnie, au terme de son voyage involontaire, reconnaît en Cecil un compagnon d'enfance et apprend le secret de l'inventeur : il a créé une matière nouvelle, l'éther-alpha, en solidifiant l'éther cosmique. Grâce à cette substance révolutionnaire, il a construit un vaisseau pouvant franchir les espaces intersidéraux. Minnie est émerveillée par le génie de l'inventeur dont elle est, bien entendu, follement amoureuse.

Son hôte lui présente Diego son serviteur automate, doté d'une vie « purement électrique » et capable d'accomplir toutes les taches domestiques avec un zèle parfait. La jeune fille est, au départ, terrifiée par cette curieuse machine, mais se familiarise rapidement avec ce serviteur accompli. Cécil lui fait ensuite visiter ses installations, lui décrit ses projets et lui fait entendre une curieuse émission en provenance de la lune. Tout porte à croire que notre satellite, mort en apparence, abrite une forme de vie capable de communiquer de manière intelligente. Son projet est donc de s'y rendre et d'établir le contact avec ces étranges créatures. Il conduit alors son invitée dans son observatoire et lui fait admirer le relief du satellite de la Terre, comme la promesse d'une découverte sensationnelle pouvant bouleverser la vie des hommes.

Il construit donc un appareil fait de cet « éther solidifié » aux propriétés extraordinaires et pourvu de grandes capacités conductrices. La singularité de cet appareil qui concentre ainsi une grande quantité de cette substance est d'être d'une couleur d'un rouge légèrement fluorescent. Toutes les commodités sont installées à bord et après diverses expériences dans l'espace aérien terrestre afin d'éprouver toutes les qualités de ce singulier appareil, le jour du départ est annoncé.

C'est au milieu de l'enthousiasme mondial que l'inventeur et sa jeune femme, la courageuse Minnie qui a tenu à l'accompagner, ont pris le départ vers la lune. L'aviateur Harry Sainclair, qui a pris place dans le laboratoire de Montcalm à Buena- Vista, déclenche, de la terre, les trains d'ondes qui vont propulser l'Ether-alpha vers sa destination. L'angoisse est grande sur tout le globe, tous les pays sont en haleine, la première expédition sur notre satellite, pensez donc...

L'attente est angoissante, mais voici que le triomphe enivre les hommes : Montcalm a fait connaître son arrivée sur la lune, où il a atterri dans le fond du cirque de Copernic Commence alors une méticuleuse exploration du sol lunaire à la recherche de ses étranges émissions. Pourtant dans la bonne humeur générale, quelque chose semble préoccuper l'ingénieur, il ne tarde pas à se confier à sa toute nouvelle épouse : il semblerait qu'un puissant rideau d'électrons-magnétiques, bloquerait toute transmission avec la terre, coupant par la même occasion la précieuse énergie alimentant la propulsion de l'appareil.

Le vaisseau n'est plus qu'une épave que Cécil s'efforce de réparer. Mais une force dépassant son entendement va finir par se manifester. Lui qui croyait que nulle intelligence habitait le satellite, va être confronté lors d'une de ses sorties sur le sol lunaire, à une singulière forme de vie :

 

« Cecil s'était assis au milieu de la grotte, sur un bloc de quartz rouge. Il réfléchissait. Il venait d'examiner au spectroscope la lumière énigmatique et avait reconnu les raies de l'hélium, produit par du radium au dernier stade de sa désagrégation. Lorsqu'il releva la tête, il fut frappé de surprise par une vision fantastique. De petites flammes dansaient devant lui. Elles montaient, descendaient, décrivaient soudain des trajectoires rapides, se mêlaient, semblaient évoluer en groupes, puis se séparer pour bondir sur les roches. Elles étaient bleues, vertes et violettes. Ces dernières étaient les plus rares et les plus rapides. Après une observation attentive, Montcalm put distinguer leur forme d'étoiles à six branches, sorte de construction hexagonale assez semblable à celle des cristaux de neige. Le papillotement de ces feux follets devenait plus intense. Les hexagones fulgurants se multipliaient sans qu'il fût possible de découvrir d'où ils surgissaient. Génération spontanée ? Phénomène radioélectrique ? »


Il cherche rapidement protection à l'intérieur du vaisseau, mais cette faible coquille  s'annonce rapidement dérisoire, le phénomène se propage à l'intérieur. Une trame lumineuse en forme d'hexagone se matérialise devant lui. Il s'agit d'un Sélénite, d'une être électrique, représentant son peuple qui se fait appeler les « Radios ». Par commodité, Cécil va le nommer Crookes et entamer avec lui un dialogue qui va s'annoncer au fil du temps catastrophique.

Cette créature à du mal à définir la matière dont est fait cet envahisseur de la terre, mais une chose est certaine, le conseil des « Radios » voit d'un très mauvais œil sa présence sur leur monde et ne voient dans les Terriens que la possibilité d'une future invasion, pouvant mettre à mal leur fragile civilisation. Dans l'attente d'une réponse des « sages » l'appareil est donc immobilisé. Hélas, cette attente sera fatale à Minnie qui va s'éteindre progressivement, morte d'épuisement. Lors de ce séjour prolongé, Cécil va en apprendre plus longuement sur ses « geôliers »

 

« Une vie ni animale, ni végétale, une vie électrique. Électrons en formation hexagonale, produits par désintégration minérale spontanée. Intelligence spéciale par perceptions vibratoires »

Miraculeusement, il parvient à capter un message de la terre, mais les nouvelles sont loin d'être excellentes. Les « Radios » perçoivent les hommes comme une menace et bombardent notre monde avec de puissantes ondes qui perturbent l'équilibre terrestre. De puissants orages électromagnétiques éclatent, des incendies ravagent les forets. Le canal de Panama est détruit par une éruption volcanique, de puissants raz de marée détruisent les zones côtières, le Groenland s'affaisse et l'écorce terrestre se fend en plusieurs endroits, la tour Eiffel et Paris sont en partie détruits. C'est la panique générale, il y a des milliers, des millions de morts, la population pense qu'il s'agit là de la fin du monde. Avant de perdre le contact, avec Harry dans la base de Buena-Vista, il a le temps de lui donner la solution afin d'isoler la terre face aux terribles rayonnements sélénites : le rideau Oméga ! L'utilisation d'un tel procédé va le condamner, mais il préfère mourir plutôt que de sacrifier la terre entière.

Les Sélénites ont de plus un plan assez radical concernant leur avenir :

 

« Nous savons commente délivrer la lune de l'attraction terrestre.Notre planète ne tournera plus autour de la terre?Vos océans n'auront plus de marées.Nous nous évaderons.....Nous partirons à travers l'espace, dans une projection éternelle, vers la voie lactée que nous traverserons pour découvrir les constellations d'autres cieux »

 

Crookes, pensant la terre détruire, libère l'ingénieur et tous les deux entament un discours scientifique, sur la matière, l'électricité, les êtres humains.Le Sélénite à du mal à percevoir comment fonctionnent les sentiments humains et perçoit mal le concept de vie et de mort. Il lui explique alors que la mort est la fin de toute vie cellulaire, comme ce qui est arrivé à sa défunte épouse ; mais Crookes lui révèle que son épouse n'est pas morte et que son corps enfermé dans une ogive hermétique, a été ouvert pour en extraire le corps et lui redonner vie :

 

« Nous avons trouvé les rayonnements qui règlent votre énergie nerveuse, ce flux qui fait mouvoir votre encombrante carcasse, qui nourrit cette chose répugnante....Votre chair.... Nous lui avons rendu les quelques ondes qui lui sont nécessaires pour s'agiter. Les nerfs ont remis en mouvement cette grossière machine que vous appelez le cœur. Nous avons fait du sang nouveau pour irriguer la chair. Nous avons fabriqué de l'air mathématiquement doué pour chauffer et purifier ce sang »

 

Mais son épouse est condamnée à rester enfermée derrière un puissant champ d'énergie, un peu comme une curiosité que l'on aurait enfermée pour satisfaire la curiosité des habitants de la lune. Cécil fort heureusement avait un plan « B » et brandissant un bombardeur d'électrons, parvint à détruite ce rideau d'énergie. Sous le puissant coup de buttoir, détruisant la barrière, Crookes à proximité se volatilisera sous la puissance du choc magnétique. Les deux terriens vont profiter de la confusion générale pour se diriger vers « L'éther Alpha ». Par chance, Cécil avait prévu un scaphandre pour sa bien-aimée.

Ne reste plus qu'à rétablir le contact avec la terre, ce brave Harry est toujours à l'écoute qui enclenche de ce pas le rayon permettant l'alimentation du vaisseau qui regagne sans plus tarder notre bonne vieille terre.

"L'ether alpha" de Albert Bailly "Voici la terre , le paradis des espaces!"

Un prix Jules Verne hors-norme

 

Lancé en 1927 par les éditions Hachette, en partenariat avec la revue « Lecture pour tous », le prix Jules Verne, récompense, une œuvre de fiction qui devra répondre à des critères bien précis, à savoir rester dans la continuité, sinon dans l'esprit de l'écrivain Nantais. Mais visiblement cette condition, plus que de la servir, n'a fait que « plomber » cette louable entreprise en nominant des romans relativement fades, avec toutefois une exception « L'éther Alpha » de Albert Bailly, d'une qualité nettement supérieure. En effet si l'on fait un peu le tour des huit œuvres récompensées, il est un peu affligeant de constater qu'il ne s'agit que de textes d'aventures un peu exotiques, où l'élément conjectural n'a que peu d'importance, un élément insignifiant de l'intrigue et non l'élément moteur. Dans le numéro de la revue « Lecture pour tous » du mois de mars 1929 dans un court consacré à Albert Bailly et intitulé « Un nouveau Jules Verne » voyons ce que nous dit l'auteur :

 

L'influence de Jules Verne


« Les peuples qui marchent ne font que du Jules Verne » disait un jour le maréchal Lyautey. En puisant dans les perspectives d'avenir qu'ouvre la science, l'imagination du romancier trouvera ses plus belles inspirations, et ces inspirations donneront en effet aux jeunes générations le goût des réalisations qui font le progrès. Nous en avons de beaux exemples : Le commandant Charcot se dit volontiers le disciple de Jules Verne, et le savant électricien Belin, dont nous parlions encore récemment, ne cache pas que le célèbre romancier a exercé sur lui une action incontestable. Enfin M. Charles Richet déclarait à la séance de la Sorbonne, que Louis Bréguet lui dut de s'être adonné à l'étude des constructions aéronautiques. Le roman d'aventures scientifiques est donc un genre auquel il faut à tout prix rendre la place qui lui est due. C'est pour cette raison que la création du prix Jules Verne fut accueillie avec tant de faveur par le monde scientifique et le monde littéraire. Nous rappelons en effet que le prix fut fondé sous le patronage de MM. René Doumic, secrétaire perpétuel de l'Académie française ; Henry Bordeaux et Georges Lecomte, de l'Académie française ; général. Ferrié, de l'institut ; Dr J. Charcot, de l'Institut ; Mme Noëlle Roger ; MM. A. Armandy, E. Belin, Pierre Benoit; le professeur A. Berget; Louis Bréguet, J. Kessel, A. Machard ; M. et J. Verne.»

 

Certes, l'écrivain Nantais eut-il un impact indéniable sur toute une génération d'écrivains et le fait d'avoir créé un prix portant son nom est tout à fait louable et respectable, mais en lisant le roman de Bailly, nous sommes plus à mon avis, sous l'influence d'écrivains comme Maurice Renard ou Rosny Aîné. Il y a en effet chez l'auteur de « L’Éther Alpha » ce goût de la science qu'il partage avec Verne et toutes les perspectives d'avenir qu'elle nous réserve, toutefois avec ce concept d'intelligence électrique, nous sommes dans un registre plus ouvert, la rencontre avec une civilisation extra-terrestre qui, à aucun moment, ,n'a effleurée l'œuvre pourtant fort abondante de Jules Verne. L'auteur avait-il lu « Les navigateurs de l'infini » de Rosny Aîné ? Force est de croire qu'il en eut connaissance ou alors s'agit-il d'une de ses coïncidences troublantes que nous rencontrons de temps à autre dans certains textes de merveilleux scientifiques.

Avec « L’Éther alpha » nous sortons avec plaisir du cadre classique de la rencontre d'une habitant d'une autre planète du type anthropomorphique. Dans toute la littérature conjecturale du début du XXème siècle, les créatures intelligentes vivant sur les autres planètes ont en effet des caractéristiques assez proches des humains. Rarement, dans la quantité somme toute assez importante de ce genre de textes,des auteurs avaient abordé une vie extra-terrestre non-humanoïde et qui plus est, n'obéissant pas aux mêmes lois biologiques qui sont les nôtres. Il faut remonter à 1887 avec le texte fondateur de Rosny-Aîné « Les Xipéhuz » pour voir enfin surgir la première forme de vie intelligente non-humaine dans la littérature Française. Viendront ensuite les créatures extraordinaires de Saturne et décrites par Jean de la Hire dans son roman « La roue fulgurante » (Librairie illustrée J,Tallandier 1908» :

 

« Une colonne lumineuse d'un vert intense entra, pis une autre, puis une troisième.... Elles étaient hautes comme un homme de grande taille et, au sommet de chacune d'elles, flottait un globe de lumière blanche, pâle, fantomatique, d'où jaillissaient à tout instant de courtes étincelles crépitantes.Trois têtes de feu opaque au -dessus de la transparence élancée des trois colonnes vertes »


Viennent ensuite celle des « Navigateurs de l'infini » (Éditions Fayard « Les œuvres libres N°54 1925

 

«  De quelque coté qu'on se tournât,on apercevait des réseaux de phosphorescences... Ces réseaux formaient des colonnes lumineuses, horizontales, verticales, obliques, souvent entrecroisées et dont les teintes n'allaient pas en deçà du jaune et montaient jusqu'à l'extrême violet. Des formations lumineuses y circulaient, de nuances variables faites de filaments entrelacés... Après quelque temps, nous nous convainquîmes que les formations circulaient avec une grande liberté d'allures, accélérant, ralentissant leur marche, s'arrêtant en revenant en arrière »

 

Et enfin les « Radios » de « L'éther Alpha »

 

« Lorsqu'il releva la tête, il fut frappé de surprise par une vision fantastique. De petites flammes dansaient devant lui. Elles montaient, descendaient, décrivaient soudain des trajectoires rapides, se mêlaient, semblaient évoluer en groupes, puis se séparer pour bondir sur les roches. Elles étaient bleues, vertes et violettes. Ces dernières étaient les plus rares et les plus rapides. Après une observation attentive, Montcalm put distinguer leur forme d'étoiles à six branches, sorte de construction hexagonale assez semblable à celle des cristaux de neige. Le papillotement de ces feux follets devenait plus intense. Les hexagones fulgurants se multipliaient sans qu'il fût possible de découvrir d'où ils surgissaient. Génération spontanée ? Phénomène radioélectrique ?....À l'extérieur, des milliers d'hexagones lumineux heurtaient « L'éther alpha », rebondissaient dans le ciel très haut, s'accrochaient à la muraille de manganèse, tournoyaient, s'agrandissaient soudain ou s'évanouissaient dans un éclatement de fusée »

Ces trois exemples aussi rares que passionnants, nous démontrent que les auteurs arrivaient à faire preuve d'inventivité et nous proposer un contexte scientifique pouvant sortir des sentiers battus. De plus et contrairement au texte fondateur « Les Xipéhuz » et « Le péril bleu » un contact va être établi, sous forme d'un dialogue qui va permettre non seulement de communiquer, mais d'échanger.

Une fois de plus Rosny Aîné en « poète cosmique » contrairement à La Hire ou Bailly, va se faire le porte-parole d'une science-fiction plus mature, tournée vers la différence de l'autre. C'est une des grandes questions de l'auteur et du positionnement de l'être humain confronté à l'existence d'une forme de vie totalement différente de la nôtre. Thématique qui va ainsi parcourir son œuvre au travers de nombreux romans qui, au-delà du pur texte de science-fiction est une réflexion de la place et du devenir de l'espèce humaine dans l'univers. Toute l'importance de sa production d'une richesse inouïe, reste unique chez les auteurs de cette période car les formes de vies que rencontreront ses héros sont toutes plus extraordinaires les unes que les autres, ainsi ces Zooporphes,Ethéraux et Tripèdes dans « Les navigateurs de l'infini », tous décrits avec une minutie toute scientifique.

Bailly lui, restera plus classique dans le déroulement de son histoire et sur fond d'aventure matinée d'une romance spatiale, il ne fallait pas trop dévier de la sacro-sainte rigidité du prix Jules Verne, ses héros vont devoir affronter de belliqueuses créatures électriques qui ne verront en l'être humain, qu'une menace pour le fragile équilibre de leur monde. Toutefois soyons ouverts et large d'esprit, l'auteur, comme de coutume à cette époque, ne pouvait contrairement à son prédécesseur, attribuer des intentions honorables à une forme de vie totalement incompréhensible pour lui et qui plus est, voulait garder sa bien-aimée, tel un trophée afin de satisfaire la curiosité de ses congénères.

Mais l'intention fut louable, permettant ainsi d'enrichir d'une pièce supplémentaire, une liste hélas par trop famélique des formes de vies non-humaines se rencontrant dans les textes d'imagination scientifique d'avant-guerre.

Dans un souci d'exhaustivité et parce que les textes valent la peine également d’être lu , signalons les créatures minérales et non moins intéressantes des deux romans des trois romans de Léon Groc « La révolte des pierres » (La nouvelle revue critique 1930 ) réédité sous le titre «Une invasion de Sélénites » (Éditions Tallandier 1941, « La cité des ténèbres et autres voyages excentriques » Les moutons électriques 2011 ) « L'univers vagabond » (Éditions le Sillage « Les horizons fantastiques 1950) sans oublier « La planète de cristal » ( Éditions Janicot 1944,« La cité des ténèbres et autres voyages excentriques » Les moutons électriques 2011).

 

Albert Bailly


 Je n'ai trouvé que peu d’informations sur cet auteur dont « L’Éther Alpha » fut l'une des trois incursions dans le domaine de l'imaginaire avec « Les Vieux de la Terre » Librairie Plon; Collection « La Liseuse » 1928, couverture de J.Duché ainsi que « Pardonnons à dieu, roman du futur » 1955. (Merci à Christine Luce pour ses précieuses informations relevées dans l'incontournable « Amicale des amateurs de nids à poussière » dont vous trouverez le lien en fin d'article)

Voici ce que dit la revue « Lecture pour tous » dans son numéro de Mars 1929 au sujet du romancier :

Le lauréat de cette année est un Bruxellois ,est de ceux qui donneront une nouvelle vie à un genre qui « som­meillait ». Il fut toujours épris de roman d’aventures, et à quatorze ans, il écrivait « Le naufrage du Ballonist Star ». Il a publié déjà des romans de mœurs et des romans d’histoire (« la Femme libre », « les Vieux de la terre », « Au service de la France »), très appréciés, et ses compatriotes lui ont décerné l’année dernière le prix littéraire du Brabant. Une de ses nouvelles, dont M. Brieux fit un grand éloge, est particulièrement émou­vante. Elle a pour titre « P’tit Belge ». Elle conte comment un gamin de Flandre, pen­dant la guerre, est recueilli par les zouaves devant Ypres et se fait tuer pour ses nou­veaux amis.

Mr Albert Bailly a souvent montré dans ses récits qu’il aime beaucoup la France. Le jour même où l’on fêtait en Sorbonne le Centenaire de l’illustre auteur du « Tour du monde en 80 jours » et de « L’île mystérieuse », le jury du Prix Jules Verne dé­cernait son prix annuel pour la troisième fois. Et ce prix du Centenaire révélait, par une coïncidence heureuse, avec un ouvrage de tout premier ordre: « L’Éther-Alpha ».

S'attaquant avec audace aux problêmes les plus ardus qu’essaie de résoudre la science moderne, le jeune auteur a réussi à écrire un roman passionnant avec les hypothèses actuelles sur l’éther, l’atome, la désintégration de la ma­tière, et à y mêler intimement une intrigue sentimentale attachante. Si les développements scientifiques s’ap­parentent à la manière de Jules Verne, cer­taines pages de belle venue littéraire font pen­ser à Wells ; mais M. Albert Bailly reste tou­jours personnel, et bien « de son temps ». Il n’est pas douteux que les qualités d’écri­vain et la culture scientifique du lauréat de cette année lui assurent, s’il persiste, l’une des premières places dans un genre que les « Lectures pour tous » se sont efforcées, et avec succès, de ressusciter : le roman scientifique d’aventures.

Nous sommes heureux d’annoncer à nos lecteurs que notre revue publiera « L'Ether- Alpha » aussitôt après le Renégat, un beau roman littéraire d’André Armandy, qui fera suite à notre roman en cours.

En cliquant sur l'image vous trouverez de précieuses informations sur l'oeuvre de l'auteur dans « Amicale des amateurs de nids à poussière »

Albert Bailly auteur de "L'ether Alpha" Mr Albert Bailly dans son laboratoire

« L’Éther Alpha » L'album illustrations de J.Touchet

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"les planétes pilleuses" de Jean-Pierre Laigle. Pour lire l'article, cliquez sur l'image

"Une journée en l'an 2000" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image

Maurice Renard par Jean Cabanel. Cliquez sur l'image pour lire l'article

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie