De Maurice d'Hartoy. Amiens, 1924. Librairie Malfére, « Bibliothèque du Hérisson ». Broché in-12° de 226 p.


L'Homme Bleu est un marin Breton Yann Le Floch dont le corps est étrangement coloré de bleu. Les médecins le déclarent atteint de cyanose accidentelle, mais le matelot prétend que cette coloration provient du séjour d'une année qu'il a effectué au fond de l'océan, dans un merveilleux royaume sous- marin complètement insoupçonné des hommes.


L'histoire est racontée par un médecin en convalescence dans le village de Saint Julien, en Bretagne. Le hasard d'une promenade lui fait rencontrer Yann, au bord d'une falaise, prêt à se suicider. Des paroles de réconfort sont échangées, ainsi va-t-il être le dépositaire de l'incroyable histoire du ressuscité des eaux.
Seul au monde avec une mère agonisante, Le Floch tente sa chance dans la marine. Après avoir, par miracle, échappé à l'explosion du « Bouvet », cuirassé engagé dans un combat naval lors de la guerre de 14/18, le naufragé récupère de ses blessures à bord du «Canada», un navire-hôpital. Mais le destin s'acharne sur notre héros, le bateau est à son tour torpillé, et pour la seconde fois la Mort ne voudra pas de sa malheureuse dépouille. IL sera récupéré une fois de plus de justesse avant la noyade et sa nouvelle convalescence à bord de « l'Amphitrite » se déroule de manière extraordinaire. En effet il restera inconscient pendant plusieurs jours et dans cette sorte de « mort artificielle », il se retrouve transporté dans un pays imaginaire, peuplé d'êtres fabuleux.


La propriétaire du yacht au doux prénom de « Miranda », prise d'un élan patriotique sans borne, a pour mission de prodiguer un peu de réconfort aux malheureuses victimes de la guerre, tout en plaçant sous sa protection quelques heureux élus du commun des soldats. Hélas pour le marin, l'américaine est belle à pleurer et il succombe à ses charmes, lui jure fidélité. La dame, pourtant n'est pas exempte de mystère, lorsqu'un soir elle lui demande sa protection alors qu'elle doit avoir une entrevue avec un énigmatique personnage. La rencontre tourne au drame, dans la cabine une dispute éclate, Yann intervient et se heurte à un redoutable adversaire. La bataille tourne court, une lampe à pétrole explose, le bateau prend feu.... Vous connaissez la suite!


Son corps sombre lentement dans les profondeurs de la mer pour être une dernière fois sauvé par deux créatures dont la description évoque celle des anges. Il lui faut traverser une contrée merveilleuse, toute baignée d'une étrange clarté diffuse. La vie ici semble être si facile, merveilleuse, rêve-t-il encore? Une immense citée se distingue alors et à peine a-t-il franchi les derniers portiques qu'il se retrouve brusquement sur le parvis du temple royal. A l'intérieur Océanis, souverain suprême, se désignant lui-même comme être l'une des vertèbres du dieu unique, lui propose en regard de son passé exemplaire, le choix entre rester dans son royaume, vivre dans la paix et l'harmonie ou retourner sur terre pour une existence fade et morose. L'amour décide à sa place, le souvenir de Miranda est beaucoup trop fort. Finalement, dans un excès de mansuétude le roi propose avant son choix définitif un séjour au télestérion, une grotte sous-marine où se trouve enfermé tout le savoir des hommes.


Après avoir étudié la connaissance universelle, médité sur la condition humaine et le bien fondé de son existence charnelle et terrestre, là il sera temps de prendre une décision. Plongé dans les ouvrages les plus anciens, écrits de l'antiquité la plus reculée, il voit alors l'histoire universelle dérouler ses fresques les plus contradictoires, l'art de gouverner les peuples, toute la science de l'humanité:


« Tout ce qui hante et hanta le cerveau humain, tout ce que l on attribue sur la terre au génie, au talent, au travail, à l'étude ou même au hasard, tout ce qui trouble encore et enchantera les hommes jus- qu 'à la fin des temps, tout ce qui instruit, console ou pervertit, tout ce qui harasse ou délasse, tout ce qui honore ou flétrit, tout ce qui fait penser, parler, méditer, rêver, concevoir et spéculer, tout ce qui, en un mot, marque la supériorité de l'homme sur la bête, tout cela pénétra en mon cerveau et s'y grava profondément. En vérité, je crois avoir lu tous les livres du monde... » (p. 134)


Mais comment un esprit aussi simple que celui du marin peut-il absorber une telle connaissance? Le Commandeur, gardien du Télestérion lui divulgue la réponse:


« Il me répondit que le divin Océanis. en libérant mon corps des lois hydrostatiques et des servitudes de la soif et de la faim, m'avait permis, comme aux purs esprits de la mer d'absorber le mystérieux aliment des profondeurs. Cette extraordinaire souplesse de ma mémoire, cet accroissement naturel de mon intelligence, je les devais aux suaves parfums répandus autour de moi; ils me nourrissaient à mon insu et donnaient à mon cerveau une incroyable vitalité. » (p. 135/6)


C'est le cerveau plein à craquer qu'il se rend enfin devant l'être suprême et la réponse ne se fait pas attendre:

 

« - Je veux retourner sur Terre. »
« -Et revoir Miranda? » interroge le souverain.
« -Non plus, mais conquérir le mondel »


Seul témoin visible de son passage, la coloration bleue de sa peau due à une exposition prolongée aux radiations de la grotte sous-marine. Un passeur le reconduira à la surface après l'avoir plongé dans un puissant sommeil. Son réveil s'effectuera dans la misérable cabane d'un village Grec, le corps amaigri, ses habits en loque. Combien de temps dura son coma? Il devra son salut à un pêcheur ainsi qu'à l'intervention providentielle d'un bâtiment de la marine nationale.


Il apprend alors que depuis l'explosion de l'Amphitrite, une année s'est écoulée. Considéré comme un fou après son explication de séjour en Océanis et de sa mystérieuse disparition, il terminera son périple dans un hôpital psychiatrique. Malgré sa science et son érudition personne ne le prend au sérieux. Découragé, il va feindre la simulation en expliquant que son histoire est un tissu de mensonges, inventé de toutes pièces afin d'éviter son retour à la guerre. Le tribunal militaire voit en lui un lâche qu'il s'empresse de condamner. Mais au moins sa détention sera provisoire. Hors de l'asile psychiatrique, dès sa libération, Yann retourne dans son village natal où son étrange aspect lui attire les sarcasmes des habitants. Son seul et unique réconfort sera l'écoute attentive que lui accorde son ami. Mais Le Floch se doute bien du scepticisme du médecin et lui propose donc dans un délai de deux ans de lui apporter la preuve de la véracité de son récit.


Au terme de cette période effectivement, le marin est devenu très riche grâce à une production de perles de culture. Les précieuses nacre ne viennent non pas du fabuleux royaume sous-marin mais d'un procédé connu de lui seul, permettant la fabrication naturelle des bijoux tant convoités. Subtil mélange de la science et de son observation des haliotides après de nombreux mois passés sous l'océan.
Son désir de dominer le monde ne passera pas par la puissance de son savoir universel mais par une existence confortable et modeste, peuplée de souvenirs à jamais engloutis dans le silence des grands fonds. L'Humanité n'est une fois de plus, pas encore prête.

L'homo Aquaticus

 

L'homme bleu ne peut pas être considéré comme un grand classique de la S.F. par son aspect plus proche des contes et légendes de Bretagne avec ses lourdeurs et son style très ampoulé. Cependant, l'ouvrage reste une curiosité à plus d'un titre car les thèmes abordés sans jamais être vraiment développés, firent la joie d'auteurs plus exercés à ce type de littérature. A la lecture du titre, si la mention « homme aquatique » nous vient immédiatement à l'esprit, il suffit de lire l'explication faite à Le Floch par le gardien du Télestérion pour se rendre immédiatement compte que cet homme bleu est bien loin des esprits extraordinaires ou scientifiques des textes qui, quelques années plus tôt lui succédèrent. En effet cette thématique de « l'homme poisson », à savoir d'un homme dont on va modifier chirurgicalement les capacités pour en faire un amphibien, fut déjà abordée avec plus ou moins de bonheur par quelques habitués du « merveilleux scientifique ».

C'est Jean de la Hire, grand habitué de ce blog, qui va ainsi ouvrir les hostilités dés 1908 avec son désormais très célèbre « L'homme qui peut vivre dans l'eau » (En pré originale dans « Le matin »). Dans ce roman, une organisation redoutable dirigée par le savant Oxus, détruit les bâtiments de différents pays. Il lance un ultimatum au monde en demandant la rédition des plus grandes puissances, sinon il en résultera une interdiction pure et simple de toute navigation sur les océans du globe. Il possède à son service une redoutable créature « L'hictaner » qui est un être « modifié » sur lequel le scientifique a greffé des branchies et l'appareil respiratoire d'un requin. Ce mutant peut ainsi aussi bien respirer dans l'eau que sur la terre ferme. C'est aux commandes d'un sous-marin de poche que cette créature attaque les infortunés navires.
Deux ans plus tard, c'est René Thévénin qui va alimenter cette thématique avec un de ses romans le moins connu, probablement peut-être en raison de son unique publication en feuilleton dans la revue « Le journal des voyages » puis dans « Mon Bonheur ». Dans « Les proies de la sirène » on retrouve en effet cette obsession d'un maniaque du bistouri à vouloir non seulement modifier des mains en palmes et la mâchoire en une redoutable bouche de prédateur, mais également sa psyché à l'aide de suggestion hypnotique ».Les drogues injectées a cette malheureuse créature se chargeront de la frapper définitivement de démence.
José Moselli, quand à lui reviendra sur la modification de l'homme en poisson à des fins militaires puisque dans sa « Guerre des océans », le biologiste Féodor Sarraskine, s'emploie à détruire systématiquement des navires Anglais et Américains. Maître incontesté des océans il est parvenu à créer une race hybride entre l'homme et l'amphibien par diminution de la capacité thoracique et une adaptation au milieu aquatique. Il créé ainsi une redoutable armée sous marine que les puissants de ce monde auront du mal à annihiler.
Dans « Le mystère de l'île aux phoques » d'André Charpentier,le professeur Archibald Dryck quand à lui « fabrique » également dans une île perdue d'Irlande des hommes amphibies. Après plusieurs expériences sur des loutres, des castors, sont choix se portera sur les phoques dont l'adaptation en milieu marin et terrestre semble le sujet d'expérience idéal. Après plusieurs opérations successives, les sujets, tous des volontaires « illettrés », sont ainsi modifiés et transformés en amphibiens. Equipés d'une combinaison spéciale, ils peuvent ainsi se déplacer indéfiniment dans les océans. Le but pour le professeur est de récupérer les immenses trésors qui gisent par le fond. Mais comme les volontaires se font rares, il a fait attaquer par ses « monstres » un bateau sur la tamise et dont l'équipage subira l'épouvantable transformation.

 

Il serait ici intéressant de relever également tous les romans où les auteurs utilisèrent la créature amphibie comme le résultat d'une mutation naturelle de certaines espèces animales. Produit d'une évolution dont mère nature sera la seule responsable. Sans oublier, afin que la liste soit complète, les contes et légendes où sirènes et tritons alimentent notre imaginaire collectif.
A ma connaissance, c'est le grand Rosny Aîné qui en France va aborder cette thématique sous sa forme romanesque, en publiant en 1893 son roman « Nymphée », ici un groupe d'explorateurs découvre dans une région mystérieuse recouverte de marécages, plusieurs races humaines amphibies. Stade ultime de l'adaptation de formes humanoïdes au milieu aquatique
Par la suite, les exemples s'accumulent avec « Urfa l'homme des profondeurs » de J.de Kerlecq ( Librairie Larousse 1931) et ses créatures aux pinces de crabes, « Une descente au monde sous-terrien » de Pierre Luguet ( Librairie nationale d'éducation et de récréation) et sa terre creuse peuplée de monstres amphibiens, « Le peuple du pôle » de Charles Derennes avec sa peuplade humanoïde proche du saurien, « La guerre des salamandres » (Les éditeurs Français réunis,1960)de Karel Capek, nous proposant ses êtres sous marins qui se sont développés parallèlement à l'humanité et dotés d'une intelligence remarquable, sans oublier « La cité du gouffre » (Almanach scientifique de 1926) de José Moselli, où de bien effroyables « pirates » habitent les océans, une curieuse hybridation du poulpe à l'intelligence redoutable.Wells dans sa nouvelle « Les « pirates de la mer » fait également mention de monstres abyssaux, venus en surface faire récolte de bétail humain comme mus par une intelligence infernale. D'autres créatures aquatiques peupleront son univers et à lire son autre nouvelle « Dans l'abîme » (ses deux textes se trouvent dans le recueil « Les pirates de la mer ») il n'est pas vain de croire qu'une race hybride sous marine vient de commencer sa lente mutation afin de supplanté la domination de la race humaine  Les territoires de l'imaginaire sont peuplés de ces êtres dont le résultat à cette « modification » n'est bien souvent que le fait d'une adaptation du milieu dans le quel ils sont obligés de (sur)vivre.
A l'évocation du poulpe, il serait d'ailleurs injuste de négliger le vénérable « grand ancien » de la littérature horrifique, Howard Philip Lovecraft qui parsema son œuvre de la présence inquiétante des adorateurs de Cthulhu, créatures hybrides entre l'humain et le poisson, résultat des accouplements impies entre fanatiques et monstres aquatiques. Dans sa longue nouvelle « Le cauchemar D'Innsmouth » (1931), l'auteur pousse à son paroxysme les déviances de ces adorateurs, vivant dans un village peuplé entièrement de ces « hommes poissons », comme il le fit auparavent dans une autre nouvelle qui allait ouvrir le cycle  « Dagon » Une passionnante thématique qui fut d'ailleurs mainte fois utilisée par un autre chantre de l'horreur maritime W.H.Hodgson auquel il faut rajouter le nom de Jean Ray, deux habitués de toutes les abominations qui se cachent au plus profond des océans. Cette « hybridation » est d'ailleurs mise à l'honneur dans la nouvelle de Robert W.Chambers « Le chef de port » (1899) traduite à l'origine dans une volume de « L'age d'or de la science fiction », collection Fiction et rééditée chez le « Visage vert » dans un fort beau volume, où notre héros, amateur de « curiosités zoologiques », rencontre un bien étrange monstre marin :

 

« Un homme aux yeux ronds, fixes et globuleux, à la peau lisse et couleur d'ardoise
Mais le plus horrible détail de son anatomie, c'étaient les deux branchies qui palpitaient sur sa gorge, animées de mouvements spasmodiques et émettaient un ronronnement rocailleux : deux branchies béantes, de couleur rouge sang, ornées d'ourlets turgescents et frémissants ».


Un autre auteur, Français celui-là avait quant à lui aussi imaginé une créature aquatique repoussante et décrite par un marin fou de terreur. Celui-ci un jour, a découvert dans ses filets des « restes » pour le moins inquiétants, témoins de l'horreur suprême :

 

« Alors monsieur,sentez vous ce qu'il y a d'épouvantable a se dire qu'au dessous de nous,dans les profondeurs de la mer,il existe des êtres en tout point semblables à nous et que ce son des êtres effrayants,monstrueux, si loin de notre entendement,si loin de nos âmes. D'où viennent-ils ces êtres mystérieux ? Par quel chaînon se rattachent-ils à la chaîne de la vie...Est-ce nous qui sommes des exilés sur terre, sont-ce eux qui sont resté dans les ténèbres des origines ? »

 

Plus récemment avec un sens tout aussi affûté de l'imaginaire le roman de Albert Sanchez Pinol « La peau froide », explore le sujet avec brio avec un ouvrage qui nous conte les affres de deux hommes barricadés dans un phare repoussant toutes les nuits les assauts de créatures à la peau froide. Celles-ci vivent au plus profond de l'océan. C'est une sorte de sirène qu'elles veulent ainsi libérer, une créature au pouvoir de séduction redoutable et dont les deux hommes ne peuvent échapper. Merveilleusement bien écrit, un texte à la hauteur de ses illustres prédécesseurs.

Dans le roman de François Sarkel (Brice Tarvel)« Dépression », glauque et poisseux à souhait, l'auteur nous plonge dans un univers semi aquatique peuplé de créatures hybrides entre l'homme et le batracien. La liste est longue et l'univers passionnant....

Toutes ces « aberrations » de la nature possèdent donc des origines naturelles et il ne sera pas question ici d'hybridations chirurgicales, uniquement un stade de l'évolution logique. Il en résultera toutefois une haine assez farouche contre l'humanité, dont elles voudront renverser la suprématie. Preuve s'il en faut, que les océans sont peuplés de créatures aussi diverses que variées, un monde de « presque humaines » aux féroces appétits et animés d'une grande soif de conquête.

 

Curieusement dans le roman de D'Hartois, pas d'amphibien, mais un être coloré par la surexposition à une mystérieuse radiation qui n'est pas sans posséder d'incroyables propriétés. Océanis provient en ce sens, plus d'une civilisation nourrie par les légendes que des progrès scientifiques. Même conclusion pour Yann qui semble plus revenir du royaume des morts que d'une cité sous la mer, avec ce peuple de créatures angéliques où tout respire l'amour et la beauté.

La frontière est à peine perceptible. Il faut attendre le prochain argument afin que le récit ne glisse ostensiblement vers notre genre préféré. Le passage du héros par le Télestérion avec l'aboutissement d'un être possédant le savoir universel, devait devenir en toute logique entre de bonnes mains, un fabuleux surhomme. L'exemple même de l'individu pouvant imposer son génie aussi bien dans le bien que dans le côté obscur de la Force! Le seul problème, vient du fait que Yann est un cas isolé, le fruit d'une expérience unique, trop importante pour être assumée par un seul homme.


Il existe dans la littérature une foule d'exemples similaires où l'être, dépassé par l'ampleur de ce qui lui arrive, ne peut endosser cette fonction de « plus qu'humain » : « Leur solitude, cette faculté ou cette nature qui les met à l'écart des autres et qui les isole » pour paraphraser Jacques Van Herp. Dans de nombreux ouvrages, le surhomme est gonflé d'un désir incontrôlable d'agir. Sa soif d'accomplir de gigantesques tâches dépasse le simple commun des mortels et dans sa quête, l'élu se rendrait vite compte qu'il se retrouve unique face à une humanité si jeune, si stupide... si humaine. A l'image de Charlie Gordon, le héros du magnifique roman de Daniel Keyes « Des Fleurs pour Algernon » devenant d'une manière trop brusque « inteli-jan », arrivé au sommet de ses capacités intellectuelles il va réaliser qu'autour de lui ne règne que l'ignorance et la méfiance.


Au final, le constat reste identique et plus encore le surdoué en est l'exemple le plus représentatif. Dans notre monde actuel il est un élément incontrôlable, qui fait peur car supérieur à nous, isolé dans cette société de masse où tout doit être uniformisé.


Malheureusement pour nous, simples lecteurs, l'intelligence réduite (la preuve, vous l'avez entre les mains) d'Hartoy reste timide dans le développement de son personnage, le thème abordé en dernière partie bien que involontaire est à mon avis discutable. Voila un ouvrage qui désormais ne devra plus être rangé dans la rubrique « Hommes aquatiques ». Peut-on en dire autant d'un ouvrage vu dernièrement sur un catalogue : « L'Homme aux pieds palmés »roman d'aventures de Jean Daurel, Paris, Bibliothèque Indépendante d'Editions, 1907. Ouvrage qui d'après mes sources et ce malgré un titre assez équivoque, n'est qu'un banal roman policier. Si d'aventures vous possédez quelques informations Avis aux amateurs.

Bibliographie sélective


- « Nymphée » de Rosny Aîné. Parution dans le périodique illustré « Le Bambou » N° 7 ET 8.1893. Editions Dentu, illustré par Mittis. Réédité en volume à « La société Française d'imprimerie ».1909.

- « Une descente aux mondes sous-terrien » de Pierre Luguet. Librairie nationale d'éducation et de récréation. Vers 1910.

- « Le peuple du pole » de Charles Derennes. Société du Mercure de France. 1907
- « L'homme qui peut vivre dans l'eau » de Jean de la Hire. En pré originale dans « Le matin » en 1908, puis en volume Chez Félix Juven en 1910.
- Réédité en deux volumes aux éditions Ferenczi en 1921 dans la collection « Les romans d'aventures » 1ére série : Volume 1 « L'homme qui peut vivre dans l'eau » N°1 de la série. Volume deux « « Les amours de l'inconnu » N° 2 de la série.
- Réédité en un seul volume chez Ferenczi collection « Les romans d'aventures » 2 éme série, N°6 de la collection sous le titre « L'homme qui peut vivre dans l'eau ».


- « Les Proies de la sirène » de René Thévénin dans la revue « Journal des Voyages » N° 716 (21 Août 1910) au N° 723 (09 Octobre1910). Publication dans la revue « Mon Bonheur » du N°45 (Dimanche 21 Août 1945) au N° 52 (Dimanche 9 Octobre 1910).
- « Les pirates de la mer » de H.G.Wells. Mercure de France.1925
- « La cité du gouffre » de José Moselli. Publié dans « L'almanach pittoresque de Sciences et Voyages ».1926. Réédité aux éditions « Rencontre » en 1970 ans le volume « La fin d'Illa »
- « La guerre des océans » de José Moselli paru en épisode dans la revue « Sciences & Voyages » du N° 485 (13 décembre 1928) au N° 524 (12 Septembre 1929) illustré par Vallet. Réédité dans la collection Marabout N° 533 collection « Le rayon populaire ».1975.
- « Urfa l'homme des profondeurs » de Jean De Kerlecq. Librairie Larousse « Contes et romans pour tous ».1931.
- « Le mystère de l'île aux phoques » de André Charpentier. Editions Tallandier. « Grandes aventures voyages excentriques ».1939
- « L'affaire Motta » de Mario Soldati. Editions du Pavois « Bibliothèque internationale ».1947
- « Dans le fond des mers » de E.M.Laumann. Parution dans la revue « Je Sais Tout » 15 juin 1922, n° 198, p. 325-328, illustrations anonymes. Réédité dans le recueil « L'Homme-peste & autres contes fantastiques » de la revue « Le Visage Vert » reproduction en fac-similé de 1922, avril 1985. Réédition dans l'anthologie « Contes de terreur »présentée par Marc Madouraud, Editions « Recto-Verso » collection « Idées...et autres » 1994.
- « La guerre des Salamandres » de Karel Capek. Les éditeurs Français réunis.1960.
- « La peau froide » de Alfred Sanchez Pinol. Librairie Acte Sud.2004

Il existe une multitude d'ouvrages Anglo-Saxons où cette thématique fut largement utilisée et je ne peux que vous conseiller de consulter l'article de Michel Meurger « Les pécheurs d'hommes, poissons volants, hommes aquatique et socoiété sous-marines » dans le N° 13 de la revue « Le visage vert » vous y trouverez une multitude d'autres références.

A consulter également dans la collection  « Travaux » N° 21 de chez Encrage « Lovecraft et la SF Tome 2 » (1994) deux chapitres particuliérement intéressants « Les rituels sous-marins et leur fonction chez Lovecraft, Wells et Victor Rousseau » et « Le monstre marin et la femme » dE Michel Meurger

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • Jeam Tag (lundi, 18. février 2013 14:15)

    Je me permets juste d'ajouter à la bibliographie sélective

    L'homme amphibie (Chelovek-Amfibiya / Человек-амфибия Земля и фабрика, Moscou 1928 -traduit par Catherine Emery coll. Aventure et Science-Fiction, Radouga 1988).

    Qui (comme vous vous en doutez si j'interviens) a été l'objet d'adaptations à l'écran :

    - Id. ou Tarzan de la mer (Chelovek-Amfibiya / Человек-Амфибия ou The Amphibian Man) Vladimir Tchebotarev & Guennadi Kazansky, URSS 1961 (97mn; USA 82mn -adaptation Akiba Golburt, Alexeï Kapler
    & Alexandre Ksenofontov).
    - Chelovek-Amfibiya / Человек-Амфибия Alexandre Atanesyan, Russie 2003 (Mini série en 4 parties, 177mn).
    Une des plus chères production télévisées (1 million de dollars).
    Une séquelle : Chelovek-Amfibiyab 2 / Человек Амфибия Два [L'homme amphibie 2] Robert Alimberov, Russie/Australie 2009 (130mn -écrit par Kyril Malakthov).
    Lire le roman (en Russe) http://lib.ru/RUFANT/BELAEW/man-amhp.txt

    Et on nous en annonçait l'an dernier une nouvelle transposition filmée, signalée par Patrice sur son blog :
    http://www.russkaya-fantastika.eu/archive/2013/01/19/une-nouvelle-adaptation-cinematographique-pour-l-homme-amphi.html

    Dans les pages des sites consacrées à ce projet toujours en devenir, on y trouve ce commentaire quant au récit de base :
    " We may assume that Belyaev's novel was somewhat inspired by the work of Jean de La Hire (pseudonym of the Comte Adolphe d’Espie), a prolific French author of numerous popular adventure, science
    fiction, and romance novels, whose novel 'The Man Who Could Live In Water' was published in the French newspaper Le Matin in 1909. "
    (http://www.amphibianmovie.com/history)

    :)

    Voici-voilà, Jeam

  • Jeam Tag (lundi, 18. février 2013 14:22)

    OUPS :
    Post scriptum, a ajouter dans mon message précédent, à la fin de la citation extraite de la page angloise sur le roman de Beliaev, il manque la phrase suivante que mon copié-collé a
    malencontreusement zappé :
    "A Russian version of this novel written by an anonymous author was published in the St. Petersburg newspaper 'Zemshchina' in the same year, and may well have been read by Belyaev, who wrote his cult
    novel, 'Amphibian Man', in 1928."

    (Celà explique que "L'homme qui peut vivre dans l'eau" aie pu inspirer "L'homme amphibie".)
    Jeam, dsl.

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie