« Celui Qui Se Ressuscita » de Léon-Marie Thylienne, Ou La Quête De La Vie Eternelle

Roman de Léon-Marie Thylienne. Editions Schaert, Bruxelles 1924. Tiré à 200 exemplaires numérotés et paraphés par l'auteur.(Bulletin des amateurs d'anticipation ancienne et de littérature fantastique N°22 Février 1999, article révisé et augmenté))

 

Lamersy, un austère chercheur en linguistique vient de terminer après 20 années de dur labeur, un volumineux ouvrage consacré à la classification définitive des sourates du Coran. Et il le savoure cet instant suprême de félicité, ce bénédictin des saintes écritures. Sans contexte un savant spécialiste des ouvrages sacrés, mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Avec ses 38 ans, le cheveu grisâtre, l'oeil vitreux et le dos voûté de trop ce pencher sur de poussiéreux volumes, il est certes encore jeune mais il a l'impression que ses belles années sont loin derrière lui. A la phase d'euphorie, va suivre un intense moment de déprime, une remise en question sur l'utilité de son travail, qu'un autre chercheur de plus ne tardera pas à démolir. Il est ainsi l'heure de trouver un sens à sa vie, une utilité de son existence.

Son unique ami Laumaille, écrivain décadent dont la vie n'est que plaisirs, tente de lui ouvrir les yeux sur son quotidien terne et morose. Un nouvel lamersy renaît alors de ses cendres. Conscient en cela de l'énorme retard accumulé lors des longues et laborieuses heures passées dans les bibliothèques, à se voûter tel un vieillard sur d'antiques grimoires. Sa curiosité pour le monde qui l'entoure s'éveille enfin, tout y passe, lectures de revues scientifiques, journaux, romans. Il ira même se passionner pour les anciennes études de son père, électricien de génie, mort en laissant à l'état de pièces détachées une singulière machine. Hélas la reconstruire semble impossible, les notes sont éparses, les plans incertains. Un jour pourtant par un curieux effet du hasard :

 

« D'après les notes qui lui avaient d'abord parues inintelligible, il était parvenu à assembler un certain nombre de pièces détachées de la machine inconnue et ayant lancé un courant alternatif dans les bobines et les fils qui lui semblaient l'âme, il avait vu s'estomper vaguement, dans une lentille concave surmontant l'appareil, un spectre dont il ne parvenait pas à préciser les contours. Il crut avoir rêvé, et, de nouveau, lança le courant dans la machine incomplète. Derechef, l'imprécise apparition se silhouette au creux de la lentille. Mais c'est en vain qu'il manipula les pièces ajustées au petit bonheur d'une compréhension arbitraire, le spectre lumineux ne s'accentua pas d'avantage. Mais comme il activait un petit engrenage, il l'aperçut distinctivement dan l'espace. » (Pages 42/43)

 

Blasé de ce nouvel échec, le savant en herbe préfère retourner vers des plaisirs plus charnels. Il quitte alors son domicile pour habiter Bruxelles. Son ami écrivain vient en effet d'écrire une pièce ayant un certain succès et invite de ce fait Lamersy à se rendre à une des représentations. Dès cet instant, sa vie va basculer, transformée par l'idylle inespérée avec l'une des danseuses de la fameuse pièce. Diantre ! Que voilà la vie de notre célibataire, fort de ses 38 ans d'abstinences, opérer un brusque retournement de situation. Est-ce là cette fameuse « résurrection » dont le titre excita notre ardeur conjecturale ? Pourtant le titre fut annoncé à la fin du seul et unique volume de la collection « Polmoss »

Fort heureusement, page 144 un paragraphe vient apaiser mes doutes. Il s'agit d'une note de Lamersy père, griffonnée en toute hâte et découverte au fond d'un tiroir :

 

« Le principe de la vie est éternel, si nous mourons c'est d'avoir épuisé trop vite la source de nos forces dynamique. L'age, la fatigue, la douleur et la joie, la souffrance et le plaisir, font grincer en nous les ressorts compliqués que la nature nous a donnés. L'homme qui se résignerait simplement à vieillir dans l'ignorance absolue des émotions contradictoires qui sont la vie active, atteindrait la vieillesse fabuleuse des héros des anciennes fables : une vieillesse légère et vigoureuse qui ne serait, somme toute, que l'affirmation d'une existence très longue. Il se ne passerait plus, mais ce seraient les choses qui passeraient autour de lui. En dernière analyse, les Dieux ne sont des vieillards immortels et toujours jeunes que parce qu'ils ignorent l'usure humaine. Or, c'est à cette usure apparue jusqu'aujourd'hui comme absolument inéluctable, que j'ai mis un terme définitif en inventant les rayons O et la machine à.... » (Pages 144/145)

 

Toutefois l'utilisation de la machine reste encore un mystère. Il tente alors une ultime investigation en retournant à la demeure familiale, sans omettre comme par un bizarre pressentiment, de régler avant de partir ses affaires les plus urgentes. Avant de partir, il laisse quelques consignes à sa gouvernante et son meilleur ami. S'il ne manifeste aucun signe de vie sous 15 jours, des instructions précises sont enfermées dans son secrétaire. Une fois sur place, il précède sans plus attendre aux préparatifs de l'expérience et se livre à une séance d'autosuggestion. Il découvre ainsi une niche secrète à l'intérieur d'une pièce dont le père s'était efforcé d'en vider le contenu. Cette dernière contient sur le sol d'étranges symboles mathématiques. Dans une petite alcôve se trouve enfermé de singuliers fragments métalliques, probablement servant a compléter la machine. Plusieurs rouleaux de papier accompagnent le précieux butin. Sur le premier, un titre assez prometteur : « La machine à ressusciter, calculs et commentaires ».

Ainsi son père avait bel et bien découvert un moyen de prolonger la vie. A la lecture du manuscrit, les plans se révèlent assez simples. La seule condition est la réalisation de l'appareil à l'endroit où sont dessinés les symboles sur le sol. Chaque partie en est minutieusement délimitée et l'assemblage ne doit souffrir d'aucune erreur de positionnement. Des chiffres, des calculs, des équations et des diagrammes viennent ainsi noircir les pages manuscrites. Tout cela semble abstrait au jeune homme, mais il sent dans cette incroyable théorie de formule un logique implacable dont l'enchaînement mathématique semble conduire en théorie à la solution finale. En mécanique pourtant rien n'est simple et l'application finale reste une énigme. Pas pour longtemps, l'auteur fait croître le suspens et nous dévoile la découverte de l'ultime feuillet. A l'intérieur, commentaires, l'explications ultimes, la clef d'une invention de génie.

Le chercheur en herbe décide alors de tenter l'expérience sur lui-même après élaboration de la fameuse machine. Tout est calculé, mesuré et au final il se trouve face à une sorte de « robot » automatique ayant pour fonction de réaliser à sa place les délicates manœuvres lors de l'expérience :

 

« C'est pourquoi j'ai imaginé quatre machines automatiques qui me remplacent à merveille et dont la précision ne me fera point redouter l'erreur toujours possible d'un homme impressionné par une mise en scène qui peut-être tragique. »

 

Malheureusement le fils ne sera pas à la hauteur du père, l'expérience échoue, mais il ne veut pas renoncer si facilement. Avec l'aide de deux experts en électricité, la machine sera reconstruite et notre futur Lazare planche de nouveau sur les instructions manuscrites et s'enferme de nouveau dans la grande salle pour l'ultime expérience. Il s'allonge et l'appareil « VKP » prévu pour l'injection du fluide mortel, fait son office. Il est en effet indispensable pour la bonne réussite de l'expérience, que le sujet meure. C'est la condition capitale pour que les rayons « O » puissent agir. Sept minute après, l'homme meurt, dans un silence quasi religieux, avec juste en bruit de fond, le petit bruit métallique des décharges électriques dont les étincelles traversent l'atmosphère.

 

« Tout à coup, un frisson secoua le savant. Mais lentement, ls rayons O continuaient leur œuvre pénétrant par tous les pores , circulant par tous les vaisseaux, s'infiltrant dans toutes les artères, ressuscitant peu à peu le système cardiaque et cervical de l'orientaliste. Imperceptiblement il sentait s'éveiller en lui les effluves régénératrices d'une vie neuve et surnaturelle et, par sursauts gradués, ses membres raidis par une mort momentanée, reprenaient leur souplesse. Les traits de son visage rosirent, une palpitation agita ses paupières et il ouvrit lentement ses yeux émerveillés. Aussitôt, la YCP cessa de vibrer : les décharges électriques s'espacèrent peu à peu pour s'éteindre enfin l'une après l'autre, tandis que le moteur continuant de tourner avec le bruit de ses respirations régulières. »(Pages 169)

 

L'homme venait donc de vaincre la vieillesse et la mort ! Lamersy poussa alors un cri de triomphe qui s'étouffa soudain dans sa gorge. Le lendemain, Laumaille inquiet découvre en pénétrant dans la salle mystérieuse, le cadavre de celui qui « se ressuscita », broyé par une lourde pièce détachée du complexe appareil. Le secret fut ainsi perdu à jamais.

Comment vaincre la mort


Si le thème de l'immortalité se rencontre fréquemment dans notre domaine, soit par remplacement d'organes avec des artifices mécaniques ou autres, soit par un quelconque « fluide d'immortalité », le thème de la machine à ressusciter se rencontre toutefois de façon plus anecdotique. Pourtant il existe bien des machines « à prédire la mort » (Roman de Charles Robert-Dumas, librairie Arthème Fayard 1938). Pour mémoire on se rappellera de celle de Paul Arosa déjà rencontrée dans les pages de ce blog : « Les mystérieuse études du Professeur Kruhl » où de la non moins incroyable machine de René Berton « L'homme qui a tué la mort ». Il eut également une curieuse « machine à régénérer » dans le roman de Jean-Marie Defrance « La lumière ou la prodigieuse histoire de trois inventeurs , Roman Utopiste »où les intentions de l'auteur n'étaient pas très précises quand à la fonction exacte de cette machine.

Voici donc une nouvelle pierre à rajouter à ce petit édifice. Il faut dire que le roman reste assez difficile à trouver. Annoncé comme le troisième titre à paraître dans la collection « Le roman scientifique » (voir billets précédents) cette histoire d'immortalité peut nous sembler en tout point déroutante. Thylienne est un doux rêveur à l'esprit quelque peu fantasque, porté à la fois sur les histoires sentimentales et expérimentales. Quoique les deux puissent parfois faire bon ménage, comme il nous le prouvera dans son deuxième roman « La maîtresse mécanique ». Visiblement un personnage quelque peu cabotin et il suffit de relever en début d'ouvrage la liste des ses œuvres pour s'en convaincre : « Les voluptés », « L'heure sentimentale », « L'anneau captif », « Baisers d'après-midi », « Petite fille de 16 ans », « Bel amour »....j'en passe et des meilleures.

Son goût pour le sexe faible se fera écho dans ses œuvres conjecturales, car la femme aura toujours une place primordiale, soit sur le destin du héros, soit en jalonnant son parcours de manière caractéristique et souvent tragique. Comme nous venons de le voir dans « Le secret de ne jamais mourir » Northman, créature immortelle, cherche la femme idéale pour lui tenir compagnie dans son éternité, mais trouve un fin tragique à la suite de sa « transformation ». Ainsi dans « La maîtresse mécanique », tout comme Lamerssy, après des années d'abstinence, Mr Pouille embaumeur de son état, décide au bout de 35 ans de rattraper le temps perdu. Il va tomber éperdument amoureux de la douce Rita. Mais fou de jalousie et voulant se la garder à lui tout seul, il va l'assassiner, l'embaumer et par un astucieux mécanisme fait de rouages et d'électricité, il va en faire une sorte d'automate, de poupée vivante capable d'assouvir ses moindres désirs.

Dans « Celui qui se ressuscita », l'auteur va également faire preuve de son « penchant » pour le dit « sexe faible » et nous montrer quelques peu ses « travers » peu recommandables, en nous proposant un héros lorgnant du coté de Mr Hyde. En effet voulant lui aussi combler son retard en la matière et se découvrant une certaine attirance pour la gente féminine, il ne va pas hésiter à user de son pouvoir d'autosuggestion afin de violer la fille de sa servante. Un homme vraiment peu recommandable. Tout comme le roman précédent, il nous faudra attendre la dernière partie de l'ouvrage pour que pointe enfin le nez de notre bonne vieille machine à ressusciter. Curieuse coïncidence pour assurer la transition, son fameux rayon s'appelle « O ».

L'hypothèse de cette régénérescence de notre « fluide vital », qui fut une théorie déjà utilisée à maintes reprises, non pas en nous rajeunissant mais en prolongeant notre vieillesse, ne manque pas de charme, même si elle manque d'originalité. Par contre, rarement le détail d'une telle machine nous fut donné avec tant de détails et de précisions. Thylienne est donc un partisan des ressources fluidiques de notre organisme, théorie qui, par une étrange coïncidence, avait déjà été ébauchée dans le recueil de Pasquier « Le secret de ne jamais mourir ».

Décidemment, il semblerait que ce fut une obsession chez les écrivains Belges. Mais on peu dire qu'ils avaient à mon avis un certain sens de l'humour noir et de la chute inattendue comme en témoigne également cet ouvrage qui bascule littéralement vers la fin dans le conte « absurde ». Un mélange de roman de mœurs mélangé à un postulat fortement conjectural avec cette petite touche personnelle et fort bien à propos, dans ses toutes dernières lignes.

En résumé, un roman assez long dans sa première partie et qui ressemble fort à un « faux amis ». Seulement l'expérience nous prouve une fois de plus que dans notre domaine qu'il est plutôt sage d'être patient et acharné. D'ailleurs, la chute me rappelle cette nouvelle de E.M.Laumann « La cage de verre » (« Je sais tout » N°195 15 Mars 1922) ou c'est ingénieur qui construisit une machine ultra perfectionnée dans une usine d'assemblage, mort d'une façon atroce dans les bras articulé de sa propre invention. Mais Laumann en véritable virtuose comprit que le format de la nouvelle aurait plus d'efficacité .

 

Pour cette raison hélas, le roman de Thylienne souffre parfois de certaines longueurs qui portent préjudice au roman qui se perd parfois dans des considérations un peu trop « frivoles » Mais la morale reste identique, l'homme de science dans sa toute puissance et sa vanité veut absolument se croire l'égal de dame nature, défier Dieu, dominer les éléments, pour se rendre compte qu'il ne reste qu'un misérable être humain. Un homme me direz- vous presque immortel dans le cadre du roman, mais égal aux autres sous la pression de quelques kilos de ferraille. Il ne sortira décidemment jamais de sa condition de simple mortel et les écrivains qui hantent les pages de ce blog nous le prouvent de manière quasi systématique.

Jean-Marie Thylienne se consacrera au moins encore trois fois à la conjecture « L'onde Hallucinante » et « L'étrange aventure de Mr Saint-Ardant » dont je ne connais rien et « Le Docteur Génitrix » où il sera question de fécondation artificielle.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie