Julien Helbroeck est atteint d'une curieuse maladie, celle de rendre fou d'impatience ses lecteurs assidus et de contaminer ceux qui seraient encore dans l'ignorance de sa plume alerte et inventive. Car voyez-vous, chez ce passionné de littérature Russe, de catcheurs Mexicains, de romans gores et de musiques déjantées, tout fait ventre et sa boulimie insatiable de curiosités littéraires en font une sorte d'homme-orchestre de la littérature fantastique qui absorbe, digère et recrache ses propres influences, mais sous la forme non pas d'une bouillie indigeste et réchauffée, mais d'un plat consistant, riche en saveur et aux merveilleuses fragrances imaginaires. Cet homme à du talent, celui très humble des personnages qui ne font pas de bruit et qui, malgré une stature de déménageur, est capable d'une sensibilité, dans le difficile exercice de l'écriture, que peu d'auteurs peuvent se targuer de posséder. Ouvrez n'importe lequel de ses romans et vous constaterez que ce n'est pas par pure flatterie mal placée que je vous présente ici cet ami amoureux du « mauvais genre », mais parce qu'il possède un talent et une facilité à écrire qui ne cesse de m'impressionner au fil des ses publications. Depuis ses premiers écrits, rien n'est à jeter et c'est toujours avec un certain enthousiasme que je me lance dans la lecture de ses romans et nouvelles et une fois de plus, le bougre, il vient de faire mouche et me faire passer un moment de pur plaisir !Et c'est bien là l'unique problème avec les romans de Julien,une fois que vous rentrez dedans, impossible d'en sortir, les pages défilent au mépris des besoins fondamentaux de tout être humain et je ne doute pas qu'un jour ou l'autre, le personnage se retrouve au tribunal pour avoir causé une déshydratation ou un globe vésical chez un de ses lecteurs. On pénètre dans son texte dans des strates de plus en plus profondes qui nous empêchent de nous retourner, brusquement la lumière vient à faiblir : comment déjà quatre heures du matin ?
Mais revenons à cette dernière petite perle qu'il vient de nous offrir et qui, sous une couverture assez suggestive, nous promet une virée dans le territoire des morts dont il nous sera impossible de nous dépêtrer.
« Stoner Road » donc ne déroge pas à la règle et si l'histoire d'apparence banale de ce « roi de la défonce » en quête de sa petite amie, pouvait dans des mains non expertes, virer à une banale histoire de disparition sur fond de sexe et de Rock'n roll, entre les mains d'un façonneur d'histoire, la donne change du tout au tout.
Josh Gallows, une âme errante qui ne trouve refuge que dans les mondes évanescents des drogues psychédéliques de plus en plus puissantes, possède sous des airs de junky désabusé deux qualités : il connaît bien les produits qu'il vend et leurs effets ( ce qui lui sera utile dans le cas présent)et possède une détermination que rien ne viendra mettre en péril. C'est l'histoire d'un homme qui perçoit un peu trop tard que la seule personne pour qui il avait vraiment des sentiments, vient de se barrer avec son meilleur pote. Hélas, il y a des addictions qui sont plus fortes que tout, le mal est déjà fait, il ne lui reste plus qu'à se morfondre dans son coin. Après tout bienfait, il fallait qu'il y réfléchisse avant non ? Pas aussi simple les amis, pas aussi simple ! Pourtant, comme saisi d'un petit sursaut de lucidité, il décide de faire table rase sur son passé et essayer de repartir sur de nouvelles bases, enfin presque. Le problème, c'est que lorsque la drogue vous tient, elle ne vous lâche plus. Commence alors une quête éperdue pour retrouver celle pour qui il trouve encore un sens à sa vie, et dans le désert Mexicain, dans l'ambiance étouffante et toxique des concerts organisés par des personnages à la limite de la bestialité, le combat va se révéler plus âpre que prévu. Alors qu'il pensait avoir trouvé une piste, il va se casser le nez, au sens propre comme au figuré, sur une bande de gros bras vivant dans un monde qui ne connaît pas de limites et se retrouver pour mort au bord de la route. Il sera récupéré par cette figure « mythique » du cinéma Américain, un Redneck du nom de Josh, qui sous des apparences à la fois rudes et basiques va lui offrir une aide précieuse et l'empêcher de crever comme un animal. Pour lui aussi, la mission sera la même, la recherche de sa sœur dont il a perdu la trace dans un de ces fameux concerts concert sauvages organisé en plein désert. Tout sépare les deux hommes, mais pour un temps, ils vont délaisser leurs différences et mener jusqu'au bout leur impitoyable enquête pour aboutir à la révélation finale, dépassant en horreur tout ce qu'il aurait pu imaginer !
« Stoner Road » c'est avant tout un road movies, bourré de références à un produit de la contre culture Américaine que l'auteur explore souvent de façon humoristique, en pénétrant dans les recoins les plus sombres d'un mauvais trip . C'est la mise en exergue d'un monde qui est celui du héros, qu'il a choisi de suivre, au risque de sa propre raison et de sa vie. On en vient à avoir de l'empathie pour ce personnage qui passe le plus clair de son temps en pleine défonce mais qui garde toutefois sa propre dignité,gardant en lui un sens de l'honneur et du courage que peu de héros beaucoup plus « clean » pourrait encore conserver en regard de l'abomination qu'il va devoir affronter. À sa manière il est « l'élu » celui qui pourra contrecarrer cette horreur qui se cache tapie dans nos pires cauchemars, car il est le seul à pouvoir maîtriser ou du moins garder un certain contrôle sur ces mondes fantasmagoriques qui s'insinuent dans les rêves des voyageurs égarés.
Ce roman nous parle de la déchéance humaine et des pires mensonges que l'on est capable d'inventer pour se cacher la vérité, à la seule différence, c'est que le héros de Julien lui, à pleine conscience de ses nombreuses tares, il vit dans un monde d'artifice et de déchéance, mais il assume et il sait parfaitement que le peu de dignité qui lui reste servira à se racheter de ses nombreuses faiblesses. En cela, le tour de force en terme d'écriture est de nous avoir décrit avec une aussi grande exactitude, sans jamais s'égarer, les univers d'un toxicomane, avec un sens du détail assez extraordinaire. Dans le chapitre « The Nightchild » la frontière ténue entre mauvais trip et fantastique est plus qu'évidente et nous livre un avant-goût de ce qui va suivre. Le périple des deux hommes, qui baigne dans la sueur, la chaleur étouffante du désert et les canettes de bière, est parsemé de rencontre cocasse et savoureuse, qu'il s'agisse de celle de Rasûl dans cet hôpital psychiatrique aux forts relents d'un asile à la Lovecraft, et qui fut « mordu » en 1972 par une abomination sans nom, de celle des frères Burke, Geek inséparables pour bien des raisons, de John Munn ancien journaliste dont les précieuses recherches vont permettre aux deux héros de faire la lumière sur bien des zones d'ombre, ou de cet indien « voyageur imprudent » dans les artifices de la drogue aux méthodes décalées, et il y en d'autres, tous les personnages rencontrés sont haut en couleur et donne lieu à des passages souvent d'anthologie, forts drôles car décrits avec ce talent particulier des auteurs qui nous donnent l'impression de nous parler le plus simplement du monde des situations qu'ils ont déjà rencontré. Une galerie de « Freaks » comme on en rencontre dans les films de genre et nul doute qu'en grand passionné de cinéma bis, il y ait puisé son immense palette chromatique de sales gueules
La grande force de ce roman est la présence d'aucuns temps morts, l'écriture y est fluide et décontractée et je dois avouer qu'en tant que fan de Graham Masterton, j'ai eu l'impression de lire un de ces romans , tellement l'atmosphère fantastique y est bien entretenue, mais avec cette patte particulière de l'auteur où il est presque possible d'entendre à chacune de ses phrases un délicieux ricanement .....de goule. Car lorsqu'il décolle vers les territoires de l'horreur, notre homme s'y entend et les confrontations que le héros devra subir avec Piltzintecuhtli sont à la fois mémorables et fort originales et j'ai très peu rencontré de romans ou la créature mise en cause est à ce point flippante et d'une telle originalité.Ils devront alors user de tous les artifices possibles et de certaines méthodes peu orthodoxes pour arriver à vaincre ce mal à l'état pur ,donnant lieu à deux confrontations assez mémorables dont la doute dernière qui va se dérouler lors d'un concert hors du commun que, chers amis, vous ne serait pas prêt d'oublier.
Lorsque l'imagination d'un auteur est à ce point capable de se démarquer pour son originalité, son sens du rythme et sa qualité narrative, nul doute n'est possible, nous avons là affaire à un écrivain dont il n'est plus besoin faire l'éloge et se laisser porter par le fil de son imagination en priant le ciel pour que son prochain roman ne se fasse pas trop attendre. Mon seul regret lors de la lecture du roman, est de ne pas posséder l'immense culture musicale de Julien. Chaque début de chapitre est marqué par un titre de musique qui je n'en doute pas un instant, devrait coller pile-poil à l'ambiance du roman, mais néophyte ou non dans ce domaine, je puis vous assurer que même dans le calme le plus total , j'entendais résonner au fond de mon crâne les accords métalliques du « Stoner Rock » et connaissant les goûts certains du bonhomme, je ne doute pas un seul instant que cette musique s'avère indispensable pour tout amateur curieux.

 

Remercions les éditions ActuSF, sympathique éditeur, d'avoir eu l'excellente idée d'accorder sa confiance dans cet auteur dont je vous recommande, à ceux qui ne le connaîtraient pas encore, les deux romans parus dans sa propre collection « Trash » : « Pestilence » et « Garbage rampage » ( sous pseudonyme) c'est aussi jouissif que ce « Stoner Road » qui trouve dans ma bibliothèque une place de choix aux cotés de mes auteurs favoris.

 

«Stoner Road » de Julien Heylbroeck ».Éditions actuSF .Couverture couleur de Ammo,2014 

 

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie