Comme je le signalais dans un précédent article ,dans l’anticipation ancienne le fer ne sera pas souvent doté d’une vie propre mais soumis à l’esprit retors de quelques savants fous ou autres…. Plus rares seront ceux qui s’efforceront de le détruire tout bonnement et simplement soit par un procédé qui va le désagréger comme vous allez le découvrir dans « Le fer qui meurt » de Raoul Bigot, soit par les effets néfastes de quelques particules extra-terrestre (« Le fer qui meurt » de S.S.Held, éditions Fayard 1931) où la sidérite va littéralement ronger le fer. Ce qui d'ailleurs est assez surprenant, c'est de constater que finalement, il suffirait d'un mal insidieux lâché sur le monde et qui attaquerait le fer, pour remettre en cause tous les fondements de notre civilisation. Malheureusement,cette thématique ne fut pas exploitée à la hauteur de ses incalculables conséquences. Charles de Richter dans sa « Menace invisible » tente bien une approche particulière qui tente à saper (dans les deux sens du terme) la toute puissance de l'industrie française, voulant mettre à mal les fondements d'une technologie basé sur la toute fiabilité du métal, mais comme il sera de coutume, le bien finira pas triompher, réduisant à néant le rêve de destruction de ce savant quelque peu dérangé ayant quelques affinités avec nos amis les blattoptères. D'autres auteurs voulant se démarquer du lot, vont utiliser le métal non pas comme le symbole de la fin probable de notre civilisation, mais comme l'instrument de sa destruction. Ainsi René Thévenin dans son « Collier de l’idole de fer » (Tallandier « Bibliothèque des grandes aventures N°22, 1924) utilisera hypothèse du fer doté d'une «vie » propre, tout comme Abraham Merritt dans « Le monstre de métal » (1920 pour l’édition originale, édition Hachette Gallimard  collection « Le rayon fantastique » N° 50, 1957) qui en fera également usage, bien que dans le cas présent, il s’agisse plus « d’êtres » métalliques, constitués d’un assemblage de formes géométriques.Il pourra également être affecté d'une étrange maladie à l'exemple de la nouvelle de G.de Pawlowski « La révolte des machines » (mis en ligne sur les pages du site) où les innombrables serviteurs mécaniques du futur vont se révolter car frappés d'un germe forçant le métal à échapper totalement au contrôle de ses créateurs.

Au final, il semblerait que le métal ait la vie dure et que la menace provienne plus des objets dont ils seront fabriqués.

Pour en revenir à la nouvelle de Raoul Bigot, en ce mois de Décembre 1918, on comprendra très bien les intentions de l'auteur qui, à la fin de la grande guerre et de son cortège d'atrocité, voulut trouver, certes avec un peu de retard, une solution radicale à l’acharnement de l'Allemagne. Mais ici, le ton est loin d’être revanchard,il tente de trouver une solution radicale mais pas forcement meurtrière. D'autres auteurs trouveront dans une multitude d’œuvres des solutions définitives, en l’occurrence une maladie infectieuses entraînant la mort de milliers de personnes tout en préservant le matériel. Ici , c'est l'effet inverse qui est recherché, détruire le matériel et sauvegarder les vies humaines. Après le rayon qui à distance va faire exploser la poudre «(« Le semeur de feu » de André Falcoz Tallandier Bibliothéque des grandes aventures N°306 1930 ou « Notre frontière » de de Paulin Comtat « Collection de Romans Populaires » n°37,1913 ), le rayon qui décompose la poudre ( « La guerre est déclarée 193 ? » du colonel Royet, éditions Tallandier 1931) le rayon qui va immobiliser tout véhicule à moteur ( pour mémoire une aventure de Jo, Zette et Jocko « le Rayon du mystère », parut dans « Cœurs Vaillants » en 1936), nous voici face à une arme d'un modèle tout à fait innovante et dont il aurait été intéressant de connaître la portée dans la mesure où cette « maladie moléculaire du fer », ne pourrait être enrayée.

Une nouvelle que je trouve particulièrement réussie, tant pour sa thématique que pour son propos où, une fois n'est pas coutume, la science au service de la machine de guerre militaire ne sera pas forcement synonyme de destruction de masse.

Raoul bigot dont vous allez lire la longue nouvelle, fut également l'auteur d'un roman qui paru en pré-originale dans la revue « Lecture pour tous » en janvier ( le 1er et le 15) et le 1er Février 1919, illustré par Henry Morin. Le même texte sera réédité en 1921 au éditions Pierre Lafitte sous le titre « Nounlegos, l’homme qui lit dans les cerveaux » et de « L'étrange matière » écrit avec E.M.Laumman, toujours paru en pré-originale dans la revue « Lecture pour tous » de Juin à Août 1921 et réédité en volume en 1924 aux éditions hachette « Bibliothèque de la jeunesse » illustré par René Lelong ( deux présentation, une souple avec couverture illustrée et une rigide de couleur rouge sans illustration)

 

« Le fer qui meurt » de Raoul Bigot dans la revue « Lecture pour tous » du 15 Décembre 1918

 

Depuis quarante-huit heures, le lieute­nant Jacques ne s’était pas reposé un instant. Dès le début de l’attaque menée violemment par l’ennemi, sa batterie, installée non loin des premières lignes, avait été prise particulièrement à partie par l’ar­tillerie adverse ; il était resté seul survivant des officiers, avec un effectif réduit de près de moitié. Les ordres étaient impératifs ; il fal­lait, coûte que coûte, continuer les barrages sous la grêle des 210 et des 150. Avec son air habituel détaché d’ici-bas, le lieutenant allait d’une pièce à une autre, inspectant ses hommes, donnant un conseil lorsqu’un inci­dent menaçait d’arrêter le tir ; rien ne parais­sait l’émouvoir, et son calme imperturbable trempait mieux le courage de ses soldats que des discours plus ou moins nerveux. De temps en temps il passait à son trou prendre connais­sance des nouvelles que, grâce à un appareil récepteur de fortune de T. S. F, qu’il avait installé, il pouvait recevoir.

Les bonnes nouvelles étaient transmises par lui directement à ses hommes et il portait personnellement à chaque pièce les nouveaux éléments du tir lorsque les ordres lui enjoi­gnaient de changer d’objectif.

Mais sa résistance physique était ce soir- là à bout ; il s’en aperçut à la lecture d’une communication lui disant.

« Attaque ennemie définitivement échouée. Sur premier objectif une rafale tous les quarts d’heure. Mesures sont prises pour vous ravi­tailler vers 23 heures et évacuer vos blessés. Votre tir a été très efficace. »

Il fit alors une dernière tournée répandant ces lignes consolantes, donna quelques ordres et s’en fut vers sa paillasse, se sentant harassé.

Le lieutenant Jacques n’était pas né pour faire un militaire. De santé plutôt déli­cate, répugnant à tous les exercices violents, il ne se sentait vivre que dans le laboratoire de recherches où il était entré aussitôt la fin de son instruction scientifique. Il s’estimait heureux d’avoir pu pénétrer d’emblée dans l’une des trop rares grandes industries fran­çaises ayant compris l’importance technique, économique et morale de ces laboratoires de recherches, si développés dans certains pays industriellement plus jeunes que la France.

Il avait trouvé sa voie et, rapidement, avait rendu des services appréciés. Lors de la déclaration de guerre, officier de complément, il rejoignit son régiment. Patriote et scrupu­leux, il fit son devoir sans ostentation ; celui-ci ne lui demandant qu’un travail cérébral qui n’était qu’un jeu pour lui, il sut assumer ses fonctions, tout en laissant son esprit travailler dans des sphères bien plus hautes.

Naturellement ses préoccupations scienti­fiques s’étaient orientées vers les moyens de guerre et il avait, maintes fois, étonné ses camarades en leur décrivant, un an et plus avant qu’ils ne fassent leur apparition, de nouveaux engins qui lui semblaient devoir s’imposer. Il répétait volontiers que les moyens de faire la guerre étaient, en somme, bien réduits. Les adversaires en présence n’utilisaient que des engins d’action locale peu étendue qui, pour produire de l’effet, de­vaient être employés; en nombre considérable.

Pour abattre rapidement l’Allemand, il fallait pouvoir l’atteindre, sur ses milliers de kilomètres de front, sur les arrières de ses innombrables armées, sur son territoire même, par une catastrophe générale comparable à ce qu’était une épidémie de peste ou de choléra, à ce qu’était le virus bocho-maximaliste pour l’ancienne Grande-Russie, à ce qu’était la torpille pour le paquebot sans défense. Mais ces points de comparaison ne fournissaient aucune donnée pour résoudre le problème. La création d’une épidémie générale en Alle­magne était impossible ; elle répugnait d’ailleurs au caractère français, d’autant plus que l’Al­lemand avait déjà essayé de l’employer.

Quant à la décomposition intérieure pro­venant de la politique, il n’y fallait pas songer ; toute l’histoire de l’Allemagne était là pour prouver que le peuple allemand était fait pour obéir, il ne pouvait être que le bras, il avait besoin que ses gouvernants pensent pour lui !

Utopie aussi que de rêver de faire sauter tout le pays ennemi comme un pauvre navire !

Et le lieutenant Jacques s’abîmait dans des réflexions profondes à la recherche du procédé qui, d’un seul coup, désarmerait complètement l’ennemi abhorré.

Peu à peu, il se produisait dans son esprit de subites et étranges lueurs, des rappro­chements inattendus entre des expériences faites par lui sur la contexture et la fragilité des métaux et de curieux et anormaux phéno­mènes électriques qu’il s’était promis d’appro­fondir dans l’avenir.

Il força son cerveau à suivre parallèle­ment ces deux questions et une idée de génie se cristallisa lentement dans son esprit.

Pendant l’attaque effrayante qui fut repoussée en grande partie grâce à la conduite de sa batterie, il lui sembla que cette idée prenait définitivement corps.

Et, s’étendant sur son lit de paille, il se dit : « J’ai trouvé », puis il se crut la force de réfléchir. Mais la fatigue physique le domi­nait ; il murmura : « C’est cela, j’écrirai au Président du Conseil », puis, terrassé, il tomba dans un profond sommeil.

 

Le lieutenant Jacques, de la 3e batterie du 10e régiment d\'artillerie,

A M. le Président du Conseil des ministres.

 

J’ai l’honneur de vous informer que j’ai découvert un moyen de guerre inédit, capable, en quelques heures, de provoquer sur l’en­semble des territoires ennemis une catastrophe sans précédents, devant amener à merci nos adversaires. Le procédé demande :

Un matériel nouveau assez important mais nullement extraordinaire ;

Un ensemble de mesures, faciles à prendre, à appliquer en même temps sur tous les fronts et sur les frontières neutres, mais dont l’exé­cution stricte est une condition vitale pour protéger les Alliés contre une catastrophe identique à celle qui doit être provoquée chez les empires centraux ;

Une discrétion absolue, car l’ennemi informé du projet pourrait, non seulement diminuer l’importance du résultat, mais le supprimer complètement par un moyen très simple ;

Une Coordination étroite avec la stra­tégie générale qui devrait, certainement, modifier les plans actuellement décidés.

Pour toutes ces raisons, le recours à la voie habituelle serait absolument inopérant ; le nombre et la nature des questions soulevées exigeraient l’examen de ma proposition par un grand nombre de commissions et de bureaux qui seraient dans l’impossibilité absolue de se mettre d’accord avant que, par l’un de ces moyens détournés que nous igno­rons mais que nous sentons, l’ennemi ne soit au courant de l’idée et n’y fasse la parade sim­pliste à laquelle j’ai déjà fait allusion.

J’ajoute que tous les préparatifs d’exé­cution ne pourront donner ni à nos agents, ni à l’ennemi s’il arrivait à les connaître, aucune indication sur le but poursuivi.

Un seul homme, en France, peut exa­miner l’ensemble de ces questions et en dé­cider. Cet homme, c’est vous, Monsieur le Président du Conseil.

L’opinion a porté votre énergie au pou­voir ; je viens lui présenter l’occasion de s’en servir pour le plus grand bien du pays.

Lieutenant Jacques.

 

Le cabinet militaire de la Présidence du Conseil, auquel fut envoyée cette lettre, n’y attacha que peu d’importance; néanmoins des renseignements furent demandés sur cet officier si peu respectueux de la voie hiérar­chique.

Ils arrivèrent tels que le scepticisme de l’entourage du Premier fut ébranlé et que, pour éviter toute gaffe, la lettre fut présentée au Président du Conseil ; celui-ci ordonna qu’un officier supérieur se rendrait immédiate­ment près du lieutenant Jacques et lui deman­derait le principe de son projet et quelques détails pour pouvoir juger si la proposition méritait une étude.

Cet officier revint vite.

Le lieutenant avait répondu simplement que, sur son honneur, il garantissait la véra­cité de ce qu’il avait avancé, mais que, pour les raisons indiquées dans sa lettre, il n’expo­serait son projet qu’au Président du Conseil en personne. De sa courte mission, de l’im­pression que lui avait causée Jacques, des conversations qu’il avait eues avec ses chefs militaires, avec le directeur de la Société qui l’employait avant la guerre, l’officier rappor­tait la conviction que la proposition ne pouvait être écartée de piano. Le Premier téléphona au G. Q. G. de prescrire au lieutenant Jacques de venir le voir.

La première entrevue du grand politicien à la vue nette et claire, à l’inébranlable volonté et du jeune savant calme et résolu, fut une rapide passe d’armes :

« Monsieur, vous m’avez envoyé cette lettre : vous avez refusé des explications à l’officier supérieur que je vous ai dépêché.

Je veux croire que vous n’avez pas fait là œuvre de plaisanterie et que vous avez réfléchi que faire perdre du temps à celui qui con­centre dans ses mains l’énergie et la volonté de la France, c’est presque un crime.

« Exposez-moi rapidement votre projet. Monsieur le Président, ce n’est pas encore le moment ; je vous l’exposerais que vous n’y croiriez pas ; il me faut d’abord vous prouver que l’idée fondamentale est résolue, et je dois commencer par une expé­rience. »

Il sortit de sa vareuse une petite boîte grande comme une lampe électrique de poche « Avec ceci, continua-t-il, en empruntant pendant quelques secondes un courant élec­trique juste suffisant pour allumer une am­poule ordinaire, je détruirai le monde.

« Vous hochez la tête, Monsieur le Prési­dent, vous vous demandez si je ne suis pas fou ! Venez avec moi jusqu’à un endroit où je pourrai, sans dommage, exercer mon expérience, vous verrez,-vous croirez et, après, vous entendrez et comprendrez mon projet. »

Le Président demanda une communica­tion téléphonique :

« Colonel, n’avez-vous pas dans votre arsenal un vieux bâtiment qui vous gêne et que vous voudriez voir disparaître?... Bien... alors j’irai vous voir demain. »

Au moment où il allait raccrocher le récepteur, le lieutenant Jacques fit un geste : « Pardon, Monsieur le Président, quelques précautions préalables ,sont indispensables à prendre; voulez-vous me permettre de les indiquer devant vous? »

Sur un signe affirmatif, Jacques par télé­phone donna quelques instructions. La com­munication terminée, le Président déclara :

« Alors Monsieur, nous partirons d’ici, demain à 10h. 30. »

Le lendemain, à dix heures et demie précises, le Président du Conseil et le lieutenant montaient dans une automobile qui les con­duisait à un arsenal situé dans la grande banlieue de Paris. Jacques s’assurait minu­tieusement que les instructions prescrites avaient été prises. Satisfait de son examen, il revint vers le Premier qui s’entretenait avec le colonel directeur.

« Monsieur le Président, je suis prêt.

« Mon colonel, vous connaissez les conditions ; revenez dans une heure, vous pourrez constater que ce bâtiment ne vous gênera plus ! »

Sur un signe d’assentiment du grand maître, le colonel s’en alla. Une heure après, quand le colonel revint, il ne restait du grand hangar qu’une couche de poussière. Le Président; dans l’attitude d’une profonde réflexion, fixait démesurément l’amas qui se trouvait à ses pieds ; le lieutenant Jacques prenait paisiblement des notes. L’arrivée du direc­teur de l’arsenal les rappela à la réalité.

Le Président montra au colonel ce qui restait du grand édifice, d’un air qui voulait dire : « Comment cela s’est-il fait? Je ne sais pas ! » puis il s’adressa à Jacques :

« C'est prodigieux ce que vous venez de faire, mais je n’en conçois pas l’application à la guerre. Je ne comprends pas !

Maintenant, je pourrai vous expliquer, Monsieur le Président. »

Quelques jours après, le lieutenant était demandé à la Présidence.

« Monsieur Jacques, comme vous l’aviez pressenti, ma décision est prise ; nous allons tenter cette opération extraordinaire ; le triomphe de la civilisation et de l’humanité la justifie.

« Mais je ne dois pas être seul au courant.

« Pour porter tous ses fruits, votre action doit être intimement liée à celle de nos armées et ce n’est pas moi qui les commande.

J’y ai pensé. Comme vous avez enfin réussi à convaincre tous les Alliés de nommer un généralissime unique, c’est ce dernier qu’il faut prévenir. Nous trois seuls au courant, sans en dire un mot à qui que ce soit, c’est le triomphe assuré. J’ai apporté un plan d’or­ganisation de l’exécution tel, que tous ceux qui y seront mêlés ne pourront se douter de l’œuvre qu’ils préparent.

C’est mon avis, aussi ai-je convoqué le commandant en chef. »

En disant ces mots le Président ouvrait la porte donnant dans un petit salon dé son cabinet. Les portes bien closes, les trois personnages restèrent en conférence pendant une demi-journée.

Inoffensive alliée à laquelle on s’atten­dait n’eut pas lieu, toutes les armées reçurent l’ordre de se tenir sur une stricte défensive, bornant leur action à maintenir l’ennemi en haleine par un harcèlement ininterrompu des premières lignes et des arrières. Mais des concentrations considérables de camions automobiles, de matériel divers étaient réa­lisées non loin des lignes, ainsi que de grands amas de munitions et d’approvi­sionnements de toutes sortes.

Le Président du Conseil eut, politique­ment, un mal énorme à se défendre contre les reproches d’inaction ; il répétait sans cesse : « Nous attendons notre heure », et s’autori­sait des décisions du généralissime qui. nommé par tous les Alliés, était à l’abri des mouvements d’humeur des parlementaires.

 

Pendant ce temps, Jacques travaillait. A la frontière suisse et en trois points au front occidental, il amenait des lignes de courant électrique empruntées aux plus grandes centrales voisines. Il faisait cons­truire des appareils électriques bizarres, ne ressemblant en rien à ceux connus jusqu’à ce jour ; ces appareils étaient montés dans des abris blindés édifiés à l’extrémité des nou­velles lignes.

Des équipes de sapeurs procédaient à des manœuvres diverses sur le front.

Après quelques mois d’un travail intensif, Jacques, au cours d’une réunion avec ses deux hauts collaborateurs, leur déclara :

« Je suis prêt. Il est certain que toutes les précautions sont prises sur les fronts franco-anglo-belge-américain, italien et grec; sur notre front on a réussi en trois points, en profitant de cours d’eau, à établir les trois raccords nécessaires. Si l’ordre est lancé de fermer, dans les formes convenues, la fron­tière suisse tant du côté français que du côté italien, le cataclysme pourra être déclenché dans quarante-huit heures.

«Une demi-heure après ce déclenchement, les observateurs du front, les saucisses et les avions qui seront prévenus des phénomènes à saisir, nous renseigneront sur la réussite ou non de ce premier acte ; il faut en effet prévoir que les dispositifs établis à grand-peine sur le front ont pu être détériorés; si le résultat est négatif, nous serons alors obligés de lancer la catastrophe à travers la Suisse; dans ce cas vous savez les mesures prises pour limiter les dommages et celles devant permettre à nos voisins de remédier au bouleversement général qu’ils vont subir.

« Si au contraire, comme il faut l’espérer, le résultat est bon, nos émissaires agiront dans le sens convenu pour obliger la Suisse à prendre les mesures qui la sauvegarderont ; d’ailleurs des hommes de confiance sont répartis en des points choisis où, même indé­pendamment du Gouvernement fédéral, ils pourront procéder aux simples opérations qui mettront le pays à l’abri de toute contagion. C’est ce système qui sera employé en Hollande et au Danemark. La France aura fait le maximum d’efforts pour que ceux qui ne sont pas intervenus dans la lutte, n’aient pas à souffrir du rude coup que ses adversaires vont recevoir.

«  Chez l’ennemi ce sera foudroyant ; il ne pourra exécuter la parade de sauvetage ; sa fameuse organisation si méthodique ne lui permet pas de comprendre rapidement les choses nouvelles et de prendre de suite les décisions qui s’imposent; l’imprévu est pour lui un obstacle terrible qui l’arrête, qui l’oblige à un effort cérébral laborieux, qui nécessite des consultations pour faire rentrer l’anormal dans un cadre prévu ; il n’aura pas encore saisi l’ensemble de la situation que notre œuvre sera achevée.

« Les escadrilles d’avions de reconnais­sance nous tiendront au courant des progrès du désastre.... Alors, Monsieur le maréchal,ce sera à vous de terminer la tâche ! »

Jamais le lieutenant Jacques n’avait tenu un aussi long discours ; c’est que, malgré tout son calme, la grandeur et l’épouvante de ce qui allait se produire sur un geste de lui l’avaient quelque peu surexcité.

Pendant quelques instants le silence régna entre les trois hommes dont dépendait le destin du Monde.

Les méditations terminées, ils fixèrent d’un commun accord les détails ultimes de la mise à exécution du gigantesque projet. Au moment de se quitter, le souvenir qu’ils ne se reverraient « qu’après », c’est-à-dire au lendemain d’une victoire éclatante, fit qu’ils se rapprochèrent et, émus, s’embrassèrent fraternellement. Peu de jours après cette entrevue, le front allié était en rumeur ; il paraissait se passer quelque chose de grave chez les Boches ; on percevait des incendies dans les grosses agglomérations ; des dépôts de muni­tions sautaient! Les aviateurs rapportaient qu’ils constataient un arrêt absolu des cir­culations sur voies ferrées.

Les communiqués, mettant les choses au point, signalaient qu’un grand nombre de destructions étaient visibles sur tout l’arrière de l’ennemi ; puis ces communiqués se multipliaient, mettaient le monde entier au courant d’un cataclysme extraordinaire qui. envahissait les pays ennemis ; les ruines, les incendies s’étendaient, gagnaient Berlin, Vienne, jusqu’à Constantinople ! Un senti­ment de surprise qui devient vite de la stu­peur, puis se change en rage, en désespoir inouï, s’empare de l’Allemand et de ses alliés.

De l’autre côté du front, les premières nouvelles sont accueillies avec calme, on se méfie un peu de tout ce qui paraît surnaturellement favorable ; mais les événements se précipitent ; l’épidémie terrible qui ravage les empires centraux est enregistrée pas à pas ; une joie folle s’empare de tous ; les gens s’abordent dans les rues, s’embrassent, pleurent de joie... les tombes des « Morts pour la France et les Alliés » sont fleuries et l’on vient dire tout haut aux chers disparus : « Vous êtes vengés ! »

Puis la grande nouvelle attendue éclate comme un coup de tonnerre : tout le front s’ébranle, les Français, les Anglais, les Améri­cains, les Italiens, les Serbes et les Grecs foncent en avant, réduisent à néant les rares résistances d’un ennemi complètement démo­ralisé ! Que s’était-il donc passé?

Trois jours après la dernière réunion de ceux qui allaient sauver le monde civilisé, le général Von Schünburg arrivait essoufflé à la gare de Nuremberg juste à.temps pour prendre le train se dirigeant vers l’Ouest.

"Sous le yeux des généraux épouvantés, les rails se fendaient, les trains culbutaient, les gares flambaient" page 425

Après avoir fait expulser les occupants d ’un compartiment qui lui convenait et rabroué ses employés qui ne lui paraissaient pas suffisamment empressés auprès d’un per­sonnage de sa condition — il commandait un corps d’armée — il s’installa ; puis, l’air soucieux, il tira de sa poche deux télégrammes officiels et les relut attentivement. Que cela pouvait-il bien signifier? Ces deux missives émanées l’une de son commandant d’armée au front, l’autre du ministère de la Guerre, lui enjoignaient l’ordre d’avoir immédiate­ment à rejoindre son poste, « vu les circons­tances extraordinaires ». Il avait donc été obligé d’interrompre sa permission, quoiqu’il ne fût arrivé que la veille à Nuremberg. Très tyrannique avec ses subordonnés, il était, comme tous les officiers prussiens, d’une discipline absolue vis-à-vis de ses supérieurs ; il ne maugréait donc pas contre l’ordre qui le privait des distractions qu’il s’était pro­mises, mais il était préoccupé du motif qui l’avait provoqué. Quelles pouvaient bien être ces circonstances extraordinaires invoquées?

Le train s’arrêta dans une petite station qu’il aurait dû brûler. Penché à la portière, Von Schünburg put voir qu’un homme agité, faisant de grands gestes, parlait au méca­nicien de la locomotive. Il allait envoyer aux nouvelles, quand le train reprit sa marche à une allure très réduite qu’il conserva.

Le général, la conscience tranquille, se cala dans un coin et peu de temps après s’endormit. Soudain un choc le réveille, le train s’est arrêté brusquement. Cette fois le général descend ; si le mécanicien n’a pas été prévenu qu’il avait l’honneur de conduire un commandant de corps d’armée, il va le lui rappeler en termes énergiques.

Autour de la machine il y a un cercle formé des employés du train et de quelques voyageurs.

La locomotive est déraillé ; l’accident a été provoqué par la rupture de rails qui sont fendus sur plusieurs mètres de longueur.

Grâce à sa faible vitesse, la machine n’a pas été loin, elle a tracé son sillon dans le balastre et s’est arrêtée contre un rail de la contre-voie qui, fait remarquer quelqu'un, s’est, sous le choc, fendu sur plusieurs mètres. La machine obstrue les deux voies ; la circulation est certainement interrompue pour plusieurs heures.

Le chef de train informe les voyageurs qu'une station n’est qu’à trois kilomètres et que le plus simple est de la rejoindre à pied ; là on pourra télégraphier pour qu’un train soit formé et vienne prendre les voyageurs en panne. Von Schünburg aperçoit des figures hâves qui le dévisagent et qui pourraient, en exhalant leurs plaintes de gens qui ne mangent pas à leur faim, attenter à la dignité du haut grade qu’il représente. Il se contient donc et, répondant au salut que depuis un instant lui adresse, figé dans la position réglementaire, un jeune officier à l’allure prétentieuse, auto­rise celui-ci à se joindre à lui pour atteindre la station annoncée.

A la station, c’est un brouhaha extraordi­naire ; l’affolement a gagné le personnel de la gare ; il y a de quoi : aucun train n’est passé depuis une heure ; le dernier arrivé a déraillé en s’arrêtant, les rails s’étant tordus et brisés sous la locomotive au moment où le mécanicien serrait les freins à bloc ; il faut croire même que le choc avait été rude et avait brisé les roues, car peu de temps après, celles-ci avaient cédé et la machine s’appuyait maintenant sur le sol par une partie de son mécanisme et de ses essieux.

Le général était allé directement chez le chef de gare ; s’autorisant de son grade, exhibant même ses deux télégrammes, il avait ordonné impérativement que l’on forme immédiatement un train. Le chef de station avait levé les bras au ciel en signe de déses­poir ; toutes les dépêches qu’il avait captées étaient incompréhensibles ; elles parlaient de trains déraillés, de catastrophes, mais rien de précis ne s’en dégageait, sinon que la circu­lation ferrée paraissait complètement arrêtée.

De plus, les communications télégra­phiques étaient successivement coupées sans qu’il fût possible d’en déterminer la cause. A l’instant même on venait de l’informer qu’à l’importante gare de marchandises créée pour le service de la grande usine de munitions dont sa petite ville avait été honorée en 1915, des phénomènes extraordinaires se produisaient : les rails disparaissaient et les wagons s’effondraient.

Von Schünburg, exaspéré par ce verbiage qu’il attribuait à un accès de folie provoqué, sur un cerveau faible, par l’annonce d’un vulgaire accident de chemin de fer, envoya l’officier qui l’accompagnait requérir en son nom les éléments nécessaires pour former un train et se dirigea vers le buffet..

Pendant près d’une heure Von Schünburg mangea et but copieusement, isolé dans une petite pièce séparée.

En allumant un cigare, il pensa à l’officier qui ne revenait pas., mais son estomac bien

garni le disposa momentanément à l’indul­gence envers ce subalterne qui paraissait si long à exécuter ses ordres soudain un homme lui apporta un billet griffonné par son compa­gnon qui lui disait que les dires dû chef de gare étaient malheureusement exacts : il n’avait pu trouver de matériel en état de rouler ; sur l’indication que peut-être il en trouverait à l’usine de munitions, il se dirigeait vers celle-ci. Après avoir pris connais­sance de ce message, le général remarqua que l’homme qui le lui avait apporté paraissait près de défaillir. « Mais qu’y a-t-il donc ? — Des choses épouvantables. — Allons donc !» et se levant avec difficulté, Von Scbünburg décida d’aller faire un tour pour faire tout rentrer dans l’ordre.

A ce moment, un cri « Au feu ! » reten­tissait. A la porte du buffet, le général, stupide, s’arrêta : à peu de distance de lui, la locomotive déformée s’était complètement affaissée et le charbon encore incandescent communi­quait le feu à l’amas de combustible du tender dont il ne restait que des vestiges.

Les wagons s’étaient écroulés, les planches et draps paraissaient seuls intacts ; le réser­voir à gaz de l’un d’eux laissait fuir le gaz au travers de ses parois et un coup de vent ayant fait se rejoindre la nappe gazeuse et les-étincelles du foyer, la flamme, en un instant, envahissait le train. Dans un moment, la gare entière serait en feu !

Le général suivit la foule qui fuyait, par la seule issue possible, vers la gare des mar­chandises. Là, il fut bien obligé de recon­naître que les bruits parvenus jusqu’à lui étaient exacts.. A la place des rails, ne se voyaient maintenant que des tramées dépous­siéré foncée ; des wagons, il ne restait guère que les planches et les cloisons, l’armature avait été comme volatilisée.

Il s’arrêta devant un train chargé de munitions et contempla de gros obus qui gisaient pêle-mêle. Du bout de sa canne, il frappa l’un d’eux et s’arrêta stupide.

« Voyons ! il rêvait, ce n’était pas pos­sible ! » Et il renouvela l’expérience : sa, canne était entrée dans l’obus ; sous le faible choc, le magnifique acier des usines alle­mandes s’était éparpillé. laissant voir à nu l’explosif redoutable.

Machinalement il recommença et chaque fois son bâton désagrégea un de ces obus dont il était si fier. Comme sous l’effet d'une hallucination, il frappa alors à coups redou­blés, espérant enfin entendre le son métallique que rendaient, d’ordinaire ces gros bijoux de mort que seule l’Allemagne avait su préparer d’avance mais il ne rencontrait que ides corps mous, que des enveloppes friables qui s’émiettaient et laissaient voir à nu leur hideuse âme jaune ! Alors, pris de vertige, il s’enfuit mais il n’alla pas bien loin !

A quelques centaines de mètres, un tourbillon immense de flammes jaillit ; il n’eut que le temps de penser : « l’usine v de munitions ! » et fut balayé et écrasé, par le torrent de gaz, de matériaux et débris de toutes sortes que projetait dans toutes les directions l’explo­sion d’un amas considérable de munitions et de milliers de tonnes d’explosifs !

"Pendant toute une demi-journée, le président du conseil le généralissime et le lieutenant jacques, étaeint restés en conférence" Page 427

Le procédé du lieutenant Jacques triom­phait.

C’était bien une idée géniale qu’il avait eue en provoquant, par un phénomène nou­veau d’ordre électrique, ce qu’il appelait « la maladie moléculaire du fer ». Sous le choc de cette onde spéciale, le fer, l’acier, la fonte, prenaient un mouvement vibratoire, intime, car rien ne le décelait au début, qui provo­quait une fragilité extrême du métal;celui-ci, sous l’effet des efforts auxquels il était soumis, se rompait ; la désintégration continuant par le fait de l’annihilation de l’attraction molécu­laire, le fer se réduisait en poussière. Et la chose inouïe, c’est que cette maladie était éminemment contagieuse ; la vibration se transmettait avec une vitesse si réduite qu’il était difficile de l’expliquer scientifi­quement, mais elle se transmettait d’une pièce à une autre, même lorsqu’il n’y avait entre elles qu’un contact insignifiant.

Ce qui s’était passé à la station où le général Von Schünburg avait eu une fin de dîner si tragique n’était qu’une bien petite scène du drame terrible qui secouait alors l’Allemagne, gagnait l’Autriche, la Bulgarie, la Turquie.

Le mal s’étendait, suivant le chemin facile et multiplié, sans solution de conti­nuité, des voies ferrées, à la vitesse inexo­rable de 50 kilomètres à l’heure, allant semer l’épouvante dans tout le pays.

Les premiers effets étaient ceux déjà connus : les rails se brisaient, se désagré­geaient, amenant des déraillements effroyables ; les locomotives, les parties métalliques des wagons suivaient bientôt, et par les foyers des machines, par le gaz des wagons, par des courts-circuits électriques, les trains devenaient la proie des flammes.

Dans les grandes gares, surtout, l’accumulation du matériel soumis à cette extra­ordinaire décomposition ame­nait presque à coup sûr l’incendie dévasta­teur.

Les ponts métalliques, gagnés par l’épi­démie, s’effondraient bruyamment.

Aux stations-magasins des Armées, l'amoncellement de munitions, de canons, offrait un champ magnifique pour l’extension de la « maladie moléculaire » qui répandait, ses ravages, réduisant -à néant les résultats des efforts de l’industrie boche:

Près du front, les gares des divers parcs du génie, de l’artillerie sont naturellement atteintes ; dans les dépôts de munitions, l'enveloppe des obus s’effrite sous l’œil effaré du personnel qui s’enfuit affolé dans toutes les directions, bien souvent avec raison, car des incendies, se produisant là comme ailleurs, amènent par endroits des explosions formidables ; celles-ci gagnent d’amas en amas les projectiles et- cartouches de tout calibre, les grenades, les fusées, les récipients

à liquides incendiaires, les réservoirs à gaz, formant de . gigantesques feux d’artifices dont ne peuvent se. faire idée ceux-là même qui ont pu contempler les effets des plus importantes destructions réalisées au cours de la guerre.

La contagion se poursuit ; elle est telle qu’un simple contact momentané entre une pièce atteinte du mal mystérieux et une pièce saine contamine celle-ci qui devient, à son tour, susceptible de transmettre le fléau. Bien des incidents bizarres en sont la résultante.

Des projectiles déchargés d’un wagonnet au moment où Fonde fatale est parvenue à lui, vont porter le germe inexorable dans les dépôts de munitions des batteries où ils sont remisés ; si ces projectiles sont employés de suite, c’est aux canons qu’ils communiquent la décomposition encore latente chez eux ; dans ce cas, bien rares les pièces qui résistent au premier départ : au second, le tube, sous la pression des gaz, éclate avec fracas.

Dans l’intérieur, les gares ne sont pas seules atteintes, les raccordements indus­triels sont une voie de pénétration facile par laquelle la maladie moléculaire vient s’im­planter dans les industries ennemies. Par les wagons, les ponts roulants qui les chargent ou déchargent, le choc vibratoire intéresse imperceptiblement les charpentes des grands halls orgueilleux ; le temps dévolu, elles s’effondrent avec fracas, contaminant les machines-outils, les pièces en construction, réduisant à néant l’outillage guerrier et économique si laborieusement élevé !

Mais ce n’est pas tout, bien des rails de tramways sont raccordés à ceux des chemins de fer. Par ceux-là le frisson funèbre atteint l’intérieur des villes.

Les rails des tramways, pour diminuer les effets d’électrolyse provoqués par le retour des courants, sont reliés aux grandes conduites de fonte qui distribuent l’eau et le gaz ; ces liaisons électriques, en câbles de cuivre avant la guerre, ont été remplacées par des pièces de fer doux, car l’Allemagne a eu besoin, pour . ses munitions, de réaliser tout son stock de cuivre ; ces câbles sont donc de nouveaux véhicules que tranquillement emprunte l’onde électrique jaillie de là-bas sur le front fran­çais. Et ces chemins lui offrent les moyens magnifiques de remplir la mission pour laquelle elle a été créée. Elle gagne les stations d’élé­vation et de distribution d’eau et les détruit. Elle gagne les usines à gaz, et sa puissance destructive s’étale avec ampleur : les appa­reils de fabrication, d’épuration du gaz, les gazomètres se dissocient sous son action ; le gaz, les foyers incandescents sont libérés ; leur rencontre produit des cataclysmes ; des flammes gigantesques s’élèvent à des hau­teurs énormes, comme pour souligner aux populations effrayées l’ampleur du châtiment.

Le fléau dévastateur suit sa loi inflexible ; les grandes conduites qui l’ont amené aux lieux de production du gaz, ne lui font pas dédaigner les conduites secondaires en fer qui alimentent certains quartiers ; il vient leur prouver sa puissance en provoquant des incendies que la disparition des conduites d’eau ne permet pas de combattre.

Les voies fluviales ne restent pas indemnes ; par des ponts, des écluses sont touchées, se brisent ; des biefs se vident, leur contenu produisant des inondations.

Plus encore : les ravages ne s’exercent pas seulement à l’intérieur des terres ; les ports aussi y sont soumis. Les gares mari­times, les docks et entrepôts sont saisis et disparaissent dans la tourmente. Les chan­tiers navals ne sont pas à l’abri des coups de cet ennemi invisible qui ne fait grâce à aucun des atomes de fer qu’il rencontre sur son chemin ; les croiseurs en réparation, les sous- marins en construction disparaissent vite des cales gigantesques ou modestes où on les armait pour de nouveaux forfaits.

Les navires à quai, par les appareils de chargement de charbon, par les passerelles d’embarquement, reçoivent l’effluve qui ne pardonne pas : en quelques heures ils sont au fond de l’eau ! Plusieurs grands bâtiments de guerre, devant ce mal inexplicable, décident de partir, mais beaucoup emportent le germe fatal qu’un contact fortuit leur a transmis. En mer, leur coque se dissout et ils sont brusquement abîmés dans les flots !

Le choc initial provoqué en trois points du réseau ferré ennemi par l’intermédiaire des connexions établies, à grand-peine, avait réussi à atteindre l’adversaire en tous ses endroits vitaux et sensibles, grâce à cette continuité prodigieuse des pièces métalliques qui couvrent tous les pays civilisés ou pré­tendus tels, d’un réseau fin mais enchevêtré qui enserre tout ce qui travaille et produit !

L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Bul­garie, la Turquie étaient réduites à merci ; les destructions s’étendaient aussi, hélas, sur les territoires occupés par les féroces agres­seurs, mais c’était la rançon du triomphe.

Quant aux neutres, à la grande satisfac­tion des trois protagonistes de cette émou­vante affaire, ils n’avaient pas souffert. La « maladie moléculaire » avait pu être transmise du front ; les mesures de protec­tion prévues, avaient pu être prises à temps : les voies les reliant aux empires centraux avaient été coupées.

La tâche du lieutenant Jacques était accomplie ; d’avance il repoussait douce­ment toutes les propositions flatteuses dont il était l’objet ; il retournerait à son cher laboratoire ; il avait un grand problème à résoudre : à cette « maladie moléculaire du fer » que son génie avait créée, il fallait trouver le remède !

Ce serait son œuvre pendant la paix, cette paix glorieuse et juste que l’ennemi atterré demandait maintenant à genoux et qui, demain, serait signée !

« Mon lieutenant, mon lieutenant, c’est le colonel qui vient féliciter la batterie ! »

Et ce n’est qu’à la troisième annonce de cette nouvelle que lui criait son ordonnance, que le lieutenant Jacques, après douze heures de sommeil, se réveillait.

 

Raoul Bigot

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie