Après « La terrible expérience du Dr Cornelis Bell », nous voici de nouveau face à deux excentriques chercheurs et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il se passe de drôles de choses dans les vapeurs méphitiques des laboratoires de nos savants fous. Encore cette insupportable obsession de vouloir coûte que coûte vaincre la mort avec en prime une expérience des plus « explosive ». A trop vouloir s'activer dans toutes les directions, et jouer un peu trop avec le feu, celui-ci finit par vous « péter » à la figure, au sens propre comme au sens figuré.

Une nouvelle extraite de la précieuse revue « Nos loisirs », qui renferme encore bien des trésors !

 

« Les deux secrets » Nouvelle de Georges Casella. Dans la revue « Nos loisirs » N°27. 30Décembre 1906. Illustré par Paul Dufresne.

Quatre agents et un commissaire ceint de l’écharpe entrèrent en tumulte.

Es-tu prêt, Freddy ?

 

- Je suis prêt, John.

 

C'étaient deux vieillards extraordinairement pâles, aux faces émaciées, aux yeux caves. Ils se par­laient visage contre visage, avec d'étranges sourires dans leurs barbes grises. La flamme ronflante d'une grosse lampe les marquait d'ombres dures. John maniait un tube d'acier lourd, une seringue courte. Freddy tendait son bras nu. Autour d'eux, se distin­guaient des globes, des fourneaux, des vases, des cuves, un squelette d'orang-outang fixé au plafond en soupente par un collier de fer. John leva sa serin­gue...

 

- Arrête, dit Freddy, je vais écrire quelques mots. Et, sur le seul feuillet vierge d'un livre couvert d'hiéroglyphes, il griffonna : « Je m'inocule moi- même la maladie du sommeil. Si je meurs, qu'on n'accuse que moi. » Puis, ayant signé, il offrit son épaule à John. On entendit le léger sifflement du liquide comprimé. Freddy s'enveloppa d'un manteau, et John s'écria :

 

- Dans deux jours, notre triomphe sera certain ! Freddy s'appuya au mur et resta silencieux. Déjà, son regard virait. Machinal, il balançait sa main comme un pendule. Mais ce geste cessa. Bientôt, le vieillard chancela, et, dans un grand soupir, vint rou­ler aux pieds de John.

 

John, surpris d'un effet si rapide, son compagnon jusqu'à la chambre contiguë et l'étendit sur une couchette étroite, seul meuble qui, avec une boîte cadenassée, ornât cette salle humide et blanche.

 

- Ai-je forcé la dose? Grogna-t-il. J'attendrai deux jours avant d'employer mon sérum. Nous ver­rons, nous verrons...

 

Il frotta ses mains sèches et calleuses, aux ongles ternes, contempla le corps, eut un ricanement fêlé et retourna vers le laboratoire. Il entassa des copeaux et du charbon dans un four de briques, remua des cornues où brillaient des alcools jaunes et rouges, agita un soufflet gigantesque, et, soudain, les trois vitres de la mansarde bizarre flamboyèrent.

 

Les deux hommes habitaient sous le toit d'une maison louche et branlante. C'était une masure ancienne à trois étages, qui dominait une butte isolée. La populace baroque et quasi-foraine qui grouillait dans la banlieue triste connaissait bien les fenêtres de la mansarde qui s'allumaient aux heures sombres. Ces fenêtres incendiées provoquaient des racontars prodigieux. Les silhouettes étiques se profilant sur un feu de forge, éveillaient des idées de magie noire. On prétendait que les vieillards faisaient de l'or et qu'ils entassaient des sacs résonnants au fond de coffres de fer. A vrai dire, une peur sourde, superstitieuse, tenaillait les va­gabonds ; les femmes, surtout, évitaient la masure infernale ; et comme chacun n'aurait pu se présenter devant la justice, c'est à peine si deux dénonciations anonymes furent envoyées. Mais Hubert Flandrin, dit » Poing-d'-Acier « , qui déva­lisait les églises, préparait de longue date une excursion nocturne vers la demeure étrange, et il racontait que ce serait sans doute le plus beau coup de son existence.

 

John et Freddy ne sortaient jamais qu'à la brune pour quérir d'utiles provi­sions. Ceux qui les avaient rencontrés prétendaient qu'ils ressemblaient à deux sorciers démoniaques, et l'on prédisait à Poing-d'Acier les pires aventures. Pour­tant, John Billy était presque illustre, au delà de l'Océan, pour ses découvertes d'engins guerriers, et son exil volontaire avait seul empêché qu'on ne connût ses recherches sur un certain fluide déto­nant, qui devait anéantir, dans l'avenir, les ruses stratégiques des batailles.

 

En vérité, John Billy n'était-il pas un peu détraqué ? Comment aurait-il décidé cette vieille crapule do Fred Maggers, condamné dix-huit fois pour vol, s'il n'a­vait eu l'ascendant particulier des fous ? Toujours est-il que Fred le suivait comme un chien fidèle... Maintenant, il dormait peut-être son dernier sommeil dans la salle vide, aux murs lézardés, tandis que John, brûlé par des flammes d'enfer, pré­parait l'explosif qui devait assurer sa gloire...

 

Trois fois déjà, John avait usé de son sérum sur Freddv, sans que celui-ci bou­geât. Il n'en manifestait pas moins une tranquillité sereine. Etait-il certain de réussir ?

 

Faisait-il bon marché de la vie de Fred, dont le corps glacé se raidis­sait ? Mystère. Et il n'éprouva qu'une crainte, mais celle-là désordonnée, grotesque, le jour où il entendit trois coups frappés à sa porte. Toutefois, il reconquit son flegme pour ouvrir. Il se trouva en présence de quatre agents et d'un commissaire ceint de l'écharpe, qui entrèrent en tumulte. Un homme glabre et décoré les accompa­gnait.

 

D'abord, John ne dit pas une parole ; il laissa envahir son logis, comme s'il s'attendait à cette visite ; mais il ne refusa pas un entretien au monsieur décoré, qui déclina son titre de médecin officiel. Il parla de science à cet homme, qui exigea des papiers avant de l'entendre.

 

Un agent, qui avait aperçu corps de Fred, s'écria :

 

- Le cadavre est là ! Arrêtons l'assassin...

 

John sourit :

 

Messieurs, voici mon laboratoire. Si j'abandonne un instant mes fourneaux, vous serez foudroyés.

 

Le commissaire devint blême et déclara qu'on irait chercher un cercueil, tandis que deux agents garderaient les abords de la maison. Il fut obéi. Le médecin officiel affirma que le vieillard lui semblait fou, mais qu'il valait mieux attendre la matinée suivante pour opérer l'arrestation. Aussi bien, on ne put relever sur le corps de Fred aucune trace de violence. Sa mort parut naturelle. Il fut couché dans un cercueil qu'on entoura de cierges allumés, et John resta seul auprès de ce catafalque primitif

 

- J'ai encore six heures, murmura-t-il.

 

Et, le four en briques empli jusqu'à la gorge, il opéra un mélange de liquides en ébullition, rapprocha trois tubes qui crachaient des vapeurs, les coiffa d'un bocal énorme et courut dévisser le cercueil. La face de Fred apparut, cireuse et creusée,

 

- Diable ! Diable !... fit John.

 

Mais il piqua plusieurs fois le bras rigide à l'aide d'une seringue pleine d'une eau jaunâtre, et, retournant à son laboratoire, après un coup d'œil satisfait sur ses engins, il s'enfonça dans un vieux siège gothique et s'endormit.

 

D'abord, le bruit grondant du feu s'entendit seul puis il sembla qu'un choc timide et régulier heurtait le mur de la chambre funèbre. Cela dura une heure...et, soudain, le plâtre se détacha, croula dans la salle,et, par un trou formé dans la cloison, un homme entra. C'était Poing-d'Acier. Il jura d'épouvante en apercevant le cercueil et les cierges, mais se ressaisit, car il avait un témoin : un second chenapan aux che­veux roux apparut.

 

Ce sera plus facile, dit Poing-d'Acier, on ne nous dérangera pas.

 

Les dents de son compagnon claquaient. Il fallait faire vite. Ils se dirigèrent instinctivement vers la boîte. Poing-d'Acier tira de sa ceinture une pince bril­lante et courbe. Il l'introduisit sous le couvercle et pesa... Mais, à ce moment, son acolyte hurla. Et les bandits virent s'avancer jusqu'à eux le cadavre qui, surgi du cercueil, haussait un cierge pour mieux voir... Ils s'enfuirent vers la porte, affolés. Ils y ren­contrèrent John, accouru au bruit, et qui, à la vue de Fred, s'écria :

 

Le triomphe ! Le triomphe !...

 

Poing-d'Acier et l'homme aux cheveux roux tour­naient, terrifiés, autour de la chambre. Des pas lourds sonnaient dans l'escalier. Les agents, atten­tifs, s'inquiétaient peut-être... Un : » Au nom de la loi » acheva d'abrutir les cambrioleurs... Cepen­dant, une odeur bizarre s'épandait, un gaz acide flot­tait, prenait à la gorge. John mugit :

 

Sauvons-nous ! Sauvons-nous !...

 

A la porte, ils trouvèrent les agents.

 

Laissez passer ! Ordonna John.

 

Et comme il n'obtenait pas de réponse, il dit :

 

Deux grands secrets meurent avec moi.

 

Le gaz flottant fut visible, bleuâtre, puis violet... Il y eut une atroce détonation, et la masure s'ou­vrit en deux parties, qui se couchèrent comme des cartes...

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie