« Le Déluge De Feu » De Victor Forbin, Une fin Du Monde Oubliée.

Dans un article précèdent nous avions déjà évoqué cet auteur prolifique dont nous retrouvons le nom plusieurs fois associé au « Journal des voyages ».Il y était question, une fois de plus, d'une catastrophe naturelle venant mettre à mal notre belle capitale et le monde entier. La peur d'un cataclysme pouvant faire disparaître la quasi-totalité de l'humanité, est une des constantes de l'anticipation ancienne et de ce fait, il sera possible au fil des nombreuses revues de cette époque, de rencontrer ruines et désolation après le passage de météorites ou de gigantesques raz de marée.

La submersion des continents étant incontestablement le pire scénario pouvant nous arriver, se rencontre ainsi dans une quantité non négligeable de romans. (« Le déluge futur », « l'homme qui voulu le déluge », « le nouveau déluge »...) Il y a quelques jours, j'avais déjà mis en ligne un autre texte du « Journal des voyages », où il était question ni plus ni moins que de « La fin de l'Europe », conséquente à de terribles tremblements de terre. Eradication pure et simple du vieux continent pour laisser place aux terres jeunes et prospères des Amériques.

Une thématique qui ne manque pas de prétendants, récurrente dans le domaine qui nous concerne et dont il faudra un jour faire un petit recensement. Tache ardue, les ouvrages en question, pourraient remplir une sacrée quantité d'étagères. Explosion, refroidissement, réchauffement, si de telles calamités sont le fait de dame nature, l'évaporation de notre bonne vieille planète sera également la cause de machinations diaboliques de quelques savants fous, de militaires mégalomanes ou de civilisations extra-terrestres nous considérant comme du vulgaire bétail.

Pendant prés d'un siècle de conjectures assassines, elle sera livrée en pâture aux éléments les plus effroyables et les cinglés les plus impitoyables.

Je me rappelle de titres aussi hallucinants que rares « L'explosion du globe » et « L'incendie du pole » de Hector Fleischmann (Albin Michel 1908), « Le déluge futur » de Marcel Roland,(Revue « Le touche à tout » N° 4,5 et 6 du 15 Avril, Mai,Juin 1910, en volume éditions Fayard 1925), « Le nouveau déluge » de Noëlle Roger ( Calman Lévy 1922), « Sur la terre qui change » de Léon Lambry ( Tallandier « Bibliothèque des grande aventures » N° 313, 1930), « La cité rebâtie » de E.Solari ( Librairie Universelle, 1907), « Le nuage pourpre » de M.P.Shiel ( Editions Lafitte, 1913), « L'évanouissement du pôle » de H.Debure ( Editions Tallandier «Bibliothèque des grandes aventures » N°489, 1933) « L'homme qui vint » de F.L.Rouquette ( Albin Michel, 1921) autant de romans qui résonnent à nos oreilles comme le glas de la fin de notre espèce.

Au début du XX éme siècle, tel un prélude à l'apocalypse, des revues comme « Je sais tout » ne sont pas avares en articles sensationnels et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'y allaient pas de main morte. Ainsi dés son premier numéro Camille Flammarion avec « La fin du monde » (« Je sais tout » de Février 1905.Superbes compositions de l'artiste attitré H.Lanos) nous dresse un tableau des plus sombre : Fin du monde par le feu, par l'eau, par le froid, par un empoisonnement de l'atmosphère, par une absorption de l'oxygène....Tout y passe ou presque. Le talent de Lanos ne fait qu'augmenter l'angoisse de telles catastrophes, mais il vous sera possible d'ici quelques jours de juger par vous-même lorsque l'article sera sur les pages de ce blog.

Toujours dans « Je sais tout », cette fois c'est Max de Nansouty qui si colle, avec « Les grandes blessures de l'univers » (« Je sais tout » de Juin 1906 N° 17, superbes illustrations de Lelong) de nouvelles catastrophes en prévision avec un raz de marée, des éruptions volcaniques, une pluie de météorites...rien ne semble vouloir nous épargner. Les faits sont analysées avec une froideur toute scientifique et les circonstances relatées semblent être d'une irréfutable logique : Tremblez car la fin du monde est proche !

Remarquez que dame nature ne sera pas la seule à être en cause de pareils bouleversements, il y aura aussi les épidémies, les invasion jaunes ou noires, la guerre des mondes, la guerre universelle, j'en passe et des meilleures.

Victor Forbin avec ce nouveau témoignage nous apporte une fois de plus la preuve que tout peut basculer en un instant et qu'une fois de plus, le scientifique lorsque celui-ci est un « gentil », sera un peu le « laissé pour compte » le farfelu que personne ne prend au sérieux et qui assistera impuissant à la fin de notre espèce.

 

Le réchauffement de notre planète n'est donc pas l'apanage de nos braves écologistes du XXI éme siècle et si à l'époque la couche d'ozone n'était pas directement concernée, les scientifiques pensaient par contre que le soleil pourrait être la cause des maux de l'humanité.Au final qu'il s'agisse de l'eau de la glace ou bien du feu, les auteurs surent faire preuve d'une certaine originalité et inventivité quand au destin funeste et tragique de l'espèce humaine.

Pour terminer,je ne peux que vous conseiller de faire une visite au superbe site de « Gloubik Sciences », pour les amateurs des revues de vulgarisation scientifique d'avant guerre, on y trouve une mine de renseignements, dont une page consacrée à cet auteur qui fut un grand voyageur et qui rédigea une quantité incroyable d'articles pour diverses revues. De cet auteur nous pouvons donc répertorier au moins quatre œuvres appartenant à notre domaine :

 

- « Le déluge de glace » parution dans le « Journal des voyages » N° 268. Dimanche 19 Janvier 1902. Illustré par Louis Tinayre (Pages 130/131).

- « Le déluge de feu » parution dans le « Journal des voyages » N° 365.Dimanche 19 Janvier 1902. Illustré par Dauverone (Pages 459/460).

- « Les fiancées du soleil » Editions A.Lemerre.1923.

- « Le secret de la vie » Editions Baudiniére.1925.

Le Déluge de feu


Une étoile rouge vient d'apparaître dans la direction de la constellation du Dragon.

 

Pour comprendre l'émotion qui s'empara du monde scientifique, à la réception du télégramme transmis par l'Observatoire international des monts Himalaya, à toutes les sociétés savantes, il faut savoir que les étoiles rouges furent toujours un mystère pour les astronomes, On peut les définir ainsi : des comètes sans éclat et sans chevelure. Relativement obscures, elles diffèrent des comètes proprement dites en ce qu'elles n'appartiennent pas à notre système solaire. D'où elles viennent? Mystère! Où elles vont ? Autre question insoluble. On sait seulement qu'elles sortent du fond de l'espace pour suivre une course capricieuse, qui leur est propre, qui échappe aux lois de la gravitation.

 

Depuis les temps historiques, on n'avait aperçu que deux ou trois de ces corps mystérieux. Aussi l'apparition de cette nouvelle étoile rouge devait-elle causer une énorme émotion. Dès le lendemain de la réception du télégramme, des milliers de télescopes se braquaient dans la direction indiquée. Malgré la puissance de leurs instruments, les astronomes d'Europe et d'Amérique ne pouvaient obtenir les mêmes résultats que leurs confrères des Himalaya, dont l'observatoire était situé à 7,000 mètres d'altitude, dans un air raréfié.

Enfin, l'Observatoire du Mont-Blanc, supérieurement outillé, put découvrir à son tour l'astre mystérieux, par le moyen de la photographie céleste. Sa position fut nettement déterminée : il se trouvait à mi-distance entre la tête du Dragon et la constellation de la Lyre, et se dirigeait lentement vers le Sud-Est.

 

Dans tout, l'univers, les astronomes entreprirent de déterminer l'orbite de la nouvelle étoile, œuvre difficile, en raison de sa marche lente à travers les espaces. Ce fut encore l'Observatoire international des monts Himalaya qui tira les savants d'embarras.

 

« L'Étoile rouge n'a pas d'orbite. Elle se dirige en droite ligne sur le soleil. »


Tel était le libellé du télégramme.

Quelques jours plus tard, une nouvelle dépêche ajoutait :

 

« L'Etoile rouge se meut à raison de trente kilomètres à l'heure. Sa vitesse s'accroît constamment à mesure que l'astre se rapproche du soleil. »


Personne, dans le monde entier, ne s'émut outre mesure de cette annonce, — personne, sauf le professeur Barret, directeur de l'Ecole de Physique de Sèvres. Cet établissement, devenu rapide- ment fameux dans les deux mondes, était installé d'une façon idéale. Rompant avec une routine archi séculaire, son constructeur avait creusé dans les coteaux de Sèvres une immense salle souterraine et des caves de dimensions et de niveaux différents. C'est là que s'exécutaient les expériences du professeur Barret, dans des conditions d'isolement et d'égalité de température qu'une école « à fleur de terre » n'aurait pas assurées.

 

Dès qu'il apprit l'apparition d'une Étoile rouge, le professeur s'alarma.

Il rassembla ses collaborateurs, et sous le sceau du secret leur expliqua que, selon lui, la chute de l'Étoile obscure dans le soleil, qui se produirait en décembre ; prochain, serait marquée par une énorme augmentation de la lumière et de la chaleur émises par le soleil. La surface de la terre serait alors soumise, pendant un temps plus ou moins long, à une action comparable à celle d'un verre grossissant qui, par la concentration, en un même point, des rayons solaires, peut brûler le bois et fondre le fer.

 

« Je souhaite que mes pronostics soient faux, conclut le professeur en s'adressant à ses collaborateurs. Mais tout me porte à croire que le déluge de feu qui nous menace détruira, sur la surface de la terre, la vie organisée et l'oeuvre des hommes. Les régions polaires ne seront pas exposées au déluge, car le soleil ne les éclairera pas au moment de la collision ; i mais il est à craindre qu'elles ne subis isent certains effets rétroactifs, tout aussi meurtriers. »


Il fut convenu que, plusieurs jours avant la catastrophe, les collaborateurs et les amis du professeur, avec leurs familles, se réfugieraient dans les caves et souterrains de l'École de physique. Et une terrible anxiété s'empara du savant : mettrait-il l'humanité sur ses gardes en rendant publiques ses conjectures ? Où, puisqu'il était impossible de sauver tous les humains, ne valait-il pas mieux les laisser dans l'ignorance?

 

Il se décida à parler : d'après les lois de l'astrophysique, la chute de l'Etoile, rouge dans Je soleil devait causer une augmentation de la radiation, qui atteindrait son maximum le troisième jour suivant ; la chaleur serait ensuite anormale pendant plusieurs semaines.

 

En conséquence, il conseillait d'organiser dès à présent la défense, de couvrir de matières incombustibles les parties des maisons susceptibles de prendre feu,et d'enfermer dans les caves la nourriture et les vêtements. La prédiction fut accueillie avec scepticisme et des savants condamnèrent les théories du professeur Barret. Le soleil, qui existait depuis des millions d'années, était immuable!

 

Cependant, l'Étoile rouge commençait à être visible à l'œil nu. Deux mois avant la catastrophe, les astronomes de l'Himalaya en fixèrent la date d'une façon précise : elle se produirait le 12 décembre, après que le soleil se serait couché en Europe, et pendant qu'il brillerait au-dessus du continent américain...

Et la vague anxiété qui s'était manifestée dès longtemps dans l'univers dégénéra bientôt eu panique : enfin, l'aurore du 12 décembre se leva. Les plus courageux se réunissaient par groupes sur les places publiques, et, avec des verres fumés, suivaient la marche fatale de l'Étoile rouge, qui s'approchait rapidement du soleil. Mais le jour tomba sans qu'aucun phénomène se fût produit dans le ciel. Et l'Europe respira : les astronomes s'étaient peut-être trompés ! L'astre fatal était peut-être passé au centre de notre système, sans y tomber !...

 

La télégraphie sans fil dissipa cette espérance. Les Américains mandaient les nouvelles au fur et à mesure. — On avait vu l'astre mystérieux tomber sur le soleil, s'y enfouir. — Le soleil s'était obscurci en partie, et, un moment plus tard, sa surface avait bouillonné. — La chaleur avait augmenté brusquement, et nombre de maisons s'étaient enflammées.

— New York, Chicago, toutes les villes, grandes ou petites, étaient en feu...

Un peu plus tard, autres nouvelles : une tempête d'une violence inouïe s'était abattue sur l'Amérique, et des torrents de pluie avaient éteint l'incendie des villes. — Le vent avait bientôt acquis une telle force que les toits étaient emportés; les maisons s'écroulaient... »

 

L'Europe comprit enfin le danger ! Demain, elle éprouverait les mêmes cataclysmes ! Et toutes les personnes valides, dirigées par des citoyens énergiques, entreprirent de se défendre contre le fléau. La nuit s'écoula au milieu de préparatifs fébriles. Les toits et les murs des maisons combustibles furent couverts de laine mouillée, et toutes les pompes disponibles furent mises en batterie.

 

Dès que le soleil eût surgi de l'horizon, le thermomètre monta d'une façon épouvantable : la nuit — une nuit de décembre — avait été glaciale, et, dès huit heures du matin, on enregistrait 40 degrés ! A dix heures, les thermomètres placés à l'extérieur des maisons marquaient 70 degrés, et des milliers de gens tombaient dans les rues, frappés d'insolation. Vers une heure de l'après- midi, ce fut la température de l'eau bouillante, et, dans les faubourgs de Paris, de nombreuses maisons prirent feu.

 

Mais, de même qu'en Amérique, une tempête vint déverser des torrents d'eau sur les villes incendiées. Des nuages épais, Fermés par les amas de vapeur brusquement produite, s'interposèrent entre la terre et le soleil, et l'humanité respira.

 

Si le soir procura un soulagement physique, les tortures morales augmentèrent à mesure que la nuit s'avançait. Tout d'abord, le spectacle du coucher avait rempli tous les cœurs de désespoir : quand il commença à toucher l'horizon, le soleil sembla grossi huit ou dix fois, et il mit une heure à disparaître. Le spectacle devint terrifique. Du côté du l'Ouest, le ciel s'empourpra et la nuit se fit plus claire qu'un jour ordinaire. Des flammes, longues de milliers de lieues, jaillirent à l'horizon et atteignirent le zénith.

 

C'était une fantastique aurore boréal. Barret, en observation à la porte de fer de l'école souterraine, expliqua ce qui se passait à ses collaborateurs et élèves, réunis auprès de lui. L'Étoile rouge, tombée au centre du soleil, se dissolvait, comme un corps métallique dans un creuset chauffé à blanc. Il devait se produire une énorme expansion de gaz qui provoquait une explosion colossale et projetait des jets de flammes, si démesurément longs qu'ils rayonnaient avec une vélocité prodigieuse dans toute l'étendue du système solaire.

 

Bien avant minuit, les communications avec l'Amérique avaient cessé; les derniers mots transmis par le courageux opérateur de New York exprimaient un profond désespoir, et l'on comprit bientôt que la mort avait interrompu la communication!

 

On le comprit clairement aux nouvelles transmises du Japon, de Chine, d'Australie, des Indes. A mesure que le soleil passait sur ces régions, elles se transformaient en plaines de feu, en champs de dévastation. Et l'Europe sentit que, cette fois, la lutte serait vaine : c'était la fin du monde, tant de fois prédite, mais qui serait demain une épouvantable réalité!

 

Il était trois heures du matin lorsqu'on vit surgir à l'horizon» vers l'Est, des jets de flammes, d'une teinte sinistre qui grandirent rapidement, et s'épaissirent, annonçant la venue de l'ancien bienfaiteur, devenu le destructeur. Vers sept heures, il apparut si gigantesque que son lever dura une heure. Mais, dès le premier rayon, la mort avait déjà déployé ses ailes sur le vieux monde. Du judas de leur porte de fer, à mi-pente des coteaux de Sèvres, le professeur Barret suivait la marche du fléau.

 

Dès huit heures, des colonnes de fumée noire s'élevaient de tous les quartiers de Paris ; sous la pluie de feu que le soleil déversait, les maisons prenaient feu instantanément.

A onze heures, Paris n'était plus qu'un lac de feu, au-dessus duquel, semblables à de gigantesques torches, flambaient les charpentes des églises et des clochers. Seule, devant cette épouvantable catastrophe, l'Arc de triomphe et la Tour Eiffel demeuraient encore debout.

 

Du milliard d'êtres humains qui peuplaient la veille la surface de la terre, il ne restait plus que quelques familles, enfouies dans un souterrain de Sèvres, et qui repeupleraient la terre après ce déluge de feu, comme la famille de Noé selon le récit biblique, l'avait fait jadis, après le déluge d'eau.

 

C'est un savant astronome américain, M.Simon Newcomb, qui, en un récit palpitant, que je me suis borné à traduire en le résumant, nous fait cette désagréable prophétie. Souhaitons qu'elle ne cause d'insomnie à aucun des nombreux lecteurs du Journal des Voyages, à ceux-là surtout qui auront gardé souvenir d'un article paru l'an dernier en ces mêmes colonnes sur le Déluge de Glace. Notre but n'est pas d'épouvanter. En passant en revue, successivement ces grandes hypothèses scientifiques que d'aucuns considèrent comme des possibilités, nous entendons diriger l'attention des lecteurs vers des sujets d'étude qui, certainement, les passionneront.

 

Victor Forbin

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"La fin du monde est pour demain" pour l'article cliquez sur l'image

"Le monstrologue" pour lire l'article, cliquez sur l'image

"les planétes pilleuses" de Jean-Pierre Laigle. Pour lire l'article, cliquez sur l'image

"Une journée en l'an 2000" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image

Maurice Renard par Jean Cabanel. Cliquez sur l'image pour lire l'article

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie