Toujours en provenance de l'inépuisable revue « Nos loisirs » dont nous avons déjà eu la joie de découvrir quelques petites perles de la Science-fiction et du Fantastique dans les pages de ce blog, voici donc une petite nouvelle horrifique qui ne dépareillerait pas dans un recueil de Jean Ray. Une histoire hantée de terre et de mer qui, bien que classique, reste toujours d'une efficacité redoutable : La mer n'en a pas terminé de tous nous terrifier !

 

« Une nuit d'épouvante » nouvelle de Georges Héjean. Dans la revue « Nos Loisirs » .17 Mai 1908

 

La Marie-]eanne, qu'on croyait perdue, était si­gnalée au port de l'île Loc-Tudy. Elle avait donc échappé à la tempête ! Ce fut autour de moi un soupir de soulagement parmi les femmes et les ma­rins groupés sur le môle. On apercevait distincte­ment à bord maintenant les silhouettes des trois hom­mes qui composaient tout l'équipage : Jean Binic, le patron, le matelot Bourlaouen et Pierre Quilbec, le mousse. Courbés en deux, ils rejetaient par-dessus bord, au fur et à mesure, l'eau qui envahissait la coque. Un seul foc de fortune hissé au bout d'une rame qui remplaçait le mât brisé suffisait à la marche de la barque. Poussée par un vent violent de Sud- Ouest, elle approchait rapidement, tantôt penchée sur le flanc à croire qu'elle allait chavirer, tantôt se re­dressant vaillamment et coupant les vagues qui, en formidables paquets d'eau, menaçaient de la briser. Déjà elle avait tourné la pointe de l'île : les hommes à bord travaillaient sans relâche.

 

De la terre, dont ils n'étaient plus distants que d'une cinquantaine de mètres, partirent des appels, des encouragements : « Ohé l Jean, courage ! Ohé ! Aborde ! » En même temps que des cordes, entre les mains de quelques solides gaillards, s'apprêtaient à se lancer. Soudain un cri d'horreur jaillit de toutes les poitrines.

 

Dans un remous sinistre, la Marie-Jeanne sembla s'écraser sous une lame, fit un bond comme un animal blessé et retombant, coula à pic... Les trois hommes, sans doute exténués, ne reparurent point. On chercha en vain leurs corps jusqu'à la nuit. Le courant de la marée montante les avait-il entraînés jusqu'au fond de la baie ? Dormaient-ils leur dernier sommeil dans la vase sablonneuse, sous les ombrages funèbres des pins de Penaveur?... Je quittai le môle, péniblement impressionné, je dînai mal et je m'endormis lourde­ment au sifflement des rafales.

 

Vers minuit, je m'éveillai. Une angoisse oppressait ma poitrine. Je me levai et m'habillai rapidement. Une force mystérieuse semblait me pousser. Je sortis et m'élançai vers la calle tragique. La pleine lune bril­lait de tout son éclat. Le vent faisait encore rage et des nuages déchirés passaient au ciel à grande vitesse.

Je m'étonnais de ne point voir le douanier de garde. La mer complètement basse semblait frissonner sous l'ouragan. Des bancs de sable s'allongeaient çà et là, comme des linceuls, formant des taches blanches que coupait le profil sombre des balises. Dans le fond de la baie, les pins de l'île Garo, secoués dans la nuit, tordaient des bras presque humains.

 

Tout à coup, je vis distinctement tout près de la calle une forme flottante recouverte de vase. Je me précipitai au poste de la douane pour demander de l'aide, des cordages, un canot... Je frappai, rien ne répondit. Je revins en courant et quelle fut mon hor­reur quand je vis le corps se dresser, de l'eau jus­qu'au ventre, et marcher vers l'échelle de fer scellée à la pierre du quai ! Immobile, muet, j'attendis. Le claquement des sabots sur le métal montait lente­ment. Enfin une tête surgit, pâle, avec, dans leurs orbites profondes, deux yeux fermés que je sentais me regarder !

 

La peur me fit frissonner et c'est à voix basse que je parvins à articuler :

 

-« Est-ce vous, Jean Binic ? »

 

Pas de réponse. L'homme s'était arrêté. Alors il ouvrit un œil — le droit, je me rappelle — et ce ca­davre, car c'était un cadavre, livide, la bouche ou­verte, la mâchoire pendante, ce cadavre fit un cligne­ment d'œil avec l'air de dire : « On est de mèche, n'est-ce pas ? »

 

Je tremblai plus fort, et quand l'homme me tendit une main où je voyais distinctement l'affreux plisse­ment de la peau et les ongles décolorés, je m'enfuis comme un fou. Je rentrai fermant la porte à double' tour et je me jetai tout habillé sur mon lit, après avoir .encore tourné la clé de ma chambre.

 

J'attendais depuis un temps indéfinissable quand une voix m'appela par mon nom. En même temps des coups très distincts retentissaient dans le corri­dor d'entrée.

Je restai silencieux, le cœur battant...

 

Alors je perçus nettement un grincement de gonds qui m'était familier, puis des pas lourds gravissant l'escalier de bois, et enfin, après un moment d'hésita­tion, trois coups : toc, toc, toc, frappés près de la serrure.

 

On heurta de nouveau. Et comme je ne disais mot, la porte s'ouvrit, comme si je ne l'avais jamais fermée.

 

Un fantôme entra, sur lequel étaient collés des vê­tements de marin dégouttants d'eau de mer. Sous les mailles du jersey la blancheur d'un squelette apparais­sait .La clarté de la lune l'illuminait de face, mais aucune ombre cependant ne se projetait derrière lui. Avec un frémissement d'ossements froissés, il s'a­vança vers le lit.

 

Je reculai, sans souffle, inondé d'une sueur froide et je restai, la face collée à la muraille, n'osant plus regarder.

 

La voix profonde et calme prononça gravement, par saccades, comme oppressée:

 

« Viens avec moi !... Viens Tu ne réponds pas ? Je ne te veux que du bien. Je reviens de très loin... L'au-delà, il y a du vrai... Viens ! Je connais la route la plus sûre... Viens ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! » Un éclat de rire strident comme un claquement de castagnettes.

 

Comme aiguillonné, je bondis sur mon lit, affolé, et je hurlai :

 

-« Non Va-t'en. Tu es la Mort. Je le sais, Va- t'en ! Je suis trop jeune ! Je veux vivre ! »

-« Donne-moi seulement la main », dit le fantôme, « et je m'en vais. »

Avec une peine infinie, je soulevai mon bras, qui me semblait du plomb :

-« Tu me le jures ? » Demandai-je, la tête perdue.

Oui !

 

Je tendis la main au spectre et je ressentis alors au contact de ses doigts glacés une effroyable souffrance qui monta, gagna l' épaule, envahit ma poitrine et vint m'étreindre le cœur, je me sentis mourir peu à peu et dans un dernier cri de douleur, je m'aban­donnai...

 

Je m'éveillai, brisé de fatigue. La lune éclairait ma chambre. La tempête avait cessé. Un calme serein régnait, rythmé par le bruit de la marée montante. J'essayai de me lever. Mon bras droit, sur lequel j'é­tais couché, était engourdi et presque paralysé. Je restai, quelques minutes sans pouvoir ouvrir les doigts. Avais-je rêvé ? Je ne sus que penser, car les portes de ma chambre et de ma petite maison étaient grandes ouvertes et sur les marches de l'escalier, dans le corridor, je pouvais voir de larges empreintes de vase, laissées par des sabots qui n'étaient pas les miens.

 

Georges Héjean.

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie