L'amour est aveugle parait-il...Jamais un tel adage ne fut autant pris au pied de la lettre. Beaucoup prétendent que les savants sont des êtres vils et égoïstes, pourtant celui de Charles Le Goffic, est animé d'une certaine forme de compassion, pour ne pas dire de pitié pour son ami le plus proche. Probablement un sentiment de culpabilité mais dans les histoires de cœur, il faut surtout se méfier des réactions de l'être aimé et ne jamais oublier que dans un triangle amoureux, la personne la plus dangereuse, n'est toujours celle à qui l'on pense.

Une nouvelle noire sur fond de découverte scientifique, fréquente dans ce genre de revues, qui nous permettra d'y « voir » un peu plus clair sur les relations amoureuses.

 

« Le secret du Docteur » Nouvelle dramatique de Charles Le Goffic. Dans la revue « Nos Loisirs » .19 Juillet 1908

 

- Oui, oui...Je vois...Je n ai plus cet écran de ténèbres devant les yeux...

- Que voyez-vous ? Dit le Docteur Abivain, tressaillant malgré lui et tout inondé de cette joie sainte du savant qui vient d'arracher un de ces secrets à la nature.

- Oh ! Pas grand-chose...encore... des clartés... de vagues fluorescences... et, parmi elles, des ombres, ce me semble.., une silhouette... la vôtre peut-être,Docteur.

- Attendez, dit le praticien qui se recula légère­ment... Distinguez-vous toujours cette silhouette, mon cher Jagoury ?

- Oui... Elle va, elle vient... elle agite les bras... elle... Ah! Mon Dieu, si je pouvais guérir !

Vous guérirez; dit gravement le docteur Abivain.

Il ramassa ses instruments, une petite fiole à tubulure et une seringue de Pravaz, qu'il coucha soi­gneusement dans leur boîte, donna un tour de clef à la boite et la déposa dans le, tiroir d'un secrétaire de forme ancienne.

Comme il pénétrait dans la pièce voisine, une main lui saisit le poignet :

Marthe Jagoury était derrière la porte, d'où elle avait entendu la conversation des deux hommes.

- Tu mentais, n'est-ce pas? C'était une plaisan­terie ? Maurice ne va pas recouvrer la vue ?...

- Si, dit Je docteur Abivain, après un court mo­ment d'hésitation.

Tu as dit si. Mais tu es donc fou ? Tu veux donc absolument nous perdre ?

- Par exemple !

- Ou bien tu en as assez de moi ?

- Marthe!..,

- Il faut que ce soit l'un ou l'autre pour que tu agisses comme tu fais... Mais réfléchis donc ! S'il re­couvre la vue, c'est fini de notre intimité, de notre amour peut-être... Nous ne pourrons plus l'éviter... Il deviendra un mari comme les autres... Il pourra nous suivre, nous épier...

- Nous userons de précautions...

- Trop tard. Le pli est pris. Nous sommes trop habitués, toi et moi à ne pas nous gêner devant lui : nous nous trahirons à chaque instant.

- Enfin, tu ne veux pourtant pas que je me fasse criminel pour assurer notre sécurité?

- Oh ! Criminel !.....

Et quel autre nom veux-tu que je donne à un médecin qui, pouvant guérir un malade, refuserait de lui accorder ses soins ?

- Il y a deux ans que tu soignes Maurice et tu m'avais toujours dit qu'il était incurable.,

- Je le croyais aussi..

- Et depuis quand ne le crois-tu plus ?

- Depuis un mois.

- Et tout ce mois tu ne m'as rien dit.,. Pourquoi m'as-tu caché la vérité ?..Pourquoi ne m'as-tu pas prévenue que Maurice allait guérir ?

- Je voulais te faire une surprise,

- Jolie surprise !

- Je pensais, dit d'un ton piqué le docteur Abivam, que tu me verrais avec satisfaction réparer d'une cer­taine manière le préjudice moral que j'ai causé à ce pauvre Maurice.

- En d'autres termes, tu lui prenais sa femme, mais tu lui rendais la vue... Laisse-moi rire : il n'y a vraiment que les hommes pour établir des balances pareilles.

- Ris tant que tu voudras. J'ai fait mon devoir et, si c'était à recommencer, je t'assure que je le referais encore.

- Ton devoir? Qu'en sais-tu? Si tu m'aimes comme je t'aime, ton devoir est de me garantir contre tout ce qui peut gêner ou entraver notre amour. Voilà ton devoir. Et, quant à mon mari, j'estime qu'en la circonstance tu lui rends un singulier service : le pauvre homme, tant qu'il était aveugle, était parfai­tement heureux ; il ne savait rien, ne se doutait de rien... Maintenant qu'il va voir clair.. Sois tranquille, nous ne le tromperons plus longtemps sans qu'il sa­che... Et si c'est là ce que tu appelles une répara­tion !...

Le docteur Abivain ne répondit pas.

- Mais parle donc ! reprit Marthe. Dis quelque chose... Tu vois que ton silence me tue...

- Je n'ai rien à te répondre, dit le docteur Abi­vain. Ma décision est prise, je ne transigerai pas avec ma conscience.

- Tu as bien transigé avec elle quand il s'est agi de tromper ton ami...

- Soit ! dit le docteur Abivain. L'homme a failli : raison de plus pour que le médecin ne l'imite pas...

- C'est bien, dit Marthe qui sembla prendre son parti du refus qu'on lui opposait. N'en parlons plus... Après tout c'est peut-être toi qui as raison. Nous au­tres femmes, tu sais, nous ne voyons pas toujours les choses du même œil que vous. En usant de précau­tions comme tu disais tout à l'heure, nous pourrons peut-être déjouer les soupçons de Maurice. N'empêche que tu es un vilain monsieur... Etre resté un mois sans me rien dire Alors, c'est vrai ?,.. Avec cette petite fiole de liqueur blanchâtre et cette seringue de Pravaz que tu caches si jalousement dans le secré­taire de Maurice, tu as trouvé le moyen de guérir le glaucome ?

- Je crois que oui.

- Mais c'est une découverte, cela... une grande découverte... et qui va te rendre célèbre...

- Oh ! célèbre !... On s'était déjà servi avant moi de ce liquide d'origine organique pour combattre les paralysies du nerf optique... Je n'ai fait que perfec­tionner la découverte.

- Et combien penses-tu qu'il faudra encore d'in­jections pour guérir complètement Maurice ?

- Cinq ou six peut-être.

- Seulement ?

- Oui. Deux gouttes suffisent matin et soir... Les effets du liquide sont très rapides, mais il y a tant de précautions à prendre... Il faut tenir le flacon à l'om­bre, éviter tout contact avec l'air extérieur. Songe qu'une molécule infinitésimale d'oxygène peut vicier toute la préparation, qu'est-ce que je dis ? La rendre d'une nocivité terrible. Le malade perdrait défini­tivement la vue... Heu­reusement qu'avec ces flacons à tubulure il n'y a rien à craindre...

- Et, comme se parlant à lui-même, le docteur Abivain ajouta :

- Puis, j'ai la clef de la boîte sur moi.

- Marthe resta un mo­ment songeuse.

- Mais il est facile probablement de savoir si la préparation s'est trouvée en contact avec l'air extérieur? La cou­leur du liquide doit chan­ger ?

- Non... Il n'y a au­cun signe apparent qui révèle la pré­sence de l'oxygène.

- Ah ! dit Mar­the qui n'insista pas.

- Et, avec cette mobilité d'expression qui était un des charmes de sa na­ture capiteuse et perverse :

- Tu m'aimes toujours, Georges, toujours ? Tu m'ai­meras toujours, quoi qu'il arrive?...

Elle avait passé ses bras à son cou et, lascive, les yeux dans ses yeux, elle se collait à lui, l'enveloppait des chauds effluves de son beau corps d'amoureuse. On entendit un léger, bruit dans la chambre du malade : le docteur Abivain se dégagea de l'amollissante étreinte.

- À ce soir ! dit Marthe.

 

Le docteur Abivain et Maurice Jagoury étaient des amis de vieille date : ils avaient fait ensemble, à Ren­nes, leur volontariat et leurs études supérieures ; ils s'étaient retrouvés, quelques années plus tard, à Lannion, Maurice comme avocat, Abivain comme méde­cin. Maurice s'était marié ; Abivain était resté garçon. Maurice, brusquement, fut atteint du glaucome et dut quitter le barreau. Abivain le soignait. Il voyait Marthe tous les jours. Il n'avait pas fait attention jusqu'alors à la beauté de la jeune femme, à ses ma­nières enveloppantes et câlines. Il se croyait, par sa profession autant que par son amitié pour Maurice, à l'abri d'une surprise de ses sens. Maurice, à côté de lui, s'épanouissait dans le même candide optimisme. Et ce qui devait arriver arriva : un beau jour, sans qu'il sût comment, Abivain se réveilla l'amant de Marthe.

 

L'ensorceleuse, qui guettait depuis longtemps l'oc­casion, était parvenue à ses fins ; mais elle avait compté sans les retours de conscience de son amant à qui le remords inspira un dessein héroï­que : indifférent à la clientèle, riche d'ailleurs et pouvant négliger le soin de ses affaires, Abi­vain se voua corps et âme h la guérison de son ami ; il n'eut plus désor­mais qu'un malade, pour ainsi dire, ce Maurice, qu'il visitait tous les jours, à qui il consacrait toutes les veilles, tous les instants que ne lui disputait pas le jaloux amour de Marthe. Après deux ans de re­cherches où il s'était spécialisé dans l'étude des maladies des yeux, il trouva enfin ce qu'il cherchait. Mais, soit qu'il ne fût pas sans inquiétude du côté de sa maîtresse, soit qu'en effet il désirât lui « faire une surprise », il ne parla de sa décou­verte à personne, con­jura son ami lui-même de se taire, voulut at­tendre de lui avoir complètement rendu la vue, pour mettre Mar­the en présence du fait une fois accompli.

 

Un hasard avait déjoué ses combinaisons : Marthe avait surpris son colloque avec le malade. Mais, en­fin, l'aventure avait mieux tourné qu'il ne le pensait : après une assez vive opposition, la jeune femme s'était résignée. Et une joie profonde, où il ne savait ce qui l'emportait le plus, de l'orgueil du savant ou du con­tentement de l'honnête homme, pénétrait le docteur Abivain.

 

Son remords, pour la première fois depuis bien longtemps, lui donnait quelque relâche. Il ne put, ce jour-là, demeurer dans son laboratoire : il sortit, ga­gna par la Corderie les bords du Guer, trouva aux choses, une jeunesse, une nouveauté, une vertu d'apai­sement qu'il n'avait point discernées jusqu'alors. Féerie de l'avril breton avec ses bandes magiquement refleuries et pareilles, sur les pentes, à de fabuleuses toisons d'or ! Le clocher de Loguivy pointait entre les ormes ; des barques de goëmonniers, sous leurs voiles couleur de tan, remontaient le fleuve au fil du flux, et les acres parfums iodés qui traînaient dans leur sillage emplissaient d'une griserie salubre les poumons du docteur Abivain. La voix grêle d'une pastoure, sur la berge, entonna la complainte de Marc' haridith a Gerenard :

 

Une chanson vient d'être écrite

En dialecte léonard.

Une chanson sur Marguerite De Kéronard...

 

Le docteur Abivain écouta jusqu'au bout la chan­son, pris à la douceur de cette voix enfantine qui éveillait en lui mille confuses réminiscences. Il flâna encore quelque temps au soleil, sur le chemin de halage, puis revint à petits pas vers la ville, les nerfs détendus, la conscience allègre.

 

- « Maurice est sauvé ! Maurice va guérir ! » se répé­tait-il tout en marchant.

Il lui tardait d'être au soir pour retrouver son ami, recommencer la bienfaisante injection et, le soir venu, quand, après avoir examiné le malade, il prit dans le secrétaire la boîte où il enfermait son flacon et sa seringue et y introduisit la petite clef qui ne le quittait jamais, sa main avait comme un léger tremblement, il attribua même à ce tremblement la difficulté qu'il éprouva à faire manœuvrer la clef et comme si, dans l'intervalle, la serrure de la boîte avait été forcée. Simple illusion : le flacon était à sa place, herméti­quement bouché. Il le mira un moment, y plongea la seringue de Pravaz- et, redevenu maître de lui, se pencha sur Maurice pour lui faire à la nuque la piqûre habituelle.

 

Le malade eut un sursaut plus violent qu'à l'ordi­naire,

- Je vous ai fait mal, mon cher ami ? demanda le Docteur Abivain.

- Oui, dit Maurice.

- Cela va se passer.

- Mais c'est que cela ne se passe pas, docteur... Ah ! Mon Dieu, et les ténèbres qui reviennent... l'écran.., le mur... Je ne vois plus rien...

- Ce n'est pas possible ! Faites un effort... regardez-moi...

- Le malade obéit : la légère humeur vitrée qui re­couvrait le globe des yeux s'était soudainement épais­sie ; les pupilles s'étaient complètement déformées. Tâtonnant dans le noir, les mains de l'aveugle s'ac­crochèrent à la redingote du docteur...

 

Celui-ci avait pâli. II se rappela cette résistance qu'il avait éprouvée en faisant jouer la clef dans la serrure de la boîte et, brusquement, il comprit tout : la condescendance inattendue de Marthe, le subit in­térêt qu'elle avait montré pour sa découverte quand elle avait vu que son parti était pris et que rien ne l'en ferait changer, les questions qu'elle lui avait adroitement posées pour savoir si le contact de l'air extérieur ne modifiait pas la couleur du liquide... Ne pouvant l'astreindre à se faire criminel, Marthe avait pris le crime à son compte, ouvert la serrure de la boîte avec une fausse clef, débouché, puis rebouché le flacon. Il avait suffi : Maurice Jagoury était con­damné à la cécité perpétuelle...

 

Le docteur Abivain fut trouvé mort le jour meme dans son laboratoire : sur le plancher, à côté de lui, gisaient les débris, d'un flacon de cyanure de potas­sium dont il avait absorbé le contenu.

 

Charles Le Goffic

Le docteur fut trouvé mort, le jour même dans son laboratoire

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"Une journée en l'an 2000" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image

Maurice Renard par Jean Cabanel. Cliquez sur l'image pour lire l'article

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie