Aujourd'hui, vous allez découvrir avec plaisir une nouvelle inédite de Gustave le Rouge, dont les habitués de ce site connaissent bien ou toute une partie de l'œuvre conjecturale. Il est est donc toujours très appréciable de dénicher une texte qui nous démontre une fois de plus le talent de conteur de cet homme pour qui le sens de l'aventure et de l'extraordinaire avait une réelle signification . Avec « Dans le ventre d'Huitzilpochtli », au nom imprononçable, l'auteur va nous gratifier de deux thématiques passionnantes : La civilisation défunte et la plante carnivore. Une fois de plus cette dernière va se trouver augmentée d'une référence supplémentaire bien que Le Rouge y ai déjà consacré tout un fascicule dans sa célèbre série « Les aventures de Todd Marvel, détective milliardaire » Il s'agit du N° 11 et intitulé comme il se doit « L'arbre vampire » ( éditions Nilsson 1923).L'auteur du « Mystérieux Dr Cornélius » nous avait également déjà gratifié de la thématique de la civilisation disparue avec la publication en 1921 ,d 'un curieux roman d'aventure « Mystéria » ( La Renaissance du livre,série « Ciné-Collection »), L'action se déroule en partie au Mexique avec la rencontre de l'héroïne avec les descendants de la civilisation Aztèque. Un texte où l'aventure domine en grande partie avec toutefois une petite trame conjecturale qui n'est pas faite pour nous déplaire.
Dans la nouvelle ici présente, il exploite donc une thématique assez en vogue à cette époque, en lui insufflant sa note personnelle et afin d'éviter le classique rituel de sacrifice, organisé par des adorateurs rendus fous par une sève aux propriétés hallucinogènes qu'elle secrète, va lui attribuer une caractéristique bien plus « réaliste » et dont le narrateur de cette histoire va subir les conséquences : comme quoi se trouver dans les griffes d'adorateurs d'un dieu monstrueux, n'est pas toujours lié à un manque de « peau »....vous comprendrez par la suite !
Les nouvelles publiées en revues sont relativement rare chez cet auteur, il était donc impossible que « Sur l'autre face du monde » ne rende pas hommage à ce passionné de savants fous d'inventions extraordinaires et de mandragores .
Et maintenant place au charme envoûtant de l'aventure exotique

« Dans le ventre d'Huitzilopotchtli » nouvelle de Gutsave Le Rouge parue dans « Le Journal des Voyages » Nouvelle série N°4 du 6 Novembre 1924.

 

Sur la terrasse de la villa que possède à Belle-Isle-en-Mer, l'ethnographe Bourdelier, — le premier qui ait déchiffré les hiéroglyphes des temples Toltèques et Chichimèques, — quelques invités savou­raient des boissons glacées, à l'ombre des tamarins aux grappes de corail rose, en face de la mer immense et bleue.
L'explorateur américain, Miles Kennedy l'homme qui a parcouru seul, pendant cinq ans, la région désertique des Andes, fumait béatement, étendu dans un rocking- chair. A deux pas de lui, une jeune Anglaise demeurait silencieuse, peloton­née sur les coussins de la guérite d'osier.


Les regards de la jeune fille ne pou­vaient se détacher des mains de l'explo­rateur, des mains d'une cadavéreuse lividité, d'une blancheur de chlore, qui contrastaient bizarrement avec le visage bruni et tanné comme la peau d'une momie.
Miss Rosy, dit brusquement l'Amé­ricain, parions que vous êtes en train de vous demander, de quelle fantastique maladie de peau je suis atteint ? Je tiens à vous rassurer, continua-t-il avec bonhomie. L'inquiétante décoloration de mon épiderme ne résulte pas d'une mala­die, elle date du jour où j'ai été dévoré par le farouche Huitzilopochtli, le dieu de la guerre des anciens Incas.


Contez-moi cela, murmura Miss Rosy les yeux brillants de curiosité.
C'est une aventure assez spéciale, commença-t-il, sans se faire prier. Il y a de cela deux ans, nous étions perdus dans la grande Cordelière des Andes, moi, mon guide Necoxtla et les trois Indiens qui nous escortaient.


« Vous ne pouvez pas vous figurer, chère miss, ce que sont ces diaboliques paysages. Pas un arbre, pas un végétal, sauf, de loin en loin, ces grands cierges épineux qui semblent des plantes de bronze vert. Un ciel de plomb ardent, et pour horizon, des cycles de précipices, de coulées de lave et de pics neigeux, qui semblent se répéter à mesure qu'on les a franchis, comme les cercles d'un enfer d'où on ne pourrait jamais sortir.


« Nous suivions un couloir de rochers si étroit que nous étions obligés de marcher un par un. Les surfaces polies des parois basaltiques semblaient concentrer sur nous, comme des miroirs ardents, les rayons aveuglants du soleil. Les trois
Indiens et les quatre mules qui portaient mon bagage étaient exténués, à bout de forces ; pour mon compte, je sentais que la soif ,1a chaleur et la fatigue allaient me rendre fou. J'aurais donné tout ce que je possédais pour une gorgée d'eau fraîche.


« Brusquement tout changea. Le défilé sinistre aboutissait à une vallée verdoyante, ombragée de palmiers, d'acajous et de bananiers, arrosée par des ruisseaux murmurants. Les ruines d'un temple aux colossales idoles de granit rouge, servaient de fond à ce paysage digne de l'Eldorado.


«-Je demeurai quelque temps immo­bile de contentement et aussi d'admi­ration, mais quelle ne fut pas ma stupeur en voyant mes Indiens s'enfuir à. toutes jambes en donnant des signes de la plus folle terreur. A ma grande indigna­tion, Necoxtla, qui me servait de guide depuis des mois et m'avait deux fois sauvé la vie, enfourcha précipitamment une des mules et, lui aussi, m'abandonna.


« J'allais peut-être me décider à suivre l'exemple de mes Indiens. On ne m'en donna pas le temps.


« Avant que j'eusse pu faire un geste pour me défendre, je me vis entouré d'une troupe d'Aztèques hideusement tatoués ; ils me dépouillèrent brutalement de mes vêtements, me lièrent les mains et m'en­traînèrent dans l'oasis.


« On m'avait fait asseoir à l'ombre des ruines et de vieilles femmes m'appor­tèrent quelques bananes, une calebasse d'eau et des galettes de maïs qu'elles me firent manger sans me délier les mains. Je pensai qu'on n'en voulait pas à ma vie.


« Je dus assister au pillage de mes caisses, je vis mes malheureuses mules, abattues à coups de casse-tête d'obsi­dienne, puis écorchées et dépecées avec une rapidité surprenante. Je détournai les yeux de cette écœurante boucherie, pour les porter sur un groupe d'Aztèques absorbés dans un travail que je suivis, d'abord avec intérêt, puis avec une vague inquiétude.


« Par dessus les basses branches d'un séquoia géant, ils avaient lancé deux cordes d'aloès dont l'extrémité était solidement fixée à deux anneaux de métal scellés un peu au-dessus de l'abdo­men proéminent d'une des divinités de granit.


« Alors les Aztèques halèrent sur l'autre extrémité des cordes. Au bout d'une minute, la partie antérieure du ventre se détacha et s'éleva lentement en glissant dans une rainure intérieure ; un trou noir et carré apparut à la place du ventre, pendant que la dalle de granit remontée cachait entièrement la face et la poitrine du dieu.


« Enfin, je fus rudement empoigné et on me força d'entrer dans cette espèce d'étroite cellule.


« Sans comprendre encore quel affreux supplice m'était réservé, je mourais de peur. Je n'opposai aucune résistance à mes bourreaux.


« Que vous dirai-je ? La dalle glissa dans les rainures avec un brait sourd et reprit sa place. J'étais muré, vivant, dans le ventre d'Huitzilopochtli !


« La niche où j'étais encastré était si étroite que je pouvais à peine remuer.

 

Cependant comme je percevais au-dessus de moi un peu de clarté, je pus gravir à reculons quelques degrés creusés dans la pierre, et, tout à coup, mes yeux se trouvèrent au niveau de deux lucarnes rondes qui devaient correspondre aux prunelles de l'idole ; à la hauteur de la bouche se trouvait aussi une ouverture qui communiquait avec l'air libre. Dans ma misérable situation, je considérai comme un bonheur incomparable la facilité qui m'était laissée de respirer et de voir.


« Une angoisse atroce m'étreignait. Je m'ingéniais de tout l'effort de ma pauvre cervelle enfiévrée à deviner quelle torture on m'infligerait. Je songeais à l'Inquisition, aux bourreaux chinois... Mais vous verrez que les imaginations les plus folles des tortionnaires du Moyen- Age étaient encore au-dessous de l'abo­minable réalité.


« Je suivais cependant d'un regarda éperdu les allées et venues de mes ennemis, et précisément parce que je n'arrivais pas à pénétrer leurs intentions, leurs moindres gestes me pénétraient d'une anxiété aussi lancinante que le plus douloureux des cauchemars.


« Il y avait dans un coin de la vallée un massif de plantes d'un aspect inquié­tant. Leurs vastes feuilles divisées par une épaisse nervure étaient grasses, char nues, d'un vert bleuâtre, intérieurement hérissées de piquants et légèrement con­caves.


« Un vieillard remplit une corbeille de déchets de viande crue qui provenaient du dépeçage des mules et s'approcha avec précaution des étranges végétaux, puis il lança sur les piquants un gros morceau de viande. Aussitôt les deux moitiés de la feuille se refermèrent l'une sur l'autre, emprisonnant leur proie, d'un mouvement sec qui faisait penser à une mâchoire de fauve.


« Je me trouvais en présence de végé­taux carnivores du genre des Ionea muscipula, mais d'une taille colossale, sans doute favorisée par la nourriture abondante que leur four­nissaient les Aztèques qui peut-être adoraient ces horribles plantes vam­pires.


« Détail repoussant mais que je ne dois pas omettre, ces feuilles affamées sem­blaient se repaître avec une gloutonnerie ignoble ; une sorte de bave — plutôt un suc gastrique spécial, — perlait à leurs commissures en une abondante rosée. Ce que je ne m'expliquai pas, c'est que de nombreuses calebasses fussent placées autour de chaque plante pour re­cueillir le suc qui y tombait en gouttes pressées
« La distribution était terminée. Gorgés de vian­de, leurs feuilles repliées, les ogres digéraient.


« La nuit était venue les Aztèques festoyaient autour de grands feux ; personne ne paraissait plus songer à moi. C'était une sorte d'accalmie. Bri­sé cle fatigue, et, si incom­mode que fût ma posi­tion, je m'endormis...


« Je fus réveillé par le vacarme infernal d'un or­chestre où dominaient les cymbales, les trompes d'écorce et ces flûtes qui sont fabriquées avec des fémurs humains. Mes ennemis dansaient et vidaient des calebasses de pulqué et d'aguardiente.


« Leur digestion terminée les plantes vampires déployaient lentement leurs feuilles, prêtes à une nouvelle curée. Le vieillard qui leur avait distribué la pâture était revenu, armé d'une grande jarre, dans laquelle il commença à vider le contenu des calebasses. Il remplit ainsi une dizaine de jarres qu'il rangea soigneusement dans un coin. Je pensai que les Aztèques devaient employer ce suc, si précieusement recueilli, à la fabri­cation de quelques liqueur fermentée.


« I,a fin de cette récolte avait donné lieu à un redoublement de vacarme, à une explosion de cris sauvages. Le vieillard, — j'ai su depuis que c'était un prêtre, — maintenant drapé dans un manteau de plumes, la face tatouée de rouge et de blanc, s'avança vers l'idole d'un pas hiératique. Il portait à grand-peine une des jarres, pleine jusqu'aux bords.


« Puis je ne le vis plus. Il avait passé derrière la statue. Ainsi qu'on me l'expli­qua par la suite, il escaladait les degrés dissimulés dans les ornements des scul­pture,Une minute s'écoula, et, tout à coup, sa hideuse face tatouée apparut à la hauteur de mes yeux. Solennellement, il versa le contenu de la jarre dans un trou creusé sur l'épaule de l'idole.


« Avec une indicible horreur, je venais de comprendre : J'allais être digéré vivant;par le dieu Huitzilopochtli.


« Déjà, par des canaux intérieur., le liquide corrosif, le suc gastrique des plantes carnivores, se répandait dans mon étroite prison, me montait jusqu'aux genoux, me mordant la peau avec la cuisante sensation d'un vésicatoire.


« Le vieux prêtre déversa dans l'orifice le contenu d'une seconde jarre, puis d'une troisième. Le liquide me monta jus­qu'aux cuisses. Je souffrais d'aussi cruelle façon-que si l'on m'eût plongé dans une chaudière d'huile bouil­lante.« Comme le prêtre ver­sait une quatrième jarre, je poussai un hurlement de folie et je m'évanouis...


« Rassurez-vous, miss Rosy, reprit l'explorateur, en réconfortant d'un sou­rire, la jeune fille, pâle de saisissement, quand je revins à moi, j'étais couché sous une tente, ficelé des pieds à la tête dans une compresse d'herbes bouil­lies et veillé par une vieille Indienne. J'étais sauvé.


«.Necoxtla, mon guide, honteux de sa frayeur et de sa lâcheté, avait couru à bride abattue jusqu'à un poste frontière, heureu­sement peu éloigné et il était revenu avec un déta­chement de réguliers péru­viens, juste à temps pour m'arracher à une mort atroce.


« Surpris en pleine or­gie, les Aztèques furent rapidement mis en dé­route. Au bout d'un quart d'heure d'efforts, la dalle put être soulevée et je fus arraché à mon tombeau, mais je ne donnais plus signe de vie et mon corps n'était qu'une plaie.


« La science de la vieille squaw qui me soignait avec des compresses d'herbes aromatiques m'a conservé la vie, mais elle n'a pu rendre à mon épiderme décoloré par le terrible suc, sa coloration naturelle »

 

Gustave Le Rouge

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie