Ce début de siècle est celui des grandes espérances et les progrès de l'aéronautique viennent ajouter à ce dynamisme qui était de mode à cette époque et permettre de fonder de grands espoirs sur la société de demain. Une société qui sera dans les airs, où ne sera pas ! Et l'on voit fleurir au grès des nombreuses revues, tout cet espoir que l'on porte sur le plus lourd que l'air et il n'est pas rare de rencontrer dans le fameux «  Je sais tout  » nombre de rubriques où l'on fait l'apologie de ce tout nouveau moyen de transport.Ainsi Santos-Dumont dans le N° 1 du 15 février 1905, fonde-t-il de grands espoirs dans la technologie aérienne dans son article «  Ce que je ferai, Ce que l'on fera  » magnifiquement illustré par Henri Lanos, tout comme celui du très célèbre Camille Flammarion pour cet autre article intitulé « Quand nous aurons des ailes » du 15 Septembre 1907 qui voit également dans ce nouveau système de transport le moyen d'aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite. Mais il s'agissait là de visionnaire qui pensaient que le progrès ferait avancer les choses de manière plus conséquente et si la science devra encore attendre quelques décennies pour démocratiser ce moyen de transport, les écrivains eux, brûlèrent bien des étapes !
Dans ce domaine, nul doute qu'Albert Robida fut l'un des pionniers du genre et qu'il s'agisse de « Le XXème siècle »  , « La guerre au XXème siècle »,  «  Un potache en 1950 » ou « En 1965 », toutes ces œuvres témoignent, souvent avec sarcasme et humour, de cet espoir dans un transport moins cher, plus sûr et surtout à la portée de toutes et de tous.....mais non sans conséquence !Inspirée probablement par ce courant littéraire, Marthe Miallier dans le numéro 25 du 25 novembre 1909 de la revue « Journal de l'université des annales », fait-elle également bien avant le maître en la matière, une petite virée nostalgique et poétique dans ces airs où « Les cailloux de la route céleste sont trop au-dessus de nous, pour gêner en rien notre marche ». Car dans cette nouvelle, s'est bien de cela qu'il s'agit, de la marche du progrès que rien ne viendra arrêter. Bien plus radicale que Pierre Giffard et sa fameuse « Fin du cheval » ce n'est pas la bicyclette ni même l'automobile qui va venir remplacer ce fidèle ami de l'homme, mais bien l'aéroplane !
Je vous invite donc pour cette petite promenade aérienne toute féminine, en sensibilité et en douce rêverie, appuyée par la plume inspirée d'un Robida pour qui l’exercice était devenu plus qu'une habitude : une marque de fabrique !

« L'aviation : Journal de bord » par Marthe Miallier

 

...Je suis en aéroplane, et, pour occuper mes loisirs, grâce à l'ingéniosité avec laquelle ces véhicules sont maintenant installés, je vais écrire mon journal, pour moi-même, écrivant n’importe quoi, lorsque cela me fera plaisir. Quelle bonne idée, tout de même, mes parents ont-ils eue là! Nous ferons ainsi le plus agréable voyage de vacances que j’aie jamais vu. Quels progrès la science n’a-t-elle pas réalisés depuis dix ans! En ce temps, lorsque je rentrais le dimanche, tout heureuse de ma randonnée en auto, je ne concevais certes pas un autre genre de locomotion plus rapide, moins dangereux et plus élégant! Comme ce lourd véhicule est démodé, maintenant! Comme on a eu raison de l'abandonner! Ces pannes étaient si ennuyeuses, et ces crevaisons de pneus, donc! .

Aujourd'hui, je n’ai rien à craindre de tout cela. Les cailloux de la route céleste sont trop au-dessus de nous, pour gêner en rien notre marche; puis, le moteur est perfectionné.

Donc, ce matin, nous nous sommes enlevés du Bois de Boulogne à destination de l'Alsace. Nous sommes passés au-dessus de l'Arc de Triomphe de l’Étoile, où beaucoup d’ouvrières et d'employés attendaient l'aéro- bus, qui les mène à leurs magasins et à leurs chantiers. Nous n'avons rencontré que peu d'autres aéros, en raison de l'heure matinale; d’ailleurs, cela n'a pas grande importance, car chacun a, ici, toute la place voulue.

La Seine a l'air d’un long ruban brillant, semé de points noirs : ce sont des bacs automobiles qui déchargent leurs matériaux et leurs marchandises. Des voitures chargées de légumes circulent. L’éveil de Paris est vraiment très intéressant à suivre à la jumelle, du haut de notre frêle esquif.

Arrêt obligatoire à l'octroi; il y a du monde avant nous. Nous étendons nos ailes et nous voilà en panne stable. Dire que nous sommes mieux outillés que les oiseaux eux-mêmes!

Nous voici de nouveau circulant librement dans les airs; voici la Seine, puis la Marne.. Le paysage change toutes les secondes, les champs passent et s’éloignent très vite; les uns ressemblent à des nappes d’or ondulant,d’autres sont couleur d'espérance, et les troupeaux y mettent une note claire ou brune. Les maisonnettes ressemblent à ces petits chalets de bois que l'on rapporte de Suisse et dans lesquels se trouve un encrier ou un nécessaire à coudre! Les églises des villages sont des petites maquettes de grands monuments.

Voici une forêt! Comme elle paraît grande, maintenant que nous sommes au-dessus d'elle! On n’a pas du tout ce bel effet d’ensemble lorsqu’on en suit les sentiers.

Voici Château-Thierry. O bon La Fontaine, qu’aurait dit le bonhomme de la fable si notre aéro lui était tombé sur le nez, en place du gland!

Reims... La cathédrale semble un objet de vitrine en ivoire, sculpté par des Chinois. Ce nom de Reims me rappelle celui de Bétheny; à cette petite ville aussi peut se rapporter la parole de l’écriture :

« Oh! Bélheny! Bétheny, terre de Champagne, tu n’es pas la moindre entre les différentes terres de Champagne, car c'est de toi qu’est né un grand miracle  !»

Oui, c’est de là que, voici environ dix ans, des hommes se sont envolés dans les airs, s’y poursuivant en grand nombre, sous les yeux émerveillés d’une foule considérable : on eût dit dit que le «  roi déchu, se souvenant des beautés des cieux  », voulait aller toujours plus haut dans l’azur, essayer de rentrer dans la primitive patrie! Ces hommes, qui ont ainsi donné le meilleur d’eux-mêmes, sont arrivés au magnifique résultat dont j’expérimente, aujourd’hui, le charme tranquille. On serait tenté d’oublier, dans l’égoïsme de la jouissance, que cette jouissance fut achetée par des vies humaines. Je me rappelle l’intérêt avec lequel je lisais les journaux, dont les colonnes, trop courtes à mon avis, publiaient les expériences et les résultats de la science nouvelle. Comme je comptais les succès de Latham, qui était mon héros! Quelle fierté, lorsqu’il réussissait! Quel ennui si un autre aviateur se plaçait en tète!...

Tous ces souvenirs se pressaient en foule dans mon souvenir, tandis que notre aéro filait à toute allure vers l’Est et que nous étions déjà bien loin de la cité des prodiges, j’essaie de mesurer le progrès réalisé par la science depuis ce temps-là. Où sont les incertitudes, les dangers, les fréquentes chances d’accidents? Tout cela a disparu, aplani sous la poussée formidable et sans cesse grandissante de l’esprit humain que rien ne rebute, et qui, dans son audace, vicie peu à peu tous les secrets de l’impénétrable nature, la poussant dans ses derniers retranchements! Dame Nature se venge parfois, et cruellement; elle fait payer cher à l’homme sa victoire, elle jalonne le chemin de morts, mais elle ne saurait éteindre l'énergie humaine, qui est plus grande que tout!

Hier, nous avons visité Strasbourg. C’est une jolie ville, et cela fend le cœur de penser qu’elle n’est plus à nous. Elle est abîmée par les mille et un « palaces » ultra-modernes, surmontés, chacun, d’une large terrasse d’atterrissage pour les aéros. C’est aussi sur la terrasse que se trouve l’aéro-garage. L’animation et le mouvement sont plus grands en l’air qu’en bas!

Je constate que le cheval est décidément appelé à disparaître de la création : le moteur l’a tué.

La jolie cathédrale à l’unique flèche n’a plus besoin de se pavoiser au passage du Zeppelin.

En effet, un service de dirigeables fonctionne entre Berlin et cette ville. Progrès de la science! Personne ne fait plus attention aux évolutions de ces poissons géants.

Maintenant, nous quittons Strasbourg, pour rayonner dans toute l’Alsace; ensuite, nous irons en Belgique, puis eu Angleterre. Je te ferme donc, ô mon petit journal de voyage, car, vois-tu, je n’ai plus d’impressions bien remarquables à consigner dans tes pages. Je ne te rouvrirai que lorsque nous serons entre ciel et mer, au-dessus de la Manche!...

Te voilà donc de nouveau sur mes genoux, mon cher petit confident. Depuis quinze longs jours, tu étais enfoui dans un sac de voyage où il faisait bien noir. C’est que, vois tu, je n’aurais eu qu’à te dire quels étaient les monuments que j’avais vus; or, je ne veux pas faire de toi un supplément du Baedeker...

Mais, maintenant, depuis quelques heures, nous ne faisons que rencontrer des aéros; heureusement que la route est large; il n’y a pas de tournants dangereux, indiqués sur des poteaux inesthétiques et au bord desquels se dressent, menaçantes, d’horribles pancartes réclames.

Nous voilà au-dessus de la mer. l.'aéro va doucement, car il y a beaucoup de véhiculés dans ces parages. Si Blériot était venu dix années plus tard, il n'aurait pu faire retentir le monde du bruit de son exploit. Aujourd'hui, tout le monde se promène au-dessus des vagues comme des mouettes! Le mal de mer n’est plus à craindre. Comme l’on va vite! Nous voici déjà en vue de la falaise)...

Me voici sur mon retour. Je rentre en glorifiant ceux qui ont, de près ou de loin, contribué au développement de l’aviation : depuis les ingénieurs cherchant la meilleure coupe d’aile, jusqu'au modeste ouvrier qui monta les pièces du moteur. Gloire aux hommes de science qui, depuis cinquante ans, se sont élevés, d’un essor toujours plus puissant, vers des hauteurs qui semblaient inaccessibles. Depuis les chemins de fer, qui nous transportaient si loin et si vite, quels progrès se sont réalisés!

Ce fut le télégraphe, qui nous permettait d'avoir des nouvelles récentes; le téléphone,où la voix même de l'absent se reconnaissait; la bicyclette, qui nous procura tant de douces joies; l’automobile, qui fit fureur, et bien légitimement; la télégraphie sans fil, invention merveilleuse. Voici, maintenant, l’aéroplane vulgarisé. Où s’arrêtera la conquête de l’esprit humain?

Oui, l’on peut être heureux de vivre en 1920, époque de toutes les commodités et de tous les luxes; mais il faut être reconnaissant aux hommes qui ont peiné, qui ont souffert, qui ont lutté, qui ont donné leur vie même pour construire cet édifice sublime: la science.

Sur ces conclusions, je ferme mon journal de bord. Que ce voyage en aéroplane aura donc été une grande leçon de choses!

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie