« La Plante Qui Hurle » de Hal Pink

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article sur les plantes

Ce texte totalement inédit ou presque (il fut réédité il y a quelques années par la revue « Le visage vert » ) nous fait prendre conscience à quel point les plantes peuvent être dangereuse. J'avais déjà consacré un billet sur le pouvoir maléfique des plantes et du danger que pouvait occasionner certaines manipulations un peu trop intempestives.

Pour l'heure prenez bien garde aux plants de Mandragores, car ils peuvent vous réserver bien des surprises.
Nouvelle publiée dans la revue « Dimanche illustré » le 26 Avril 1935, dans la rubrique « Nos contes d'action.... »

La Plante Qui Hurle de Hal Pink 


Dés que Barker lui eut ouvert la porte, il entra majestueusement en ronronnant de joie 

 

– Il vient encore d'aller faire la chasse aux rats dans la cave, comme d'habitude, dit Barker en se baissant pour le caresser, et, à présent, il voudrait son lait.

Un mois passa et, retenu par de multiples occupations, je n'avais pas revu Baker depuis le soir où nous avions célébré son retour.

 

Un jour, il me téléphona.

 

- Peux-tu passer chez moi ce soir ? Me demanda-t-il ; et je remarquai que sa voix, !Habituellement si calme, était toute frémissante d'émotion. J'ai quelque chose de surprenant à te faire voir. Tu sais, cette graine de mandragore...

Hein? Est-ce que par hasard elle aurait germé ? Répondis-je, suffoqué.

 

- Oui... grâce à la température tropicale à laquelle je l'ai soumise... Elle est installée, dans ma cave, et elle germe... Viens voir ; cela, c'est curieux...

 

Je raccrochai brusquement et bondis sur mon chapeau.

 

Je trouvai Barker radieux comme un écolier en vacances.

 

- Mon vieux, jamais tu n'imaginerais cela ! Elle est longue comme mon bras, avec des pousses, des tentacules, des suçoirs, et tout ! Te rends-tu compte de ce que cela représente ? Ce sera la plus grande découverte que l'on ait encore faite jusqu'à ce jour dans le domaine botanique ! Me voici en possession d'une plante que l'on avait toujours considérée comme fabuleuse, et qui, dans tout les cas, avait totalement disparu avant l'arrivée sur terre de nos ancêtres de la préhistoire... Et cette plante est vivante... elle pousse là, sous mes yeux !...

Gagné par son émotion et aussi pressé de voir ce phénomène que lui l'était de me le montrer, je le suivis aussitôt dans sa cave où il m'entraînait. Il me conduisit à la plus basse des trois, celle qui était à la plus grande profondeur au-dessous du niveau du sol, et, au fur et à mesure que nous descendions, un nuage de vapeur chaude montait vers nous.

 

- J'ai fait transporter ici une chaudière en cuivre qui se trouvait dans la buanderie, et depuis trois semaines on y maintient l'eau en ébullition jour et nuit. La chaudière est alimentée en eau au moyen d'un tuyau d'arrosage et je recharge le feu toutes les quatre heures. La vapeur qui se dégage de la chaudière produit l'ambiance voulue : c'est-à-dire la température torride et humide des marécages dans lesquels les plantes en question croissaient. Pour plus de commodité, et afin d'élever encore davantage la température, j'ai fait installer des lampes à arc.

 

Nous pénétrâmes dons la troisième cave. L'atmosphère y était tellement surchauffée qu'elle en était presque irrespirable, mais j' avançai quand même et, en écarquillant les yeux pour chercher à voir à travers les nappes de vapeur qui nous enveloppaient, je finis par apercevoir, se balançant au milieu d'une vase presque liquide, la plus singulière plante qu'il m'eût jamais été donné de voir de ma vie. C'est intentionnellement que j'ai dit qu'elle se balançait, car, bien qu'il n'y eût aucun courant d'air dans la cave, cette plante oscillait effectivement tantôt à droite, tantôt à gauche ! Barker avait dit vrai, elle atteignait à peu près la longueur du bras. La tige en était assez grosse et se ramifiait, au niveau du feuillage qui la surmontait, en deux branches terminées chacune par un réseau de minces racines. L'ensemble de la plante était blanc; mais la tige était mouchetée de taches grises en forme de champignons.

 

– Tu vois ? s'exclama Barker. Evidemment, elle n'a pas de jambes comme sur la gravure, mais les bras y sont, et les tentacules aussi. Regarde-la de plus près: tu verras les suçoirs au bout des tentacules.

 

Je me penchai pour mieux l'examiner. Il y avait en effet, des suçoirs en forme de fleurs qui s'ouvraient et se fermaient sans cesse comme des bouches en quête de pâture. Tout cela avait quelque chose de tellement contre nature et de tellement repoussant que je ne pus retenir un frisson.

 

- Regarde ! Me dit Barker en me saisissant le bras. Ne croirait-on pas qu'on la voie pousser de minute en minute ?

 

De fait, la plante extraordinaire semblait se gonfler et se dégonfler tour à tour, et chaque fois qu'elle se gonflait à nouveau, on avait l'impression qu'elle grandissait. Elle me répugnait tellement que je ne pus supporter de la voir plus longtemps.

 

- Viens, sortons d'ici, dis-je écœuré ; il fait une chaleur à ne pas tenir.

 

Il avait tant de mal à se décider à partir que je dus le prendre par le bras et l'emmener de force.

 

Quel soulagement, une fois en haut, de se retrouver enfin à l'air libre !

 

- N'est-ce pas qu'elle est belle ? s'écria Barker avec enthousiasme. Il n'y a sûrement rien au monde de comparable...

 

– Oui, oui, mon vieux... magnifique, m'empressai-je d'acquiescer pour lui faire plaisir.

 

Mais j'eus beau essayer de détourner la question, il me fut impossible de l'amener à parler d'autre chose ce soir-là.

 

Le lendemain et le surlendemain, j'essayai par tous les moyens d'oublier la cave de Barker et l'affreuse plante que j'y avais vue, mais j'avais beau faire, ma pensée y revenait sans cesse. Le troisième jour, cela devint littéralement intenable. J'étais incapable de poursuivre mon travail. Je revoyais constamment cette plante se balancer au milieu de son marécage artificiel, et Barker la couvant jalousement des yeux... Barker rechargeant le feu... Barker, vérifiant le fonctionnement des lampes comme un acolyte devant l'autel d'un mauvais dieu... Barker allongeant la main pour toucher les tentacules...

 

J'allai chez lui. Il le fallait. Une impulsion irrésistible, plus forte que ma raison, plus forte que ma volonté m'y poussait.

 

Personne ne me répondit quand je frappai. Etait-il sorti ? Je frappai à nouveau à coups redoublés. Je franchis la barrière du jardin et fis le tour de la maison en appelant Barker à pleine voix. Finalement, je défonçai une fenêtre. Jamais, dans mon état normal, je n'aurais fait Cela, mais l'absence imprévue de mon ami avait encore accru mes appréhensions, et les plus folles inquiétudes m'a saillaient.

J'entrai par la fenêtre en continuant à l'appeler.

 

- Barker, où es-tu ? criai-je de toutes mes force. Mais, seul, l'écho moqueur de na propre voix me répondit.

 

La porte qui conduisait aux caves était grande ouverte. Je dégringolai l'escalier en quelques bonds. Et alors..

 

- Au secours ! appela une voix. C'était celle de Barker.

 

Haletant d'émotion, je descendis quatre à quatre le dernier escalier et plongeai dans la buée brûlante de la cave.

 

Barker était là, aplati contre la muraille du fond, et, menaçante, la plante inconcevable, qui avait maintenant atteint les proportions d'un homme, s'inclinait Vers lui.

 

Une sorte de bourdonnement assourdi emplissait l'air. La plante oscillait, les tentacules de ses bras tendus vers mon malheureux ami atterré. Parmi la vase gluante où plongeaient ses racines, gisait un petit paquet de fourrure informe : Tom, le chat persan, écrasé et sans vie.

 

- Pour l'amour du ciel, cours chercher une hache! me cria Barker dès qu'il me vit.

 

Je fis demi-tour et remontai aussi précipitamment que j'étais descendu. Dans l'une des caves supérieures, je trouvai un couperet et une bêche. je m'en saisis et repartis en bas courant, il n'était que temps. Les tentacules se rapprochaient de plus en plus de Barker qui s'était remis à m'appeler désespérément.

Je me précipitai vers lui et assénai un formidable coup de bêche sur la tige de la plante.

 

Le mandragore hurla.

 

Oui, je dis bien : elle hurla, et son cri d'agonie ressemblait à l'appel déchirant d'une sirène.

 

Déjà, toute une rangée de suçoirs s'étaient collés à l'épaule de mon ami, mais à ce moment ils se détachèrent brusquement, entraînés par la plante qui, dans sa chute, s'abattait vers moi.

 

Une fois, deux fois, trois fois, je encore, et chaque fois les cris aigus de a monstrueuse chose déchiraient à nouveau le silence. Puis, je lançai le couperet dans la direction de Barker, et, s'en étant emparé, il trancha à son tour les tentacules qui adhéraient encore à son épaule.

 

Il nous fallut en tout cinq bonnes minutes pour mettre la maudite plante en pièce;. Quand il put enfin se dégager, Barker me rejoignit en épongeant son front baigné de sueur. Il était encore tout tremblant.

 

- Eh bien ! mon vieux, on peut dire qu'il était moins une ! murmura-t-il en cherchant à reprendre haleine. Il y a quatre heures que j'étais ici en bas. J'étais descendu de bon matin pour recharger le feu. Et j'ai été stupéfait de voir dans quelles proportions la mandragore avait poussé cette nuit. Alors, tandis que j'étais là dans ce coin, en train de vérifier une des lampes, le pauvre Tom est descendu. Je lui avait toujours interdit l'entrée des caves depuis que j'avais commencé cette expérience. Il s'est immobilisé,. et l'on aurait dit que la plante l'hypnotisait, car il n'a même pas essayé de fuir quand les tentacules se sont lentement abaissées vers lui. Après... ç'a été l'affaire de quelques Instants.

L'évocation de ce souvenir le fit frissonner.

 

- Avant que j'aie pu le rejeter en arrière il était déjà écrasé entre les racines qui s'étaient refermées sur lui comme des doigts et les suçoirs avaient pompé tout son sang. C'était cela qu'elle voulait, cette plante infernale... du sang, du sang pour développer sa force. Et tandis que j assistais, tout hébété, à cette scène stupéfiante, je la vis grandir, grandir de plus en plus et allonger ses tentacules vers moi. Hélas, lorsque je m'en aperçus, il était déjà trop tard. La retraite m'était coupée. Le sang qu'elle venait d'absorber lui avait donné une puissance dangereuse, et c'est uniquement à ton intervention opportune que je dois d'avoir la vie sauve...

 

- Ne parlons plus de cela, murmurai-je en le pressant de monter pour lui faire prendre un verre de whisky.

 

Plus tard, nous revînmes achever la destruction de la mandragore en versant de l'acide sur ses débris déchiquetés et pour être bien sûrs qu'il n'en subsisterait rien, nous les jetâmes ensuite dans le feu. Barker voulut encore, par surcroît, condamner définitivement la porte de là cave après en avoir retiré ses appareils. La mort de son chat favori l'avait beaucoup affecté, et lorsque je lui rendis visite quelque temps après, je constatai que le vénérable tome, dans lequel il avait lu la légende de la mandragore, avait disparu de sa bibliothèque.

 

Hal Pink ( Traduction de l'Anglais par René Lécuyer)

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"les planétes pilleuses" de Jean-Pierre Laigle. Pour lire l'article, cliquez sur l'image

"Une journée en l'an 2000" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image

Maurice Renard par Jean Cabanel. Cliquez sur l'image pour lire l'article

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie