Pour les amoureux des livres que nous sommes, ce poème ne manquera pas d'attirer notre attention, car il entre dans la catégorie de la vengeance d'une nature en opposition aux débordements de ce parasite aux appétits sans cesse grandissants : l'homme !

Mais ici, contrairement à la nouvelle de Alphonse Daudet « Wood'stown »publiée dans son recueil « Robert Helmont, journal d'un solitaire ( éditions Dentu 1874), cette vengeance ne se fera pas directement par la foret elle-même, mais par le produit de son exploitation, le papier. Curieusement cette thématique ne fut jamais abordée et si le papier fut en diverses occasions menacé de disparition totale, voir à ce sujet ma rubrique sur la disparition du papier, rarement il fut à l'origine d'une « révolte » pouvant de manière insidieuse mettre en péril notre intégrité physique et morale.

Voilà un « Cauchemar » qui semble être un fait chez pas mal de lecteurs de ce site, car je sais que certains commencent à sentir les effets de leur passion et de la réduction de leur espace vital ! Donc méfiez-vous de l'arbre ou plutôt du livre qui cache le foret, car une menace plus terrible encore menace notre frêle existence et il n'est pas rare d'entendre parler de collectionneurs fous ayant succombé sous l'effondrement de l'une de leurs nombreuses étagères

« Le cauchemar » de Edmond Rostand.Publié dans la revue « Lecture pour tous » du moi de novembre 1910 N°2

 

 

Nous étions prisonniers entre les quatre murs

D'une bibliothèque aux fenêtres grillées

Et d’où nous entendions sonner, rythmes et durs,

Des coups toujours suivis d'un long bruit de feuillées.

 

Ou abattait les bois autour de la prison:

Et, sans cesse, parmi la pénombre des branches ,

Infligeant aux forêts de grands trous d’horizon,

La hache bleue avait des promptitudes blanches.

 

L’aubier meurtri rendait un déchirant parfum ;

Et les hauts bûcherons triomphaient de leur force

Qui savent, en deux coups, faire, sur un tronc brun,

La blessure gommeuse aux deux lèvres d’écorce.

Et, sans cesse, à travers les barreaux, nous voyions

Un arbre ouvrir les bras dans l’or de la fenêtre,

Tournoyer comme pour s'accrocher aux. rayons,

Et tomber. L’if tombait. L'orme tombait.Le hêtre

 

Tombait. Des voix criaient : « Abattez le noyer!

Coupez le cèdre auguste où passe le vent libre !

Car il nous faut du bois, du bois pour le broyer.

Du bois pour qu’on le râpe et pour qu’on le défibre!

 

Ces cris se distinguaient dans l'innombrable cri :

« Pour chaque arbre abattu j'offre un billet de banque !

Abattez les forêts — car tout le monde écrit,

Le papier va manquer ! Le papier manque! Il manque .

 

« Car le nombre croissant des écrivains profonds,

Puissants, probes, nouveaux, sincères, purs, utiles,

Devient supérieur au nombre des chiffons

Que trouvent les crochets dans l’ordure des villes!

 

« Puisque le haillon manque aux boites du préfet,

Abattez, bûcherons, tous les arbres en hâte !

Et qu’on mette leur bois en pâte, puisqu’on fait

Du bon papier avec le bois qu’on met en pâte! »

 

Et pour mieux faire à l’arbre une entaille en biseau

, Les bûcherons clochaient dans leurs mains des salives :

Et quand l'arbre tombait, parfois un nid d’oiseau

Éparpillait au loin cinq petites olives..

 

Et tandis que des chars emportaient ces piliers

Dont la longueur traînante aux chemins se profane,

On entendait crier des ordres singuliers :

« Mêlez le carbonate avec la colophane !

«  Au travail ! L'atmosphère est à deux ceins degrés !

Cylindrez! Calandrez! Couchez! Mettez en colle !

Pour défibrer le bois nos meules sont en grès !

Vite! Le monde écrit comme une immense école!

 

« Quand passent deux, passants, soyez sûr que dans l’un

Un Montaigne est éclos, ou va, dans l’autre, éclore.

C’est pourquoi, préparez la fécule et l’alun !

Neutralisez avec des sulfites le chlore ! »

 

Et d’autres voix criaient : « Le papier manque!

Il faut Que, craquant à la place ou la hache l’échancre,

Le cèdre se décide à tomber de son haut

Afin que nous puissions utiliser notre encre!

 

« La page de ce soir, sur quoi l’écrirons-nous? »

Et, la hache à leurs troncs faisant une jointure,

Les cèdres fléchissaient comme de grands genoux.

— Et la journée avait sa page d’écriture.

 

Et les rois, les ténors, les banquiers, les tailleurs,

Tous griffonnaient leur page. - et même les poètes!

Comme s’il se pouvait que des strophes ailleurs

Que sur l’onde et le sable aient jamais été faites!

 

« Fabriquer du papier, c’est là l'essentiel !

Puisqu’il est des auteurs de quoi couvrir la terre,

Il nous faut du papier de quoi vêtir le ciel! »

C’est ainsi que criaient des voix.

 

Et le mystère, La fraîcheur, le parfum, l’ombre, l’asile, l’eau,

S'en allaient avec l’arbre. Et l’on criait : « Il semble

Que l'on puisse employer le tremble et le bouleau ! »

Et le bouleau tombait, abattu sur le tremble!

« Les sapins sont très bons! » Cylindre et laminoir

Avalaient les sapins qu’ils rendaient dans des cuves;

Les sapins sortaient blancs qui venaient d'entrer noirs;

Et le grand vent des monts ne portait plus d'effluves!

 

« Les peupliers sont excellents! » Les peupliers

Tombaient en frissonnant de leurs longues échines,

Et puis, broyés, blanchis, lissés, coupés, pliés,

S’envolaient en journaux des ardentes machines!

 

« A cause de ses fleurs gardez l’acacia! »

Ont, dans l'acacia, gémi les tourterelles.

Mais les femmes voulant écrire, on le scia,

Et l'arbre en fleurs devint trois cahiers blancs pour elles!

 

Et les femmes faisaient leur livre. Et les enfants

Faisaient leur petit livre. Et c'est pourquoi, par troupes,

On voyait s’échapper des biches et des faons

Du bois où sombrement l’on pratiquait des coupes.

 

Et tandis que les bois allaient se dépeuplant,

Sans cesse on entendait mille plumes hâtives

Grincer au premier plan, tandis qu’au second plan

Continuellement ronflaient les rotatives.

 

Eux-mêmes -car ceci se passait en des temps

Où tout ce qui venait du livre était la gloire! -

Afin qu'on parlât d’eux, les arbres palpitants

Désiraient la cognée et voulaient la doloire!

 

Les beaux arbres disaient — car ces temps furent tels— :

« Il est beau d’être beau, mais il faut qu’on le sache!

Émigrons dans les vers afin d'être immortels!

Oui, tomber dans Ronsard vaut bien un coup de hache! »

Et comme la nature et ses verres beautés,

Rendaient tous les humains impatients d’écrire,

Les arbres s'écroulaient afin d’être chantés,

Les bois disparaissaient pour qu'on pût les décrire!

 

Et, bois inspirateurs, bois pleins de souffles, bois

Dont Jeanne d'Arc disait, en parlant à ses juges :

« Si j'étais dans les bois j’entendrais bien mes voix! »

Ainsi vous périssiez, solitudes, refuges!

 

Nous, pourtant, nous lisions, penchés sur des bureaux;

Et quand d’un livre ouvert nous levions le visage,

Nous n’apercevions plus à travers les barreaux

Que deux ou trois forêts au fond du paysage!

 

Et plus on écrivait, et plus on imprimait.

Plus, les quatre parois s'épaississant de livres,

Automatiquement sur nous se refermait

La chambre où des mots creux nous tenaient lieu de vivres.

 

Mais, sans même observer qu’elle se resserrât.

Tout joyeux d’habiter la ratière livresque,

Chacun de nous passait, selon ses goûts de rat.

Du lard scientifique au sucre romanesque.

 

Et toujours, lentement, sûrement, par milliers.

Les volumes venaient s'ajouter aux volumes,

Toujours, tous les brochés h tous les reliés.

Tous ceux que nous lirons à tous ceux que nous lûmes!

 

Et n’ayant que leurs noms, jamais, de différents,

Histoires sur romans et romans sur poèmes.

Ils triplaient, quadruplaient et quintuplaient leurs rangs,

Faisant toujours semblant de n'être pas les mêmes!

Et plus s'élargissaient les horizons dehors,

Plus la prison, dedans, se rétrécissait, comme

Si, frappant tous ces coups, donnant ions ces efforts,

L'homme ne travaillait que pour étouffer l’homme!

 

Et mangeant peu à peu l’espace tout entier

Dans lequel la lecture épuisait nos fantômes,

Les murs ne nous laissaient maintenant qu’un sentier

Où nous courions encore en compulsant des tomes!

 

Il n’y avait plus rien dehors qu'un pays plat.

Rien ne méritait plus, dans l’aride nature,

Ni qu’on le respirât, ni qu'on le contemplât :

Tout était devenu de la littérature!

 

A peine restait-il des bois vendus sur pied

Ces brindilles qu’au soir, fagotier, tu recueilles;

Tous les arbres étaient devenus du papier;

On trouvait des feuillets quand on cherchait des feuilles!

 

Les papetiers vendaient les bois aux imprimeurs.

Sitôt qu'un petit homme avait offert un chèque,

Une forêt tombait en murmurant : « Je meurs ! »

Et les murs avançaient dans la bibliothèque!

 

Mais voici que, surpris par le progrès des murs,

Nous vîmes tout d’un coup qu’entre ces murs, nos têtes

Allaient, en s’écrasant comme des fruits trop mûrs,

Rendre leur pauvre jus de mots et d’épithètes!

 

Nous connûmes trop tard les immenses regrets.

Le livre même en eut pour ce qu’on assassine.

« Dieux! que ne suis-je assise à l'ombre des forêts? »

Soupira vainement la Phèdre de Racine.

On entendit gémir le grand vers de Hugo :

« Les rondeurs du couchant sont dans les branches d'arbres ! »

Car les branches, rougeurs, n’étaient plus qu'un fagot,

Et vous faisiez mentir l'alexandrin de marbre!

 

Alors, près de mourir, lorsque le dernier bois

Jeta la dernière ombre au bord d'une prairie,

Nous comprimes soudain, pour la première fois,

Que nous avions vécu dans une librairie;

 

Que les arbres d’avril et que les fleurs de mai

Avaient en vain passé devant nos âmes closes;

Car nous n’avions rien vu, rien connu, rien aimé,

Que l'image du monde et le portrait des choses!

 

Nous criâmes d'horreur, et,pâles, voulant fuir,

Nous visitions les murs, nous cherchions les fenêtres,

De ces mains qui n'avaient caressé que du cuir,

De ces yeux qui n’avaient adoré que les lettres!

 

Nous comprimes, pendant qu’entraient dans notre chair

Le maroquin rugueux ou le vélin jaunâtre,

Et la douceur de vivre et la beauté de l'air

Que chantait au lointain l’ignorante d’un pâtre!

 

Nous criâmes d'amour, quand craquèrent nos os,

Vers le soleil couchant dont s'allongeaient les cuivres,

Et, les livres des murs s'étant touchés du dos,

Nous fûmes écrasé entre des dos de livres!

 

Edmond Rostand

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

"Pierre fendre " de Brice Tarvel pour lire l'article cliquez ici

"La fin du monde est pour demain" pour l'article cliquez sur l'image

"Le monstrologue" pour lire l'article, cliquez sur l'image

"les planétes pilleuses" de Jean-Pierre Laigle. Pour lire l'article, cliquez sur l'image

"Une journée en l'an 2000" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image

Maurice Renard par Jean Cabanel. Cliquez sur l'image pour lire l'article

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image"

"L'aviation: journal de bord"

Pour l'ire la nouvelle, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image.

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie