Dans cette nouvelle, probablement un des plus courtes que je connaisse sur un texte ancien traitant de guerre future, l'auteur fait montre d'une certaine originalité en nous décrivant cette scène de bataille véritablement orchestrée comme un maestro se préparant à jouer une symphonie pour un massacre. On y retrouve tout « l'humour » décalé et le sens des inventions aux noms qui n'en finissent pas d'un certain Robida et l'auteur n'hésite pas à y adjoindre une cause publicitaire avec une marque de vêtements qui semble financer en partie ce conflit du futur où l'on massacre sans vergogne ses ennemis confortablement installé derrière son pupitre de télévision. Vision quelque peu pessimiste d'un futur où de grandes marques vont s'affronter sur le champ de bataille pour faire valoir leur suprématie, l'auteur nous livre ici une nouvelle tragi-comique d'une société où le pouvoir des grands lobbying veut imposer coûte que coûte sa suprématie, quitte à utiliser la force et de profiter par la même occasion de se faire un peu de pub : Une nouvelle tout simplement hallucinante.

Ce court récit est extrait du recueil de nouvelles « Une dépêche de mars » de François de Nion. Critique littéraire, essayiste, chroniqueurs, publiant pour « La nouvelle revue » et rédacteur de «  La revue indépendante » de 1889 à 1891, c'est en 1898 à la publication de son roman « Les façades » qu'il va commencer à acquérir une certaine notoriété. Auteur de nombreux romans et de pièces de théâtres, vers 1909 sera publié ce petit volume où il va jouer avec brio sur le mode de la fantaisie, du fantastique et de la conjecture tout en insufflant à ses textes une petite dose de poésie constituant ainsi un tout homogène et très agréable à lire

 

«  Le vent de terre souillait, poussant les nuages épars d'une haleine large et rude, et les étoiles profondes, sur l'in­tense noir du ciel, se posèrent une à une, scin­tillèrent. On sentait quelles traversaient l'espace, qu'elles le faisaient vivre et vibrer, que les ondu­lations de leur lumière étaient l’essence même par laquelle les mondes communiquaient entre eux et battaient d'une même pulsation. Leur averse criblait d'or l’eau lisse et morne, encom­brée de coques dormantes. Parfois, comme des doigts sur les cordes d'une harpe, leurs rayons frémissaient parmi les antennes éventaillées du télégraphe Marconi, déployé au haut de la falaise en un vaste filet, pour saisir et retenir dans ses mailles les fluides, comme des poissons fuyards et glissants. La brise en passant gémissait aussi, sourdement, contre la colonne du phare, dans les agrès du mât ou les cables dominant la petite maison d'Yves Le Bilian, la maison de briques, basse, terrée contre le vent et dont tout le faite frémissait continuellement d’être mêlé au mys­tère du large et du ciel. »

Extrait de la nouvelle « La dépêche de Mars »

« L'auto de guerre et la dernière bataille (2093) »

 

L’auto, abrité par la colline, attendait, immo­bile et trépidant, comme une hôte qui va s'élan­cer. Les bombes passaient au-dessus dans le ciel, s’inclinant d’un effort épuisé qui mourait, pareilles à des fleurs éclatantes au bout de Leur longues tiges vertes et rouges; elles jonchaient le sol par derrière en éclats multicolores, ainsi que des pétales de roses effeuillées. El les balles ou les shrapnels tombaient, amortis par la dis­tance, en avant à cinq cent mètres, en averse d’acier lourde et lente.

L’auto n'était pas dans la zone dangereuse. Mais on sentait qu’Henriot, le capitaine Béhal, le mécanicien, et Gros, le servant, s'im­patientaient de cette attente, et parfois ils po­saient leurs mains sur les flancs palpitants de l’engin guerrier pour distraire leur ardeur par la satisfaction de le sentir prêt aussi à bondir et à se ruer. La sonnerie d’un téléphone strida soudain: des commandements vibraient dans les récep­teurs.

- Le général me demande, jeta Henriot sautant déjà sur son vélo, filant ensuite d’une course perçante, et Gros murmura :

- Pourvu que ce soit enfin l’ordre d'at­taque!

 

Le général était assis à sa table devant un clavier semblable à celui d'un piano et sur les louches duquel ses doigts en frémissant se posaient parfois. En face de lui les bandés d’un cinématographe projetaient sur un écran les tableaux successifs du combat lointain dont des objectifs saisissaient sur les lieux les diffé­rentes phases expédiées de là au moyen de la téléconographie, ou transmission électrique de l'image. Ainsi le chef des milliers d'hommes qui luttaient à quelques kilomètres assistait aux moindres détails de l’action, y intervenait, frap­pant des doigts les touches d’ivoire pour déter­miner les déploiements des troupes, ordonner les décharges d'artillerie ou provoquer l'explo­sion des mines.

Indépendamment de ses qualités hautement reconnues de tacticien et de stratégiste, on ne pouvait d'ailleurs oublier, — surtout en le voyant vêtu de noir et cravaté de blanc, insignes de son grade, les cheveux longs et rejetés en arrière, — que c’était encore au mécanisme célèbre d’un premier prix du Conservatoire que le gouver­nement avait confié les destinées de la patrie.

Il se tourna vers le capitaine qui entrait, élé­gamment serré dans sa redingote à boutonnière fleurie, comme l’exigeait l'ordonnance.

- L’ennemi, dit-il d’une voix brève, vient de ce concentrer pour un dernier effort dans le ravin n° 27, que vous découvrez là, entre l'usine Maillefer et le casino Blondel; j’ordonne un mouvement tournant qui prendra les régiments le liane. Nous, pendant ce temps, avec l’auto,foncez dans le rassemblement, dispersez-le, fau­chez les réserves ; le gain de la bataille est entre vos mains.

Il s'interrompit : sur l’écran une ombre pas­sait, tant la charge des vélocipédistes, déployés on ordre dispersé, était rapide. Le général pla­qua trois accords puissants et ses doigts attaquèrent un rythme de valse rapide. Le mouve­ment des bandes chronoplotographiques parut devenir plus intense, et des Îlots de poussière et de fumée tourbillonnèrent.

- Ils se replient, murmura le chef absorbé dans la grandeur de sa tâche, et il congédia l'officier d’un geste.

Celui-ci, en se retirant, vit l'exécutant qui, maintenant, semblait cadencer les phrases lentes d’une berceuse.

 

- En marche! commanda Henriot.

Et l’auto s’élança.

Il courut d'abord entre les arbres de la route, abrité de la fusillade; mais, ayant franchi d'un bond le sommet du coteau, il se trouva dans la bataille. Les troupes, à ce moment, se refor­maient pour reprendre le contact, et l’auto fut salué par le régiment du Charmant Berger, ainsi nommé parce que la célèbre maison de confection de ce nom avait fourni les uniformes des soldats, le complet gris à 11 fr 50 que cette patriotique réclame avait décidément lancé. Un peu plus loin, le British Fluor, infaillible contre l’obésité, dressait les étendards des batteries que la société avait données à l’armée. Enfin l’auto dépassa les voltigeurs de 1'Electric-Fashion- Music-Hall, hommes-sandwichs bardés de fer, portant orgueilleusement par devant et par derrière rémunération des attractions diverses de ce prodigieux établissement. Tous paraissaient très résolus, très animés, et les soldats pous­saient des acclamations et des cris de guerre où se mêlait la louange des produits ou des mai­sons qu’ils représentaient.

- A toute vitesse! commanda le capitaine; attention au déclenchement des faux ; grenades en mains!

Devant eux, les réserves profondes de l’en­nemi, massées dans le ravin, semblaient un mur d’airain sombre, troué d’éclairs. Les projectiles commencèrent à rebondir sur le capot blindé de l’engin. Mais celui-ci, précipitant sa marche, multipliant sa vitesse, fonça, projectile lui- même, et quand, rué au centre de l'ennemi, les assaillants eurent lancé autour d'eux les gre­nades exterminatrices. Gros fil jouer un ressort et les faulx aiguisées s’ouvrirent., s’éventaillant à l’avant et à l’arrière. L’auto passait à travers les bataillons comme une horrible moisson­neuse, et les hommes tombaient, ainsi que des javelles, se couchaient sur la terre rouge en rangs réguliers de mourants et de morts. Trois fois, virant au bout du ravin, l’engin lit sa fauchaison, d’une course plus rapide que la fuite des épouvantes, et puis s’arrêta soudain, les roues engluées de sang, les moyeux gras de chair humaine....

 

La nuit ensablait le ravin, couvrant de deuil l'agonie rouge de la bataille, et l’équipe de l’auto sentit sur elle s’abaisser un manteau de néant et d’horreur. - Ah! l’affreuse, l’affreuse chose!cria Behal.

- Quel châtiment nous absoudra? murmura Gros, tordant ses doigts sur le guidon de bou­cherie.

Mais Henriot, le capitaine, leva la main.

- Consolez-vous, mes amis, ceci est bien le dernier carnage. Après ce que nous venons d’accomplir, à jamais la guerre est morte.

 

Au loin les cris et les bruits des victorieux se rapprochaient et déjà parmi les fanfares, on distinguait les chants de ceux qui magnifiaient les occasions du Charmant Berger, les mérites du British Fluor ou les merveilles de 1'Electric-Fashion- Music-Hall .

 

François de Nion

« La dépêche de Mars, contes sportifs et fantasques » de François de Nion. Librairie Universelle vers 1909

 

« Table des matières »

 

- La Dépêche de Mars

- Le Secret île l'Austral

- Le Cycliste ci le César

- La Merveilleuse Promesse

- Le Jeu de l'Amour et du Chauffeur

- La Nuit du Tigre

- L’invisible et l’impalpable

- La Bataille sous-navale

- Le Match sentimental

- Le Cheval-Gras Chasse à la Girafe

- Le Consolateur Le Système du docteur Sylphe

- L’auto de Noël

- La Course au Soleil L’abbé

- Le Philosophe Veneur

- Un Savon L’entrevue

- L’Auto-Thespis

- La Sirène

- La Coupe du roi de Thulé

- Les Souliers de Sylvie

- Le Mécanicien Marthe et Gisèle

- Une Gifle royale

- L’étrenne

- Le Chant du Cygne

- Les Loups Mam’selle Tram

- L’auto de Guerre et la Dernière bataille.

- La Panthère

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

<< Nouvelle image avec texte >>

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

Pour accéder à l'article, cliquez sur l'image

 

Le Dieu sans nom "Le Dieu sans nom" pour lire l'article cliquez sur l'image
Ceux qui grattent la terre "Ceux qui grattent la terre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
L'ultramonde:Les dérailleurs "L'ultramonde: Les dérailleurs"
Seppuku Pour lire l'article , cliquez sur l'image
Charogne Tango Pour lire l'article cliquez sur l'image
Je suis le sang "Je suis le Sang" Pour lire l'article cliquez sur l'image
les 81 Frères "Les 81 Frères" pour accéder à l'article; cliquez sur l'image
Henri Lanos Cliquez sur l'image pour acéder à l'album photo
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Henri Lanos Pour accéder à l'album photo, cliquez sur l'image
"Feuillets de Cuivre" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Zigomar Pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Archéobibliographie Pour lire l'article cliquez sur l'image
Bestiaire humain Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
les damnés de l'asphalte "Les damnés de l'asphalte de Laurent Whale" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Dimension merveilleux scientifique Cliquez sur l'image pour lire l'article
La conquete de la lune "La conquete de la lune" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
ça n'avance pas Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
L'ultramonde Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pluie de plomb sur Pluton Pour lire l'article cliquez sur l'image
Soviets sur Saturne Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Si les petits devenaient grands "Si les petits devenaient grands" pour lire l'article, cliquez sur l'image
Jules Verne et Henri Lanos Cliquez sur l'image pour lire l'article
les cités futures "Les villes du futur" Cliquez sur l'image pour lire l'article
Chez les martiens "Chez les martiens" Pour lire l'article, cliquez sur l'image
Le petit robinson "Avons-nous des petits cousins de la famille du système solaire?" Cliquez pour lire l'article
Les habitants de la lune "Les habitants de la lune" pour lire l'article cliquez sur l'image
Le petit Robinson "Etres étranges, fols de la science et du rêve" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le fer qui meurt" Pour lire la nouvelle, cliquez sur l'image
Lisez moi aventures "Lisez moi Aventures" collection Tallandier: Petit récapitulatif
King Kong Pour lire l'article cliquez sur l'image
Voyages en profondeur Pour lire l'article cliquez sur l'image
Sans fil Martien "La fumisterie du sans fil Martiens" pour lire l'article cliquez sur l'image
Barry Barrison Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Les dossiers secrets de Harry Dickson" pour lire l'article cliquez sur l'image
Lanos "Quand le dormeur s'éveillera" Pour accéder à l'album photo cliquez sur l'image
Le triangle rouge "Le triangle rouge" pour lire le texte cliquez sur l'image
les yeux de la japonaise "Les yeux de la Japonaise" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Mammonth & Béhémoth "Mammonth & & Béhémoth" pour lire la nouvelle de Paul Vibert, cliquez sur l'image
Revoir Rome Pour accéder au lien cliquez sur l'image
"Sur le mur" de Marcel Roland cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Le secret de Sâ "Le secret de Sâ" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Naissance d'un quatriéme continent Pour lire l'article cliquez sur l'image
Les animaux perfectionnés Robida Pour accéder à lhistoire cliquez sur l'image
"Le coup de coeur du moi", cliquez sur l'image
L'horreur des altitudes "L'horreur des altitudes" Cliquez sur l'image pour acceder à l'album photo
Stoner Road Le "Coup de coeur du moi" pour accéder à l'article cliquez sur l'image
Devambez , album photo pour "Les condamnés à mort" cliquez sur l'image
"Aventures d'un voyageur qui explora le temps" "Aventures d'un voyageur qui explora le temps" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"La guerre vue des autres planétes" Cliquez sur l'image pour accéder à l'article
"Les surprises du Dr Chapman"Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment Londres fut englouti il y a neuf ans" pour lire le texte cliquez sur l'image
"Quand nous aurons des ailes"pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'homme qui prétendait ressusciter les morts" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
L'arbre charnier "L'arbre charnier" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Paris à l'Américaine" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Le Visage Vert Pour accéder au lien, cliquez sur l'image
Rétro Fictions Pour accéder au lien ,cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie